Les 14 dépenses à éviter au cours de sa vie

J’investis plus de 1,2 million d’euros dans mon business et ma vie personnelle. Cependant, avant d’atteindre ce niveau, j’ai fait de nombreuses erreurs et perdu de l’argent – une expérience que je partage afin que d’autres puissent apprendre de mes erreurs. Il semble que je ne sois pas le seul dans cette situation, car de nombreux Français indiquent qu’ils ont un manque moyen de 500 € par mois pour vivre confortablement.

Si vous êtes un entrepreneur sérieux, les années à venir revêtent une importance cruciale pour votre avenir financier. Vous êtes à la croisée des chemins, avec deux choix distincts : construire ou compromettre votre futur. Pour éviter les écueils financiers, la clé est de développer une habileté financière dès maintenant.

C’est dans cette optique que je vous dévoile les 14 dépenses que vous devez absolument éviter au cours des 10 prochaines années. Ces conseils visent à maximiser vos revenus et à développer votre patrimoine, posant ainsi les bases d’une croissance financière durable.

N’oubliez pas de réserver votre place pour notre séminaire pour entrepreneurs !

Les pièges financiers à éviter : point de départ

On parle souvent de l’importance de gagner davantage, de lancer des entreprises ou d’investir, mais la vérité est que générer vos premiers milliers d’euros n’est que la première étape, la plus facile. Cependant, ce qui peut vraiment faire dérailler votre parcours vers le succès, ce sont les dépenses irresponsables.

Il est frappant de constater combien d’entrepreneurs ont vu des mois d’efforts réduits à néant à cause de choix financiers inconsidérés. Mon expérience dans l’accompagnement de plus de 150 000 entrepreneurs à travers des conférences, des formations et des conseils m’a permis d’observer ces situations.

Dépense n°1 : acheter une maison

achat maison

Éviter la première dépense inutile : l’achat d’une maison. La plupart des gens pensent avoir réalisé l’accomplissement d’une vie lorsqu’ils achètent leur résidence principale. Or, l’acquisition d’une résidence principale peut s’avérer être la décision financière la moins avisée.

Depuis notre plus tendre enfance, on nous inculque l’idée que le succès réside dans l’obtention d’une carrière épanouissante, d’une vie de famille, et de la propriété d’une belle maison. Cependant, la réalité est bien différente, et l’achat d’une maison peut être considéré comme une des dépenses les plus déraisonnables.

Pourquoi ?

Tout d’abord, cela diminue significativement votre capacité d’emprunt. En investissant, par exemple, dans une maison ou un appartement évalué à 200 000 €, vous vous exposez à des milliers d’euros de frais de notaire, ainsi qu’à des remboursements considérables sur une période de 20 à 30 ans. Cette charge financière réduit vos revenus et, par conséquent, votre capacité à emprunter.

Deuxièmement, plus la durée de remboursement de votre prêt s’étend, plus vous perdez d’argent en raison des intérêts accumulés. Et ce n’est pas qu’une simple perte, mais bien une somme significative. Lorsque vous optez pour un prêt sur 20, voire 30 ans, il est crucial de comprendre que vous pourriez finir par payer le double du prix initial de votre bien. Ainsi, quand vous entendez quelqu’un se vanter que la valeur de sa maison a augmenté de 40 % en 10 ans, il oublie souvent de préciser qu’il a effectivement versé à la banque une somme allant de 50 à 60 % de plus que le coût initial.

En réalité, il n’a pas réellement réalisé de bénéfice. C’est une illusion de penser qu’il a accumulé de la richesse ou construit un patrimoine, car il verse essentiellement des sommes importantes à la banque.

On doit reconnaître que les institutions bancaires ont élaboré une stratégie ingénieuse. Tout cela est soigneusement calculé. La vérité est que les prêts sur 25, voire 30 ans, n’ont pas été conçus dans l’optique d’être remboursés intégralement. Leur dessein initial était plutôt de maintenir les individus dans un endettement perpétuel, contribuant ainsi à l’enrichissement continu des banques.

Il y a un siècle, les prêts n’étaient disponibles que sur une période de 10 ans, et il était nécessaire de verser un acompte substantiel dès le départ. Ainsi, l’acquisition d’une maison était réservée à l’élite, au top 1 %, et était considérée comme un privilège.

Cependant, pour les banques, se limiter à un seul pourcentage de la population capable de s’endetter pour acheter une maison ne présentait pas un intérêt suffisant. De manière astucieuse, elles ont rendu les prêts accessibles à tous en réduisant les frais initiaux et en prolongeant les périodes de remboursement à 15, 20, puis 30 ans. Leur ultime stratagème a consisté à encourager les gens à acheter une maison en leur faisant croire que c’était le véritable symbole de la réussite, un concept que les Américains ont baptisé le “Rêve américain”.

Alors quelle est la meilleure option ?

Louer peut être plus avantageux, surtout lorsque vous êtes jeune. Vous pouvez acheter une maison et la mettre en location. Vous pouvez ainsi générer des revenus en utilisant l’argent de la banque et celui des locataires pour rembourser le prêt. Cette approche vous permet de réellement construire un patrimoine, et vos revenus ont le potentiel d’augmenter.

Lorsque vous faites les calculs, louer s’avère souvent moins coûteux que d’acheter une maison. Bien sûr, si vous disposez de millions d’euros, après avoir bâti votre fortune progressivement, l’achat d’une résidence principale peut être envisagé.

Pour ma part, j’ai toujours opté pour la location, et ce choix demeure le plus rentable pour moi. Cela me dispense des contraintes liées à un apport initial important et aux taxes foncières. Si quelque chose se casse dans la maison, qui est responsable des frais de réparation ? C’est le propriétaire. Si j’étais propriétaire, ce serait à moi de supporter tous ces coûts. Cela n’a pas beaucoup de sens de rembourser un prêt dans ces conditions.

Lorsque vous évaluez l’ensemble des coûts et des avantages, il est souvent plus économique de choisir la location plutôt que l’achat. La seule exception à cette règle serait l’achat d’une propriété bien située, peut-être un appartement nécessitant des travaux de rénovation, où vous pourriez résider pendant quelques années avant de revendre. Dans ce cas particulier, l’achat peut être un investissement judicieux.. Ce que vous devez absolument retenir, c’est qu’il est peu avantageux de contracter une dette pour acquérir votre résidence principale. Les principaux bénéficiaires dans ce scénario sont les banques.

Ainsi, il est bien plus intéressant de choisir la location afin de disposer de plus d’argent à investir dans des actifs, tels que des placements rapportant entre 8 % et 20 % par an. Suivre ce conseil pourrait littéralement vous faire économiser des centaines de milliers d’euros.

Dépense n°2 : les services d’inscription

service abonnement

La deuxième dépense à éviter concerne tous les services d’inscription en ligne lorsque l’on travaille sur internet. Bien que certains outils puissent améliorer notre productivité, d’autres offrent des avantages limités.

Par exemple, beaucoup d’entrepreneurs optent pour la version payante de ChatGPT, simplement parce que c’était à la mode en 2023. Cependant, il est judicieux de reconsidérer ces choix et de passer à la version gratuite, réalisant ainsi une économie mensuelle de 20 €. Ces frais, souvent débités automatiquement, peuvent passer inaperçus, entraînant des pertes d’argent régulières.

Cela s’applique également aux abonnements tels que Netflix, Disney Plus, et autres. Il est essentiel de se poser la question : combien ces abonnements vous ont-ils rapporté ? Souvent, la réponse est “pas grand chose”. Si vous multipliez ces abonnements par plusieurs outils similaires, les pertes mensuelles peuvent rapidement atteindre des dizaines, voire des centaines d’euros. Cette situation a un impact financier significatif.
Prenez le temps d’aller sur votre compte bancaire et de vérifier vos débits.Ce sont des dépenses non désirées.

Dépense n°3 : la salle de sport

salle de sport

La troisième dépense à éviter est l’abonnement à une salle de sport que vous n’utilisez pas. Environ 60 % des personnes qui s’inscrivent à une salle de sport et paient annuellement n’y mettent plus les pieds après seulement deux mois. Il est peut-être flatteur de dire à vos amis que vous êtes membre d’une salle de sport. Seulement, si vous n’y allez jamais, cela ne fait pas de vous un sportif, mais plutôt une personne qui gaspille son argent.

Souvent, les bonnes résolutions du début de l’année s’estompent, et beaucoup oublient d’annuler leur abonnement. Plus d’une personne sur deux cesse de fréquenter la salle de sport après la période des résolutions de nouvelle année. Étant donné que ces abonnements peuvent rapidement atteindre 40, 50, voire 100 € par mois, il est judicieux d’être honnête avec vous-même et d’annuler l’abonnement si vous ne vous y rendez plus.

Il est possible que vous soyez abonné à une salle de sport depuis des mois sans même vous en rendre compte. Ne renoncez pas à faire de l’exercice physique pour économiser de l’argent ; au contraire, restez actif. Si vous payez pour une salle de sport, assurez-vous d’y aller ! Sinon, ce type de petite dépense mensuelle peut s’accumuler et vous faire perdre beaucoup d’argent au fil du temps.

Dépense n°4 : l’abonnement télé

télévision

La quatrième dépense à éviter est l’abonnement télé. Bien que posséder une télévision soit devenu la norme, cela n’apporte pratiquement aucun avantage. Cela ne fait que vous ralentir dans la réalisation de vos objectifs.

Non seulement le temps passé à regarder la télévision pourrait être mieux utilisé pour travailler sur votre entreprise. La télévision moderne est également souvent une source de négativité et d’informations anxiogènes, ce qui va à l’encontre de ce dont vous avez besoin pour atteindre vos objectifs. Tout cela pour un coût mensuel d’environ 40 €.

Personnellement, je considère que cela n’en vaut pas la peine, d’autant plus que je ne prends même pas en compte les sommes considérables que certaines personnes dépensent chaque fois qu’une nouvelle télévision est lancée.

Le choix vous appartient : BFM TV ou votre futur.

Dépense n°5 : le café

café

La cinquième dépense à éviter est le café. Bien que cela puisse sembler anodin, si vous êtes un grand consommateur de café, vous jetez probablement beaucoup d’argent par les fenêtres. On ne parle pas seulement des éventuels effets sur la santé liés à une consommation excessive.

Prenons un exemple concret : imaginons une personne prenant trois cafés par jour au distributeur et travaillant 20 jours par mois. Elle dépense 1,5 € par jour. Cela équivaut à 30 € par mois et à 360 € par an. Rien qu’en réduisant d’un café par jour, vous économiseriez 120 € par an.

Cette réalité est encore plus frappante si vous travaillez depuis chez vous. Cependant, il y a un aspect plus significatif. Si votre café coûte 3 €, vous économisez 10 € par jour. En plaçant ces 10 € par jour avec un rendement de seulement 6 %, au bout de 20 ans, vous auriez accumulé un capital de 141 250 €.

Pensez à la différence que cela pourrait faire d’avoir un surplus de 141 000 € sur votre compte en banque. Ainsi, ce n’est pas simplement le coût direct d’une tasse de café, mais l’argent que vous pourriez gagner en investissant judicieusement. Cela fait la différence sur le long terme entre ceux qui peinent financièrement et ceux qui deviennent millionnaires.

Dépense n°6 : la cigarette

cigarette

La sixième dépense à éviter concerne les cigarettes. Il s’agit souvent d’une dépendance difficile à surmonter pour de nombreuses personnes. Cependant, si vous êtes là, c’est probablement parce que vous êtes motivé à atteindre vos objectifs, et donc que vous êtes prêt à relever ce défi.

Il est inutile de rappeler les effets néfastes sur la santé associés à la cigarette. Ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, ce sont les sommes d’argent considérables qu’ils perdent en fumant. Imaginons qu’un paquet coûte 10 €. Une personne fumant un paquet par jour dépense ainsi 300 € par mois, soit 3 650 € par an.

Il est essentiel de prendre conscience de l’impact financier significatif de cette habitude.

Dépense n°7 : manger au restaurant

manger au restaurant

Si vous optez pour un repas au restaurant une fois par semaine, cela représente environ 40 € pour un seul repas. En choisissant de manger à la maison plutôt qu’au restaurant, vous pourriez économiser cette somme, vous permettant ainsi d’investir un supplément de 2 080 € chaque année.

Bien que cela puisse paraître insignifiant à première vue, placé à un taux de rendement de 8 %, cela équivaut à 60 586 € au bout de 40 ans. Il s’agit du pouvoir de l’effet cumulé, une raison pour laquelle les riches continuent de s’enrichir tandis que les moins fortunés ont tendance à s’appauvrir.

Dépense n°8 : les trajets en voiture

trajet voiture

En moyenne, une personne sur deux opte pour la voiture même pour des trajets de moins d’un kilomètre. La tendance à la paresse est telle que certaines personnes préfèrent payer de l’essence plutôt que de marcher une courte distance. Évitez au maximum les petits trajets qui représentent beaucoup d’argent jeté par la fenêtre tous les mois.

Si vous avez la chance d’être jeune et de ne pas dépendre d’une voiture, il est vivement recommandé de retarder autant que possible l’achat de votre première voiture. En débutant votre business, vous pouvez commencer par travailler depuis votre domicile. L’acquisition d’une voiture entraîne des coûts mensuels substantiels pour des avantages limités.

Par expérience personnelle, j’ai pris une décision regrettée dans ma jeunesse en achetant une Camaro rouge sans avoir les moyens. Comme beaucoup de jeunes, je pensais que cela impressionnerait les autres et me rendrait irrésistible, mais cela s’est avéré être un échec. J’ai contracté un prêt auprès de ma mère (20 000€), j’ai perdu 8 000 € en un an, et mis plus de quatre ans à rembourser ce prêt. C’était, sans doute, l’une des décisions les plus négligentes de ma vie.

Dépense n°9 : les jeux d’argent

jeux d'argent

La 9ᵉ dépense à éviter absolument concerne les jeux d’argent, que ce soit le loto, les paris sportifs ou les casinos. Si vous aspirez à une réussite financière, il est impératif de mettre un terme à ces pratiques.

Pourquoi ? Parce que vous conditionnez votre esprit à placer votre succès entre les mains du hasard et de facteurs extérieurs. Notons au passage que les chances de gagner sont extrêmement minces, souvent d’une sur un million.

Les caractéristiques communes aux millionnaires incluent leur capacité à assumer la responsabilité de leur destin. Ils comprennent que leur richesse ne résulte pas de la chance, mais plutôt de leurs actions délibérées. Pour atteindre véritablement le succès financier, il est crucial de choisir une voie éprouvée, dépendant largement des efforts que vous êtes prêt à déployer.

En outre, le principal inconvénient des jeux d’argent réside dans le coût élevé associé. Peut-être pensez-vous que ce n’est pas grand-chose, que vous ne pariez que de temps en temps sur des matchs de football. Cependant, l’argent ainsi dépensé pourrait être utilisé pour investir en vous-même ou simplement être économisé.

Le choix vous revient : parier votre réussite sur des aléas ou sur votre propre capacité à générer des revenus ?

Dépense n°10 : les investissements financiers

investissement financier

La 10e dépense à éviter concerne les investissements financiers. Cela peut sembler contre-intuitif, car c’est souvent l’un des premiers conseils que l’on entend pour augmenter ses revenus. Cependant, si vous êtes débutant, cette option est déconseillée. Pourquoi ? Tout simplement parce que, de toute manière, vous n’aurez pas suffisamment d’argent à investir pour obtenir un retour important.

Si vous souhaitez faire des calculs, essayez les calculateurs de retours sur investissement en ligne. Prenons l’exemple d’un investissement mensuel de 100 € en bourse avec un rendement annuel de 10 %, ce qui est déjà optimiste. Il faudrait environ 40 ans avant que ces investissements puissent commencer à remplacer votre salaire de manière passive.

Donc, si vous parvenez actuellement à économiser quelques centaines d’euros par mois, il serait plus judicieux de les utiliser pour vous former et développer des compétences qui vous permettront de générer des revenus bien plus conséquents.

Bien sûr, la bourse peut être une option intéressante pour faire croître sa richesse et générer des revenus passifs à long terme. Cependant, en tant que débutant, investir quelques centaines d’euros par mois ne vous garantira pas des retours suffisamment significatifs pour vivre pleinement de ces investissements.

Profitez de votre jeunesse pour développer vos connaissances qui vous serviront à gagner beaucoup d’argent par la suite. Investissez une partie de votre cash-flow mensuel dans des opportunités pour faire croître votre patrimoine, mais réservez cette étape à une phase où votre entreprise génère déjà un revenu régulier.

Dépense n°11 : les vols en Business Class et First Class

investissement financier

La 11e dépense à éviter concerne les vols en classe affaires et en première classe. Vous pourriez penser que cela ne vous concerne pas pour le moment, mais vous pourriez connaître le succès dans le futur.

Il est crucial d’anticiper cette dépense, car c’est une erreur courante chez de nombreux jeunes entrepreneurs. Lorsque nous commençons à générer des revenus importants à un jeune âge, il est tentant de montrer notre succès pour se sentir important.

Bien que voyager en classe affaires ou en première classe puisse sembler agréable et confortable, il est essentiel de considérer les alternatives plus judicieuses. Il peut s’agir de réinvestir cet argent dans votre entreprise, d’acheter des livres, de suivre des formations, ou même de faire plaisir à vos proches. Cela est d’autant plus vrai, car une fois que vous avez goûté au luxe des vols premium, il devient difficile de revenir en classe économique.

Bien sûr, si vous atteignez un succès significatif dans le futur, vous pourrez alors vous permettre cette expérience, mais retardez cette dépense le plus possible.

Personnellement, j’ai adopté la discipline de voyager en classe économique pendant des années, même lorsque j’aurais pu me permettre la classe affaires. Pour moi, la question cruciale était de déterminer ce qui était le plus important : le confort immédiat ou la croissance et le succès à long terme. J’ai fait le choix de privilégier la croissance et le succès, en réinvestissant cet argent dans mon développement personnel. J’ai fait appel à des mentors, rejoint des groupes de réflexion stratégique (masterminds), et cela a grandement contribué à générer des millions dans mes activités.

 

Aujourd’hui, je choisis exclusivement la classe affaires ou la première classe pour mes voyages, mais cela a exigé une première étape cruciale : me discipliner à dire “non” dans un premier temps, pour pouvoir dire “oui” de manière durable. Ceux qui réussissent sont prêts à sacrifier le confort momentané pour construire un succès éternel.

Dépense n°12 : les vêtements de luxe

vetement de luxe

 

Vous devez totalement l’éviter, peu importe que vous gagniez 10 000 ou 100 000 € par mois. C’est probablement l’une des pires dépenses de cette liste. Ne tombez pas dans ce piège. Tant que vous n’avez pas atteint le statut de millionnaire, voire plus, il est judicieux d’éviter de dépenser des milliers d’euros dans des vêtements uniquement pour impressionner les autres, car soyons honnêtes, rares sont ceux qui le font par réel intérêt pour le design.

Plutôt que de succomber à l’attrait des vêtements de luxe, saisissez l’opportunité de votre jeunesse pour investir dans vos connaissances et démontrer votre capacité en travaillant assidûment et intelligemment chaque jour pour atteindre vos objectifs. Cette approche est bien plus respectable que de porter un t-shirt arborant un logo Louis Vuitton.

Dépense n°13 : les jeux vidéo

jeu video

L’avant-dernière dépense à éviter concerne les jeux vidéo. La plupart des jeux vidéo visent à améliorer vos compétences pour atteindre des objectifs spécifiques.

Or, vous pouvez réaliser exactement la même progression dans la vie réelle. Accomplir des objectifs concrets avec votre entreprise est bien plus gratifiant que de réussir des missions virtuelles dans votre jeu préféré.

Alors, pourquoi investir des sommes considérables dans de nouveaux jeux vidéo lorsque vous avez la possibilité de gagner littéralement 100 fois plus dans la réalité ?

Préférez-vous vivre à travers un héros imaginaire ou devenir un véritable héros dans la vie réelle ? Le choix vous appartient.

Dépense n°14 : un logement trop cher

logement cher

La 14e et dernière dépense à absolument éviter concerne le choix de logement. Il s’agit du même principe que pour les vols en classe affaires et première classe. Peu importe où vous vous trouvez dans votre parcours entrepreneurial, il arrivera inévitablement un moment où vos revenus vont augmenter.

Une erreur fréquente consiste à augmenter simultanément son niveau de vie. Bien que cela puisse être tentant, c’est peut-être une erreur. À long terme, cela entraîne une perte financière significative.

Pourquoi ? Parce que si vos revenus augmentent et que vous maintenez votre niveau de vie actuel, vous disposerez chaque mois d’une somme considérable à investir en vous-même et dans votre entreprise. Vous créerez ainsi un “delta”, un écart qui vous permettra de générer davantage d’argent, déclenchant un effet boule de neige en votre faveur.

Bien sûr, à un certain point, faites-vous plaisir et profitez de la vie. Faites-le seulement de manière progressive. Essayez d’augmenter votre niveau de vie beaucoup plus lentement que l’augmentation de vos revenus. C’est la première clé de l’enrichissement.

Si vous prenez des notes et suivez ces conseils pour éviter les dépenses citées, vous pouvez économiser des centaines voire des milliers d’euros chaque mois en fonction de vos habitudes actuelles. Cela vous permettra d’utiliser ces économies pour développer vos compétences et lancer une entreprise génératrice de cash-flow mensuel.

Lorsque vos revenus vont augmenter, gardez à l’esprit de ne pas augmenter vos dépenses trop rapidement. À ce moment-là, vous économiserez probablement des milliers, voire des dizaines de milliers d’euros chaque mois.

Retrouvez la liste de dépenses à éviter en vidéo :

Les 10 niveaux d’intelligence financière

Entrez dans l’univers passionnant de l’argent et de la finance, des sujets souvent considérés comme tabous, mais incontestablement essentiels.

Explorons les 10 niveaux d’intelligence financière.

Max : C’est un parcours par lequel je suis passé, passant du plus bas niveau, où je peinais financièrement, à ma réalité actuelle de multimillionnaire. Depuis plus de 10 ans, je n’ai plus besoin de travailler, mais je le fais par pur plaisir et passion. J’adore ça ! Mon objectif est de vous aider à atteindre un stade où travailler devient un choix, une envie, plutôt qu’une obligation.

Avant d’explorer ces 10 niveaux, il est important de comprendre qu’une personne ne vaut pas mieux qu’une autre en raison de sa richesse. La différence réside souvent dans le niveau d’intelligence financière.

N’oubliez pas de réserver votre place pour notre séminaire pour entrepreneurs !

Niveau 1 : Je ne travaille pas parce que je suis incapable

personne sdf

Au premier échelon, nous rencontrons souvent des personnes SDF. Ce sont des personnes qui ont fait de leur mieux, mais qui, en matière d’intelligence financière, pensent inconsciemment c’est : “Je ne travaille pas parce que je suis incapable de contribuer et donner quoi que ce soit à la société.”

Niveau 2 : Je travaille dur, gagne peu et dépense plus que ce que je gagne

personne endetté

Dans ce niveau, la situation financière est dégradée avec des dettes et la pauvreté.

J’ai vécu cela quand j’avais 21 ans en tant qu’entrepreneur.

Inconsciemment, je pensais qu’il fallait travailler dur. Mais il m’était impossible de gagner beaucoup d’argent. Mes parents avaient un revenu mensuel de 1000€ par mois. Gagnant moi-même 850€ par mois, je vivais chez ma mère, conditionné par les schémas financiers familiaux. Suivant le modèle de ma mère qui consistait à dépenser plus que ce que l’on avait, je me suis endetté pour satisfaire mes envies, m’acheter des choses que je n’avais pas. J’ai fini endetté. Je dépensais plus que ce que je gagnais. J’étais à découvert.

Cette habitude de dépenser plus que mes revenus a créé un niveau de stress financier intense. J’avais des agios. Je sais ce que c’est de peiner financièrement. Je sais ce que c’est que d’être à ce deuxième niveau d’intelligence financière !

Niveau 3 : Je travaille dur, gagne peu et dépense tout ce que je gagne

personne dépensiere

 

À ce stade, on se trouve dans la survie financière. Prenons l’exemple d’un jardinier qui travaille pour un patron. Il travaille dur, effectue des tâches physiquement exigeantes, porte des plantes, creuse. Il travaille sous le soleil toute la journée, et c’est difficile. Malgré ses efforts, il dépense tout ce qu’il gagne.

Dans la phase précédente, le mantra était “je gagne peu et je dépense plus”. Ici, c’est plutôt “je ne dépense pas plus, mais je dépense tout ce que j’ai”. Imaginons qu’il ait 1000€ sur son compte, il les dépensera intégralement.

Cela crée un état de stress financier. Un stress que l’on souhaite surmonter, n’est-ce pas ? D’où l’intérêt des autres niveaux !

Niveau 4 : Je travaille dur, gagne bien et dépense plus que ce que je gagne

personne qui dépense

À ce stade, on réussit à gagner un revenu décent. C’est le schéma classique de la classe moyenne. Beaucoup de personnes de la classe moyenne pensent être riches, mais en réalité, elles sont souvent financièrement fragiles.

Comment pouvez-vous savoir si vous êtes riche ou pas ?

Simplement en arrêtant de travailler du jour au lendemain et en vendant tous vos biens. Êtes-vous en bénéfice ou en déficit ? Cela met en lumière le classique schéma où l’on croit être riche, mais en réalité, on peut être bien moins à l’aise financièrement.

Prenons un exemple. Le scénario classique d’un professionnel évoluant au sein d’une grande entreprise, percevant un salaire confortable de 5000 à 10 000 € par mois. On se sent souvent au sommet du monde. Les institutions financières apprécient cette classe moyenne qui, dès qu’elle le peut, investit dans l’achat d’une maison. Elle profite de sa solvabilité tant qu’elle reste active professionnellement.

Malgré des rentrées d’argent régulières permettant le remboursement des dettes, cette catégorie ne réalise pas d’investissements fructueux. Les banques s’enrichissent, tandis que ces individus s’appauvrissent. Pire encore, la pension de retraite est souvent réduite de deux tiers par rapport à leurs revenus antérieurs. Une position financière qui semble riche, mais qui, en réalité, conduit à la pauvreté.

Niveau 5 : Je travaille dur, gagne bien et dépense presque tout

personne qui dépense

À ce stade, la préoccupation pour la retraite est quasi inexistante.

Les personnes ne mettent pas d’argent de côté, n’investissent pas, et malheureusement, lorsqu’arrive la retraite, elles atteignent seulement 5 à 6 fois moins. Puis, on leur annonce que leur retraite mensuelle est élevée à “seulement” 1500 € par mois. Cela représente un choc financier.

Bien que cette situation crée l’illusion de la richesse, la réalité est tout autre. Cependant, ils évitent au moins de s’endetter, contrairement au niveau précédent.

Niveau 6 : Je travaille dur, gagne bien et mets de l’argent de côté

economiser

C’est le premier pas vers l’enrichissement, où vous placez vos économies dans un livret A en toute sécurité. Ici, vous entrez progressivement dans la stabilité financière Toutefois, cela reste une stabilité avec une illusion d’une certaine sécurité financière, impactée par l’inflation.

Bien que vous commencez à constituer des économies, vous ne faites pas travailler votre argent. La croyance en la sécurité en déposant de l’argent entre les mains de l’État et des banques est trompeuse. Les banques peuvent faire faillite du jour au lendemain, et l’État est souvent surendetté. Il est crucial de sortir de cette hypnose apparente.

Vous pensez être en sécurité, mais en réalité, vous perdez de l’argent. Supposons que vous ayez investi 100 000 € pour la retraite. Le problème est que dans 20 ans, cette somme pourrait valoir potentiellement 50 000 €, voire 30 000 €.

Comment faites-vous face à cette réalité ?

C’est pourquoi je ressens une profonde passion à partager des conseils sur l’argent et l’intelligence financière. Je partage des conseils sur comment vous enrichir, en cherchant à éviter que des millions de personnes ne se retrouvent dans des situations financières difficiles à la retraite.

Niveau 7 : Je travaille intelligemment, gagne bien et mets de l’argent de côté

économiser plus d'argent

Au septième niveau d’intelligence financière, l’accent est mis sur l’apprentissage du travail intelligent. Il ne s’agit plus seulement de travailler dur, mais de comprendre comment optimiser son temps et investir en soi. Au lieu de simplement s’épuiser au travail, il devient essentiel d’acquérir des compétences et des connaissances qui permettent de doubler, voire plus, les gains pour le même investissement en temps.

À ce stade, une étape significative est franchie : moins d’efforts au travail, mais des revenus accrus. Bien sûr, cela s’accompagne de la discipline de mettre davantage d’argent de côté. C’est une transition vers une perspective où il devient nécessaire de reconsidérer la notion même de travail.

Voici un exemple concret pour illustrer cette transition : imaginez un avocat qui se limite à s’occuper de contrats simples, facturant 100 € de l’heure. En comparaison, un avocat fiscaliste, particulièrement compétent dans son domaine, peut facturer entre 500 et 600 € de l’heure. Cela signifie qu’il gagne 5 à 6 fois plus pour le même investissement en temps.

Sa compétence plus spécialisée est fortement recherchée, et les gens sont prêts à payer bien plus pour bénéficier de son expertise. À ce niveau, une étape significative est franchie dans la compréhension du travail intelligent et de la valorisation des compétences spécifiques.

Niveau 8 : J’investis beaucoup et continuellement en moi

investir en soi meme

À ce niveau, vous consacrez des ressources significatives à votre développement personnel. Car vous êtes convaincu que cela générera le meilleur retour sur investissement. L’engagement massif dans votre propre croissance vous permet de constater une augmentation continue de vos revenus. Vous établissez un delta, qui représente la différence entre vos gains et vos dépenses. Si vous gagnez 10 000 € par mois et dépensez 11 000 €, vous affichez un delta négatif de 1 000 €. Cela est significatif d’un appauvrissement progressif.

La clé de l’enrichissement réside dans la discipline de dépenser moins que ce que l’on gagne.

Bien que cela paraisse simple, de nombreuses personnes n’ont pas encore intégré cette notion. En investissant intelligemment et en créant une rentabilité de 5 à 10 %, on entre dans la catégorie des investisseurs débutants.

Niveau 9 : J’investis massivement en moi, obtiens des rentabilités de 10 à 25%

etre rentable et investir plus

À ce niveau, vous consacrez d’importantes ressources à votre développement personnel. Vous vous entourez de mentors, participez à des masterminds et investissez continuellement en vous.

Cette stratégie vous permet de réaliser des gains substantiels, de travailler moins à votre convenance, et de faire fructifier votre argent de manière efficace.
Grâce à des rentabilités comprises entre 10 et 25 %, vous êtes sur la voie rapide vers l’accélération de la richesse. En quelques mois et quelques années, vous pouvez atteindre la liberté financière, surpassant ainsi l’inflation grâce à vos connaissances et compétences. L’accès à la millionnaire n’est pas une exclusivité, tout le monde peut y parvenir.

Je suis véritablement issu d’une famille confrontée à des difficultés financières. Cependant, je jouis de la liberté financière depuis plus de 10 ans. J’ai une passion pour ce que je fais, au point de ne jamais ressentir l’impression de travailler. La beauté de ma situation actuelle réside dans le fait que si je n’ai pas l’envie de travailler, je n’y suis pas contraint. Mon argent est investi de manière productive, travaillant assidûment pour moi. C’est une sensation extraordinaire.

Niveau 10 : J’investis massivement en moi, obtiens des rentabilités de 25 à 1000%

personne riche et investie

Au niveau 10, vous persistez à investir de manière constante en vous-même. Vous maîtrisez l’art de l’investissement et obtenez des rendements allant de 25 à 1000 % par an. Actuellement, vous n’avez vraiment plus besoin de travailler. Vous êtes ainsi parvenu à la liberté totale financière.

Je partage cette expérience car je suis désormais à la 10e étape, avec la possibilité d’explorer un 11e ou 12e niveau éventuel. Mon parcours a révélé que plus je gagne en savoir, plus je réalise l’étendue de mes lacunes. Cependant, j’ai traversé chacune de ces étapes. Si j’ai réussi, vous pouvez aussi atteindre ce stade.
Vous avez peut-être remarqué que le pivot essentiel pour débuter l’enrichissement réside dans l’investissement en soi. Les détails de cette démarche ainsi que la manière de faire fructifier et multiplier l’argent sont abordés dans mes programmes tels que Finance Mastery, ainsi que dans mes séminaires où les participants émergent avec un plan concret pour devenir millionnaires et atteindre la liberté financière.

Retrouvez les 10 niveaux d’intelligence financière en vidéo :

7 erreurs à éviter absolument quand vous êtes entrepreneur

7 erreurs à éviter absolument quand vous êtes entrepreneur

Chaque jour des entreprises prometteuses s’éteignent pour cause d’erreurs fatales. Les fondateurs de ces entreprises là n’ont pas vu venir.

Voici les sept erreurs fatales, majeures que vous devez absolument éviter. Je suis là pour vous aider à devenir financièrement libre, réaliser votre rêve entrepreneurial et ne pas finir comme la majorité d’entreprises à devoir fermer boutique. N’oubliez pas de réserver votre séminaire pour entrepreneurs !

Je vous invite à prendre des notes et à écouter bien attentivement jusqu’au bout parce qu’une erreur peut coûter très cher.

Erreur numéro 1 : être trop optimiste

homme optimiste

La première erreur peut sembler paradoxale : elle réside dans l’excès d’optimisme. Bien sûr, avoir une attitude positive est louable, mais une dose excessive pourrait bien vous coûter cher dans le domaine professionnel. Il ne s’agit pas de prôner le pessimisme, mais plutôt de viser le réalisme.

En affaires, les réalistes tendent à réaliser des profits plus conséquents que leurs homologues optimistes ou pessimistes. Être excessivement optimiste, c’est pratiquement se voiler la face et refuser de voir les risques potentiels.

Personnellement, j’ai connu cette expérience au début de ma carrière, convaincu qu’il fallait toujours être positif et optimiste. Cependant, avec le recul, je considère ce conseil comme l’un des plus néfastes. Se convaincre constamment que tout ira bien et que le succès est garanti ne fait pas disparaître les risques inhérents aux projets.

Vous ne souhaitez pas simplement vous aligner avec les optimistes ni vous enfermer dans le pessimisme. L’idéal est de faire partie de ce que je décris comme les “réalistes optimistes”.
Ces individus reconnaissent l’existence de dangers qui pourraient menacer leur entreprise. Ils peuvent prendre des décisions de recrutement coûteuses, parfois même plusieurs fois, avant de réaliser que certains collaborateurs ne partagent pas les mêmes objectifs, mais cherchent simplement à maximiser leurs gains financiers.

Personnellement, j’ai dû effectuer trois ou quatre recrutements pour me rendre compte que certaines personnes, en apparence alliées, ne cherchaient qu’à tirer profit de la situation sans réel engagement envers le projet. Heureusement, j’ai su les identifier à temps, évitant ainsi des conséquences néfastes pour l’entreprise.

En adoptant une approche de réaliste optimiste, j’ai appris à retirer mes lunettes teintées d’optimisme excessif et à percevoir les véritables motivations des individus. Je suis plutôt M. réaliste optimiste.

C’est une leçon parfois difficile à accepter, mais il est impératif de reconnaître la présence de personnes peu scrupuleuses dans le monde des affaires. Se poser les bonnes questions, évaluer les risques tels que ceux liés à la pandémie de covid ou aux conflits, est essentiel. Ignorer ces réalités peut grandement compromettre vos chances de succès.

Erreur numéro 2 : ignorer le marché

importance client marché

La deuxième erreur à éviter est de négliger le marché. Il est crucial de se rappeler que vos clients sont ceux qui font l’acquisition de vos produits et services. Il est impératif d’adopter une approche empathique, de chercher à comprendre ce qui se passe dans l’esprit et le cœur de vos clients.

Quelles sont leurs frustrations, leurs besoins, leurs préoccupations ? Ignorer le marché et vos clients, tout en restant enfermé dans votre bulle, épris de votre produit dans votre tour d’ivoire, peut conduire inévitablement à l’échec.

Le marché est dynamique, toujours en évolution. Il est essentiel de rester au fait de la concurrence, des nouvelles technologies, et d’écouter attentivement vos clients. Leurs besoins évoluent-ils ? Cela peut être une opportunité pour améliorer vos services et, par conséquent, accroître votre réussite. Ignorer ces aspects revient à se fermer aux opportunités et à compromettre la pérennité de votre entreprise.

Erreur numéro 3 : négliger l’importance de la trésorerie

trésorerie

Négliger l’importance de la trésorerie est une erreur majeure. Retenez bien cette règle : cash is king. Vous pouvez avoir tous les chiffres d’affaires du monde, si vous avez plus de coûts que de chiffre d’affaires, vous allez faire faillite.

De nombreuses start-ups réussissent à lever des fonds, ce qui est positif, mais elles ne sont pas toujours rentables. Chaque jour, elles perdent de l’argent. Certains perdent des millions chaque mois.

Durant cette période économique difficile, lever des fonds peut devenir complexe en raison du manque de ressources financières, de l’inflation, des taux d’intérêts élevés, etc. Ces entreprises misent souvent sur l’espoir d’une reprise économique, mais parfois, elles font faillite. En réalité, seulement 1 sur 100 réussit véritablement.

La plupart des entreprises ne meurent pas parce qu’elles ne sont pas rentables, elles périssent parce qu’elles manquent de cash.

En tant que chef d’entreprise ou entrepreneur, l’indicateur clé à surveiller est votre trésorerie.

Maîtriser cet aspect est la clé de la prospérité, de l’enrichissement, voire du statut de multimillionnaire, et surtout, cela vous assure des nuits paisibles. Cette sérénité n’a pas de prix.

Erreur numéro 4 : négliger le marketing et la vente

équipe marketing vente

Les entrepreneurs qui mettent tout leur focus sur leur produit ont raison. Seulement, même si le produit est exceptionnel, si l’entrepreneur ne met pas de l’énergie à le vendre, voire plus de temps qu’à le développer, cela n’aura pas d’intérêt.

Vous pourriez avoir le meilleur produit au monde, mais s’il n’y a pas d’acheteurs, cela n’a aucune valeur. Il est impératif de maîtriser les aspects de la vente et du marketing.

Vous n’êtes pas obligé d’assumer ces responsabilités vous-même ; vous pouvez déléguer ces tâches à des experts. Cependant, il est crucial que vous restiez au centre de cette stratégie. Investissez dans une formation en marketing, entourez-vous de personnes compétentes, rejoignez un groupe de réflexion (mastermind) et faites appel à un mentor expérimenté en marketing et en vente.

Cette approche peut être transformative, car elle permet aux entrepreneurs de mettre en place des stratégies marketing efficaces. Cela se traduit souvent par une augmentation significative de leur activité, une explosion de leurs revenus, simplement parce qu’ils ont accordé une attention majeure à leur marketing.

Erreur numéro 5 : ignorer le feedback des clients

avis client feedback

Il est crucial d’établir une boucle de rétroaction entre vous et vos clients. Trop souvent, les entrepreneurs sont enfermés dans leur tour d’ivoire, vantant les mérites de leurs produits, mais cette approche est intenable.
Si trois ou quatre clients vous font part de leur insatisfaction à l’égard de votre produit, il est impératif de les écouter. Il se peut que des améliorations soient nécessaires pour éviter qu’ils ne se tournent vers la concurrence, expriment leur mécontentement et laissent des avis négatifs sur des plateformes comme Google. Ignorer ces retours peut être préjudiciable.

Le chef d’entreprise qui refuse d’écouter les feedbacks de ses clients peut souvent être en proie à un problème d’ego.

J’ai eu ce problème-là à mes débuts. J’avais peur qu’on me dise que mon produit n’est pas parfait.

Cependant, en restant focalisé sur vous, vous allez finir en faillite. Votre mission en tant qu’entrepreneur ou chef d’entreprise, c’est de servir vos clients. Mieux vous servez vos clients, plus vous allez gagner d’argent.

Un exemple concret est celui d’Emirates, qui sollicite une enquête de satisfaction auprès de ses passagers. La société recueille, dès l’arrivée, les opinions des clients sur divers aspects tels que le vol, le service, la propreté et la nourriture. Malheureusement, de nombreuses entreprises hésitent à prendre cette initiative et négligent complètement le retour d’expérience de leurs clients. Elles ne s’engagent pas dans une quête constante d’amélioration de leurs produit.

Erreur numéro 6 : ne pas se former

formation apprentissage

Il est stupéfiant de voir le nombre d’entrepreneurs ou chefs d’entreprise qui ne se forment pas. C’est une aberration. Certains pensent qu’il suffit d’avoir de bonnes notes à l’école pour réussir dans le monde des affaires.

Cependant, créer une entreprise prospère ne s’apprend pas à l’école, ni même dans une école de commerce. Ces institutions sont plus axées sur la théorie, et bien que cela puisse être utile, cela ne prépare pas nécessairement à la réalité du terrain.

Cela est comparable à apprendre à nager pendant quatre ans, qu’avec de la théorie. Tant que vous n’êtes pas réellement dans l’eau, que vous ne pratiquez pas, vous ne pouvez pas acquérir les compétences pratiques nécessaires.

De même, la formation continue et l’apprentissage sur le terrain sont essentiels pour tout entrepreneur ou chef d’entreprise désireux de développer une entreprise réussie. C’est un investissement nécessaire pour rester compétent et prospérer dans un environnement commercial en constante évolution.

C’est simple, plus j’investis en moi, dans mes compétences de chef d’entreprise et d’entrepreneur, plus je gagne d’argent, plus je suis serein, plus ma société se développe. Ce succès n’est pas le fruit d’une baguette magique. Je n’ai pas réussi à l’école. J’ai un bac + une semaine. J’ai lancé ma boîte à 21 ans, et je ne connaissais rien. Forcément ça ne décollait pas. J’ai commencé à investir massivement en moi. J’apprenais, j’apprenais, j’apprenais, et puis quelques années plus tard, j’étais millionnaire.

La question essentielle à se poser est celle du budget alloué à la formation et du nombre de formations suivies. Si la réponse est “pas grand-chose”, la clé du succès réside alors dans la décision de se former davantage.

Formez-vous, et vous verrez votre chemin vers le succès se dessiner de manière significative.

Erreur numéro 7 : ne pas passer à l’action

passer à l'action

Se perdre dans la réflexion et la pensée au lieu de l’action massive est une erreur majeure. Bien que des moments stratégiques soient nécessaires pour travailler sur son entreprise plutôt que dans son entreprise, l’inaction prolongée est néfaste. Même avec la meilleure stratégie du monde, son succès dépend de sa mise en œuvre effective au sein de l’entreprise.

S’il n’y a pas d’action, il n’y a pas de résultat.

S’il n’y a pas de résultats, vous pourrez jamais devenir financièrement libre.

Vous devez être maître à l’exécution. C’est en passant à l’action que l’on peut progresser rapidement, dominer son marché, et en fin de compte, créer le succès entrepreneurial tant désiré.

Quelle est l’erreur fatale que vous êtes en train de faire ? J’espère que vous allez absolument éviter ces sept erreurs fatales et réussir à être financièrement libre.

Retrouvez les 7 erreurs que font les entrepreneurs en vidéo :

5 mauvaises habitudes à arrêter en 2024

Je vais vous guider à travers un voyage de transformation personnelle en partageant cinq habitudes néfastes qu’il est impératif d’abandonner.

En prenant conscience de ces comportements, vous vous préparez à accueillir l’année à venir comme la plus extraordinaire qui soit. N’oubliez pas de réserver votre séminaire pour entrepreneurs !

Première habitude à arrêter : regarder des séries tous les jours

regarder une série

La première habitude à absolument arrêter est de regarder tous les soirs une série sur Netflix ou un film, si tel est votre cas. N’importe qui peut le faire : s’asseoir confortablement sur son canapé, appuyer sur un bouton et laisser défiler l’écran. Cependant, cela nécessite de la discipline pour dire non à la télévision, et de choisir de vous former à la place.

C’est une réalité simple : si vous regardez une heure chaque jour des contenus dénués d’intérêt pendant un an, vous allez devenir plus stupide et vous appauvrir intellectuellement. Les idées et graines que vous mettez dans votre esprit sont celles qui germent. Ainsi, si vous nourrissez votre esprit de futilités, c’est exactement ce que vous récolterez.

Certains passent trois heures par jour à regarder une à deux séries, en plus de perdre du temps sur les réseaux sociaux. Ne faites pas partie de ces gens.

Vos habitudes, c’est tous les jours ce que vous faites de votre journée. Elles doivent vous amener dans une certaine direction. Et regarder une heure par jour de série Netflix vous mènera vers l’abîme de la médiocrité intellectuelle.

Au lieu de cela, optez pour une alternative plus enrichissante : dédiez une à deux heures par jour à la formation. Lisez, investissez dans des cours en ligne, perfectionnez-vous, développez vos compétences en marketing, en vente, en confiance en soi, ou tout autre domaine de votre choix. En consacrant une à deux heures quotidiennes à votre développement, vous vous trouverez à l’opposé de la trajectoire de la médiocrité. En un an, deux ans, trois ans, une personne qui était initialement stupide peut devenir intelligente, riche, épanouie et confiante.

Ces petites habitudes, en apparence insignifiantes au quotidien, sont celles qui, au bout de trois ans, engendrent des résultats extraordinaires.

Elles ont été le catalyseur de mon succès financier, surpassant largement celui de toute ma classe réunie lorsque j’étais plus jeune. Sans vouloir établir des comparaisons, mes camarades sont des personnes adorables, que j’apprécie beaucoup, mais je gagne 400, 500 fois plus qu’eux. La raison ? Parce que j’ai investi chaque jour de manière délibérée, au lieu d’aller dans des bars et de boire des verres. Je me formais constamment. Les résultats de cette démarche sont tout simplement phénoménaux.

Où aspirez-vous à être dans un an ? Vous choisissez !

Deuxième habitude à arrêter : avancer sans objectif

objectif

La deuxième habitude à absolument bannir dès maintenant est d’avancer sans objectif clair. Un homme sans objectif, c’est comme un bateau sans gouvernail. Vous allez à la dérive et au crash. Vous devez absolument vous fixer des objectifs clairs.

Aujourd’hui, pendant que j’enregistre ces vidéos, je vais planifier ma journée et élaborer une stratégie pour l’année sur le plan personnel et professionnel. Ce n’est pas juste un objectif qui ressemble à un gentil souhait, mais un objectif clair, précis et spécifique, avec un plan d’action en place.

Cela vous permettra de démarrer l’année de manière claire, spécifique et confiante. Plus vous êtes clair, plus vous devenez confiant. Plus vous êtes confiant, plus vous passez à l’action.

Plus vous passez à l’action, plus vous réussissez.

J’ai toujours un grand plaisir à vous accompagner dans nos programmes et séminaires pour vous aider à fixer des objectifs clairs et précis, avec un plan d’action en place qui garantira le succès.

Troisième habitude à arrêter : ne pas faire d’activité physique

activité physique

La troisième habitude à absolument cesser est de ne pas faire d’activité physique. La santé et la vitalité forment la base de toutes vos entreprises.

J’ai remarqué qu’un jour où je ne fais pas de sport, que ce soit à cause d’une nuit agitée et difficile ou des enfants qui nous ont réveillés, je me sens immédiatement moins productif, plus à fleur de peau, moins bien. Dès que je fais un peu d’activité physique, que ce soit courir ou faire du yoga, je me sens au top, je me sens fort pour performer le reste de ma journée.

C’est une certitude : votre niveau de productivité va exploser, votre niveau de richesse, de succès et vos relations vont connaître une ascension fulgurante. Concrétisez cette habitude : pratiquez une activité physique pour mieux performer.

Quatrième habitude à arrêter : travailler sans cadre

travailler planifier

La quatrième habitude à abandonner cette année est celle de travailler de manière incessante, sans établir clairement le cadre de votre travail, sans planifier de manière appropriée le temps à consacrer à vos proches. Cela est particulièrement crucial si vous êtes entrepreneur, workaholic, passionné par votre activité, et animé par le désir de réussir.

C’est important de bien cadrer les choses.

Cela a totalement changé ma vie le jour où j’ai pris l’habitude de planifier des plages horaires précises pour mon travail : “je travaille de telle heure à telle heure.” Cela me force à être productif parce que j’adore travailler, je pourrais littéralement travailler 24h/24. Cependant, si je ne cadre pas, cela aura un impact négatif, notamment sur ma vie de famille par exemple. Donc, à 19h maximum, je suis avec ma famille. Je couche mes enfants, et le week-end, je suis avec eux. Cette organisation est rigoureuse. Toutefois, c’est ce qui fait que cela me force à être plus productif, à déléguer et simplement à me focaliser sur les actions les plus productives.

Cela permet d’avoir aussi un équilibre de vie professionnelle et personnelle.

Cinquième habitude à arrêter : tenter d’avancer seul

groupe de travailleurs

La cinquième habitude que vous devez absolument cesser est de tenter d’avancer seul. C’est une grande erreur. L’isolement, le fait de rester dans son coin, d’évoluer en solitaire, réduit considérablement les chances de réussite et chances de survie.

Vous avez besoin de mentors, de rejoindre un mastermind, de suivre des formations, de vous entourer de gens qui voient grand, qui ont déjà connu le succès et qui peuvent vous guider en vous partageant leurs stratégies gagnantes : “Voici comment je fais pour réussir, voici comment tu peux réussir.”

Il existe des coachs dévoués qui vous encouragent, qui dissipent vos blocages et vos limites, qui identifient vos croyances limitantes et vos peurs.

On a besoin d’un environnement pour réussir.

Selon une étude approfondie, l’élément le plus déterminant à la réussite est la qualité des personnes avec qui vous vous entourez. C’est ce qui déterminera votre trajectoire vers le succès, le bonheur, ou au contraire, l’échec et le malheur.

On a appris à l’école à ne pas copier, mais copier peut également signifier collaborer. N’avancez pas en solitaire, entourez-vous et entourez-vous bien !

Vous êtes vos habitudes.

Changez vos habitudes, vous changerez vos résultats.

 

Parmi ces 5 habitudes, laquelle, ou lesquelles, aviez-vous comme mauvaise ? Qu’est-ce que vous vous engagez à faire, pour qu’à partir de maintenant, vous créez de nouvelles habitudes pour absolument garantir votre succès ?

 

Retrouvez les 5 mauvaises habitudes à arrêter en 2024 en vidéo :

Les astuces pour mieux gérer vos tâches administratives

Les tâches administratives sont une réalité incontournable dans la vie professionnelle et quotidienne. Que vous soyez entrepreneur, travailleur indépendant ou simplement un particulier, la gestion efficace de ces tâches peut faire une grande différence dans votre productivité et votre bien-être général.

Dans cet article, nous explorerons quelques astuces pratiques pour vous aider à mieux gérer vos tâches administratives. N’oubliez pas de réserver votre séminaire pour entrepreneurs !

Établissez une liste de tâches prioritaires

liste de taches prioritaires

La création d’une liste de tâches prioritaire est une étape fondamentale dans la gestion efficace de vos responsabilités administratives. Elle vous aide à visualiser l’ensemble de vos obligations et à identifier celles qui exigent une attention immédiate.

Commencez par énumérer toutes les tâches qui nécessitent votre attention. Classez-les ensuite en fonction de leur importance et de leur urgence. Les tâches cruciales sont celles qui contribuent directement à vos objectifs et à ceux de votre organisation. Les tâches urgentes sont celles qui ont un délai imminent.

Exemple :

  • Crucial et urgent : remplir une déclaration fiscale imminente.
  • Crucial mais moins urgent : Mettre à jour le site web de l’entreprise.
  • Urgent mais moins crucial : Répondre à un e-mail client urgent mais non essentiel.

Une fois que vous avez identifié l’importance et l’urgence de chaque tâche, établissez une hiérarchie.

Exemple :

  • Priorité 1 : Remplir la déclaration fiscale.
  • Priorité 2 : Mettre à jour le site web.
  • Priorité 3 : Répondre aux e-mails clients urgents.

Explorez différentes méthodes de gestion du temps pour organiser votre liste de tâches.

Utilisez la technologie à votre avantage

utilisation technologie

La technologie moderne offre une multitude d’outils et de solutions pour simplifier et automatiser les tâches administratives. En exploitant ces ressources de manière judicieuse, vous pouvez gagner du temps, réduire les erreurs humaines et accroître votre productivité.

Adoptez la gestion électronique des documents (GED) pour réduire la dépendance aux documents papier. Les systèmes de GED vous permettent de stocker, organiser et retrouver facilement des documents numériques. Cela facilite la collaboration, accélère les processus et réduit les risques de perte de documents.

Utilisez des logiciels de comptabilité pour automatiser le suivi des finances, la création de factures et la gestion des dépenses. Ces outils peuvent également générer des rapports financiers, simplifiant ainsi la tenue de vos comptes.

Organisez votre espace de travail

espace de travail organisé

Un espace de travail bien organisé est essentiel pour une gestion administrative efficace. Que vous travailliez dans un bureau traditionnel ou à domicile, un environnement organisé contribue à la clarté mentale, à la productivité et à la réduction du stress.

Commencez par éliminer le superflu. Retirez les objets, documents ou fournitures qui ne sont pas nécessaires à votre travail quotidien. Cela peut inclure la suppression de vieux dossiers, le nettoyage de votre bureau, et la gestion des câbles.
Investissez dans des solutions de rangement adaptées à vos besoins.

Des étagères, des classeurs et des organisateurs de bureau peuvent aider à maintenir un ordre visuel. Cela facilitera également la recherche d’articles. Organisez vos documents de manière logique et utilisez des étiquettes pour les identifier facilement.

Planifiez des plages horaires dédiées

planification horaire

La gestion du temps est cruciale pour une gestion administrative efficace. Planifier des plages horaires dédiées pour des tâches spécifiques permet d’optimiser votre productivité.

Commencez par identifier les tâches administratives clés que vous effectuez régulièrement. Il peut s’agir de la gestion des e-mails, la comptabilité, la planification de réunions, etc.

Attribuez des plages horaires spécifiques à chaque type de tâche. Par exemple, consacrez la première heure de votre journée à la gestion des e-mails, la deuxième heure à la comptabilité, et ainsi de suite.

Pendant les plages horaires dédiées, minimisez les interruptions. Informez vos collègues de votre disponibilité limitée pendant ces périodes et mettez en place des signaux visuels (comme un panneau “Ne pas déranger”).

Déléguez si possible

déléguer le travail

La délégation efficace est une compétence clé pour la gestion administrative. En déléguant certaines tâches à d’autres membres de l’équipe ou à des partenaires externes, vous pouvez optimiser votre temps et votre énergie pour vous concentrer sur des aspects plus stratégiques.

Commencez par identifier les tâches qui peuvent être déléguées sans compromettre la qualité du travail. Cela pourrait inclure des activités récurrentes, des responsabilités spécifiques qui correspondent aux compétences de quelqu’un d’autre.

Comprenez les forces et les compétences de chaque membre de votre équipe. En connaissant les spécialités et les intérêts de chacun, vous pouvez déléguer des tâches en fonction de leurs compétences.

Lorsque vous déléguez une tâche, assurez-vous de fournir des instructions claires et détaillées. Précisez les attentes, les délais et les résultats attendus.

Soyez proactif dans la gestion des problèmes

gestion probleme

La proactivité dans la gestion des problèmes consiste à anticiper les défis potentiels et à prendre des mesures préventives pour les atténuer avant qu’ils ne deviennent des crises.

Commencez par identifier les risques potentiels liés à vos tâches administratives. Cela pourrait inclure des erreurs de traitement, des retards dans les échéances, des changements de réglementation, ou d’autres facteurs susceptibles d’impacter votre travail.

Une fois les risques identifiés, développez des stratégies préventives. Cela pourrait impliquer la mise en place de contrôles de qualité ou la formation continue pour rester à jour sur les réglementations.

Encouragez la communication ouverte et honnête au sein de votre équipe. Une culture de rétroaction permet aux membres de l’équipe de signaler rapidement tout problème émergent.

Organisez des sessions régulières pour discuter des risques potentiels et des plans d’action préventifs. Ces réunions peuvent être l’occasion de partager des informations critiques et d’explorer de nouvelles méthodes de travail.

Investissez dans votre formation continue

formation

La formation continue est cruciale pour rester compétent et informé dans un environnement professionnel en constante évolution, notamment dans le domaine des tâches administratives. Investir dans votre développement professionnel peut améliorer vos compétences.

Commencez par évaluer vos compétences actuelles et identifiez les domaines où vous pourriez bénéficier d’une amélioration. Cela peut inclure des compétences techniques spécifiques, des connaissances réglementaires, ou des compétences liées à la gestion du temps et de projets.

Les cours en ligne, les webinaires et les ateliers sont d’excellents moyens d’acquérir de nouvelles compétences ou de mettre à jour vos connaissances. Assister à des conférences et des événements professionnels vous donne l’occasion d’entendre des experts de l’industrie et d’apprendre les meilleures pratiques.

Rejoindre des associations professionnelles dans votre domaine vous connecte à une communauté de pairs et offre souvent des programmes de formation continue. Ces organisations peuvent également fournir des ressources précieuses pour rester à jour sur les derniers développements.

Conclusion : gérez vos tâches pour être plus efficace !

En adoptant ces astuces, vous serez mieux équipé pour gérer vos tâches administratives de manière plus efficace.

La clé réside dans la planification, l’organisation et l’utilisation judicieuse des ressources technologiques. En fin de compte, une gestion administrative optimisée vous permettra de consacrer plus de temps à des activités qui ajoutent réellement de la valeur à votre vie professionnelle et personnelle.

La croyance fondamentale pour atteindre vos objectifs et réaliser vos rêves

Est-ce que vous pensez qu’il existe une croyance qui a le pouvoir de transformer chaque échec en une ascension vers le succès ? Pensez-vous qu’il existe un secret gardé par des titans tels qu’Elon Musk qu’ils utilisent pour dominer leur marché ?

Plongez avec moi dans cette conviction transcendante et découvrez-en toute la puissance ! Ma mission est de vous aider, vous les entrepreneurs et leaders, à devenir financièrement libre et épanoui sur le chemin.

Et n’oubliez pas de réserver votre séminaire pour entrepreneurs !

Qu’est-ce qu’une croyance ?

atteindre objectif et croyance

Lorsque nous évoquons le concept de croyance, il ne s’agit pas de convictions religieuses, mais plutôt de vos convictions les plus profondes. Quelles sont vos convictions profondes ? Tant que vous n’avez pas développé une croyance solide, atteindre vos aspirations devient un défi insurmontable.

Le développement de cette croyance devient impératif. C’est la clé qui ouvre la porte vers la réalisation de la vie que vous désirez.

Vous devez développer cette croyance.

La voie optimale pour renforcer et développer cette croyance passe par trois étapes distinctes. Découvrons-les ensemble.

Première étape : comprendre votre croyance

comprendre sa croyance

Vous devez assimiler cette croyance, et elle est plutôt simple : vous avez la capacité de réaliser absolument vos rêves les plus audacieux. Vous êtes prêt à vous donner les moyens et à apprendre.

Le niveau de succès que vous voulez est simplement lié à un manque d’apprentissage.

Vous n’avez peut-être pas encore la compétence qui vous permet d’atteindre votre objectif, mais il n’y a rien d’impossible.

La question fondamentale est simplement : “Est-ce que j’ai acquis cette connaissance ?”. Vous pouvez apprendre à tripler vos revenus ou apprendre à générer un million d’euros de bénéfices par an.

Je comprends que cela puisse sembler étrange, mais lorsque je gagnais 1000 € par mois, c’était compliqué d’imaginer que je pouvais gagner 3000 € par mois. Cependant, dès que j’ai commencé à croire que c’était effectivement possible, mes revenus ont progressivement augmenté à 5000 €, 10 000 €, et même 100 000 € par mois. Le moment où j’ai constaté que je générais plus d’un million d’euros par an m’a vraiment mis un choc. Je suis une preuve vivante qu’on peut partir de zéro, devenir multimillionnaire et, enfin, devenir financièrement libre.

Le moment décisif survient lorsque vous allez comprendre que tout s’apprend. Si vous êtes prêt à faire les efforts nécessaires et à vous investir pleinement, alors vous avez la capacité absolue de concrétiser n’importe quel objectif.

Prenons l’exemple des enfants. Ce sont de véritables machines à apprendre. Ils cherchent constamment et posent des questions tout le temps : “comment je peux faire ceci ?” et “comment fonctionne cela ?”. On est né pour apprendre.
Malheureusement, à l’école, il arrive souvent que les enfants soient découragés d’apprendre. On les oblige à apprendre des connaissances souvent inutiles, des notions qui ne sont guère utiles et cela crée un désintérêt pour l’apprentissage.

Lorsqu’on contraint quelqu’un à apprendre, il n’apprend rien du tout. L’enfant va apprendre simplement pour avoir une bonne note et passer à autre chose.

En y réfléchissant, combien de choses avez-vous retenues de ce que vous avez appris à l’école ? Pas grand chose. On vous a enseigné à lire, à écrire, à vous exprimer, ainsi qu’à effectuer des opérations mathématiques basiques telles que la multiplication et l’addition. Ces compétences sont précieuses, mais elles ne couvrent qu’une partie limitée du spectre des savoirs utiles.

Malheureusement, les enfants, après avoir été exposés à un apprentissage contraignant, deviennent dégoûtés et ne veulent plus apprendre. Ce schéma se poursuit une fois qu’ils arrivent à l’âge adulte, où beaucoup cessent d’apprendre. Il est crucial de comprendre qu’au moment où vous cessez d’apprendre, vous commencez déjà à décliner, non pas physiquement, mais émotionnellement et mentalement.

J’ai démontré que les individus qui partent à la retraite tout en restant très actifs vont pouvoir vivre beaucoup plus longtemps que les personnes qui partent véritablement en retraite.

Votre vie, votre existence, doit être ancrée et basée sur la croissance. C’est pourquoi il est important de se former et de transformer tous vos échecs en leçons. Ce sont juste des tremplins pour avancer au niveau supérieur. Vous avez la capacité d’apprendre ce que vous souhaitez : vous pouvez apprendre le chinois, l’allemand, l’italien, à golfer, à surfer, apprendre une musique au piano ou à la guitare, et même apprendre à avoir une entreprise prospère et à gagner beaucoup plus d’argent. Vous pouvez aussi apprendre à être heureux en couple.

Vous pouvez tout apprendre.

Le jour où j’ai développé cette croyance fondamentale, toute ma vie a changé et pris un virage radical. J’ai commencé à nourrir une conviction accrue dans la solidité de mon couple, à avoir plus d’énergie, plus de vitalité, à être plus heureux, à gagner plus d’argent, à avoir une entreprise plus prospère. J’ai investi plus de 1,1 million d’euros dans mon développement professionnel, en investissant dans des formations, des séminaires, des mentors et des groupes de mastermind.

Deuxième étape : avoir un état d’esprit de croissance

état d'esprit de croyance

Une fois que vous avez intégré cette croyance-là, vous pouvez adopter un état d’esprit de croissance. C’est une mentalité nouvelle par rapport à l’état d’esprit fixe.

Dans l’état d’esprit fixe, les choses ne peuvent pas bouger, elles sont figées. Vous pouvez être tenté de vous convaincre avec des affirmations telles que : “je ne peux pas perdre du poids parce que j’ai de gros os”. Non, c’est totalement faux.

En revanche, vous pouvez apprendre à perdre du poids et embrasser un état d’esprit de croissance. Que puis-je faire ? Quels livres puis-je lire ? Quelles formations puis-je suivre ? Quel coach peut m’aider à atteindre le corps que je souhaite, à perdre ces 10 kilos de graisse et à développer force et tonicité ?

Lorsque vous adoptez un état d’esprit de croissance, tout devient possible.

Les entrepreneurs qui optent pour cette mentalité ont beaucoup plus de chance de succès, parce qu’ils sont plus résilients. Ils voient tout échec comme une leçon : s’ils font face à un revers lors du lancement d’un projet et que cela ne se concrétise pas comme prévu, ils en tirent des leçons afin que la prochaine fois le projet fonctionne mieux !

La résilience constitue le secret fondamental pour réussir à long terme. Elle se traduit par la capacité à prendre un coup, à chuter et à se relever avec une célérité remarquable.

Troisième étape : adopter et renforcer votre croyance

autoevaluation approfondie

La troisième étape pour adopter et renforcer cette croyance est de faire de l’autoévaluation approfondie. Quelles sont vos croyances limitantes ? Comment allez-vous pouvoir les challenger ? Est-ce qu’elles sont vraies ?

Lors de séminaires, comme “Destination Réussite”, je présente souvent l’exemple suivant : “Durant trois jours, mettons un peu notre cerveau sur la table sans pour autant se couper réellement la tête… Et observons comment nous sommes câblés, quelles sont ces croyances et ces pensées limitantes qui nous animent depuis notre enfance. Cela n’est pas de votre faute, vous avez été conditionné comme cela. Nous allons identifier quels sont les câblages qui nous servent et qui ne nous servent pas.”

C’est vraiment important de faire cette introspection. Il est essentiel de vous connaître et de vous interroger sur l’ensemble de vos croyances. Vous devez vous demander si elles sont vraies. Si c’est le cas, cherchez des moyens de les challenger et de les remettre en question.

Lorsque vous trouvez le courage de remettre en question vos propres convictions, vous ouvrez soudainement la porte à la croissance, au succès, et à toutes les richesses du monde. C’est parce qu’au moment où vous acceptez de vous mettre au défi et de vous dire “D’accord, je suis prêt, je mets mon ego de côté, je n’ai pas toujours raison. Quelqu’un d’autre a peut-être raison.”

Les personnes persuadées d’avoir toujours raison ont leur propre certitude et sont enfermées dans leurs croyances. Ce sont les personnes les plus malheureuses et qui sont bloquées dans leur croyance et dans leur vie. Cette fermeture d’esprit les conduit à investir beaucoup de temps et d’énergie à renforcer leurs convictions, souvent erronées. Ce comportement les bloque, les empêche de progresser et c’est triste à observer.

Notez cela en grand : Si je veux changer les choses, qui doit changer ? Je dois changer.

Qu’est-ce qui vous a marqué le plus ? Quelles sont vos croyances ?

Et avant tout, rappelez-vous que tout s’apprend.

Retrouvez la croyance fondamentale pour atteindre vos objectifs en vidéo :

Déconstruire les a priori pour libérer votre succès

Cela fait 27 ans que j’étudie le succès. Il y a un trait qui différencie tous les riches du reste de la planète.

Quel est-il ? Je vous dévoile tout !

Pensez à jeter un œil à notre séminaire pour entrepreneurs !

Les a priori : ces croyances limitantes qui ne vous aident pas !

Vous avez sûrement des a priori qui vous coûtent beaucoup d’argent et qui potentiellement créent des conflits dans vos relations. Voyons trois exemples concrets : les États-Unis, la Chine et Dubaï.

Les a priori sur les Américains

Américain

Voici un exemple concret.

“Pendant des années, j’ai entendu dire que les Américains étaient obèses.
C’est un phénomène très intéressant car les mêmes personnes qui disent cela répondent “non” quand je leur demande s’ils sont déjà allés aux États-Unis. Certains vont répondre qu’ils y sont allés en vacances pendant une semaine.”

Forcément, une semaine de vacances suffit pour faire une généralité sur la population américaine qui compte 340 millions d’individus. La vérité absolue est que tous les Américains sont gros. Malheureusement, le cerveau a tendance à fonctionner en généralité.

“Quand j’avais 14 ans, j’avais un a priori suite au décès de mon père. Je suis parti dans une famille d’accueil en Louisiane aux États-Unis. Déjà, dans ma famille d’accueil, il n’y avait aucun obèse. Quand j’allais à l’école, sur une classe de 30, il y en avait peut-être un. C’était là aussi très intéressant de voir que ce n’était pas du tout comme on me l’avait vendu. Certains étaient minces, d’autres étaient plus musclés que moi.”

Alors, est-ce qu’il existe des obèses aux États-Unis ? Bien sûr. Est-ce qu’il en existe en France ? En Suisse ? En Belgique ? Absolument.

C’est plus ou moins la même chose. Il y a un tiers de personnes dans le monde occidental considéré en surpoids. Vous verrez rapidement le lien avec vos finances ; ça va être très important. Ces a priori que vous avez vous coûtent beaucoup d’argent et vous limitent dans votre vie.

Les a priori sur la Chine

Chine

Voyons l’exemple de la Chine. Quels sont les a priori que nous avons sur les Chinois ? “Les Chinois, ils sont fourbes, ils sont arnaqueurs, ils ne sourient pas forcément.”

En extrapolant ces stéréotypes à l’ensemble des 1,5 milliard de Chinois, on considère qu’ils sont donc tous méchants. C’est vraiment incroyable de voir à quel point ces a priori sont tenaces.

“Ma femme et moi sommes partis en Chine pendant un mois. On était tellement surpris de la gentillesse et de l’accueil des gens. Cependant, à la fin de notre périple, on avait exploré qu’une toute petite partie de la Chine. Qui sommes-nous pour prétendre avoir un avis complet sur l’ensemble des Chinois ?”

Cette réflexion prend une dimension étonnante lorsque l’on entend d’autres personnes émettre des opinions sur les Chinois. La plupart du temps, lorsqu’on leur demande s’ils ont déjà visité la Chine, la réponse est négative.

C’est la nature humaine : émettre des jugements sur des religions, des cultures, des partis politiques, ou des individus, sans réellement les connaître.

Alors, quel est le trait distinctif des personnes fortunées ? Elles ont un esprit critique.

Les a priori sur Dubaï

Dubai

Avant d’aborder concrètement les aspects financiers et les éventuelles tensions qu’ils peuvent engendrer dans vos relations, prenons un second exemple relatif à Dubaï.

C’est la ville qui détient le record de préjugés.

À chaque fois que quelqu’un aborde le sujet de Dubaï, la liste d’a priori est absolument hallucinante.

Lorsque quelqu’un vous partage une information sur quelqu’un ou quelque chose, vous avez tendance à développer une croyance, comme si vous aviez des lunettes équipées de lentilles colorées. Si vos lentilles ont un filtre vert, votre perception sera teintée de vert, vous serez biaisé. Ce phénomène pose un vrai problème, parce qu’on s’illusionne détenir la vérité, alors qu’en réalité, bien souvent, nos convictions sont complètement erronées.

“Prenons mon cas en exemple. Quand je suis venu à Dubaï, j’avais des lentilles vertes. J’avais une vision d’une ville d’Instagrameur, d’exhibition, et totalement indifférente à l’environnement. J’ai entendu beaucoup d’a priori sur Dubaï. Mais au fur et à mesure que j’y suis allé, j’ai découvert que ces a priori étaient archi faux. Avec ma femme, on a même décidé d’y déménager et d’y vivre. C’est quelque chose que je n’aurais jamais pensé faire dans ma vie. En réalité, plus je vais à Dubaï, plus je l’adore. Oui, il fait plus chaud en été, c’est un fait, mais à part cela, on adore.”

Développer un esprit critique pour accéder à la vérité

esprit critique

Après vous avoir parlé de la Chine et de Dubaï, ce qu’il faut retenir c’est notre propension naturelle à être biaisés, à penser que nous détenons la vérité.

Si vous souhaitez gagner plus d’argent, voulez être plus heureux dans votre couple, dans vos relations, vous devez développer un esprit critique.

Prenez, par exemple, la parentalité. Il est essentiel de se questionner : “Pourquoi l’enfant réagit-il ainsi ? Peut-être que je ne lui accorde pas suffisamment d’attention, que je ne prête pas assez attention à ses besoins. Il recherche de l’importance, de la connexion, le sentiment d’être unique. Il se peut qu’il n’ait pas ressenti suffisamment de regard, ou tout simplement qu’il soit fatigué. “

Ainsi, l’un des plus grands obstacles qui limitent votre progression réside dans les préjugés liés à la richesse et à l’argent.

“J’ai grandi dans une famille très modeste, pas fortunée du tout. Mes parents étaient profs au collège, ils gagnaient autour de 1000 € par mois. Ils avaient quatre bouches à nourrir, jamais d’argent pour quoi que ce soit. Durant mon enfance, j’ai entendu “Les riches sont des salauds. L’argent, c’est très dur à gagner, il faut avoir un talent. On n’est pas fait pour ça. On est pas né dans une famille riche, tu l’oublies.” C’est réellement ce que j’ai entendu. Bien entendu, ces mêmes personnes s’engueulaient tout le temps sur le manque d’argent.”

La première personne à critiquer une personne fortunée est souvent celle qui se trouve dépourvue d’argent, et qui souhaite gagner plus d’argent.

“J’ai moi-même été dans cette position, à critiquer les riches. Dès que je voyais quelqu’un avec une belle voiture, je disais “Ah, ça, c’est un fils de riche.””

Qu’est-ce qu’on en sait ? Même si c’est un fils de riche, il a le droit d’être heureux, il a le droit d’être dans sa Porsche ! Pourquoi cela gêne autant ? Pourquoi cela agace que les gens soient riches ?

“Quand j’ai vraiment creusé, j’ai pu avoir l’honnêteté en face de moi : cette gêne provient de mon propre désir ardent de gagner davantage d’argent. Au moment où j’ai accepté ça, j’ai commencé à me demander comment les gens riches font pour passer de zéro à des millions.”

Les a priori peuvent avoir un coût considérable, ils vous enferment dans vos certitudes et représentent une forme d’auto-sabotage.

Quels sont les préjugés portés sur les personnes riches ?

L’un d’entre eux pourrait être la croyance de devoir sacrifier sa vie de famille pour gagner plus d’argent. C’est faux. Vous pouvez, mais ce n’est nullement une obligation.

homme riche

“Je n’ai pas du tout sacrifié ma vie de famille. Je suis présent tous les soirs avec ma famille, et tous les weekends. Notre entreprise grandit d’année en année, enregistrant plus ou moins le double chaque année. Je ne travaille pas deux fois plus, mais plutôt deux fois plus intelligemment. Je développe des compétences, j’acquiers du savoir, j’élabore de meilleures stratégies. J’ai aussi investi en moi et fait appel à des mentors.”

Avec le même temps de travail, il est possible de générer deux fois, trois fois, cinq fois, dix fois plus. Sacrifier sa vie de famille n’est pas une condition obligatoire pour devenir riche.

Comment surmonte-t-on ce grand obstacle que sont les a priori dans votre vie ?

Accepter que tout est faux ou biaisé

En premier lieu, il est impératif d’accepter que 80 % de vos croyances sont fausses, biaisées ou amplifiées.

“Quand je coache des couples, c’est très intéressant de voir que quand je parle à Madame, elle a totalement une autre version que celle de Monsieur. Ils sont tous les deux biaisés. Les deux sont imprégnés de leurs propres préjugés.”

Quelle est la vérité ?

La vérité, souvent, est libératrice. Être biaisé dans vos convictions sur les marchés financiers, sur les investissements, sur les riches, sur l’argent, ne va pas vous aider à devenir riche. Cela risque seulement de vous faire gagner moins d’argent.

Il y a des lois et des principes dans la vie. Vous pouvez être aussi positif que vous voulez, être aussi négatif que vous voulez, cela ne va rien changer à la réalité. La réalité est la réalité. Il faut savoir que nous avons plus de 188 biais cognitifs.

Ce sont autant de tendances à amplifier ou à minimiser des éléments, ce qui est extrêmement limitant.

Si vous voulez avoir une meilleure qualité de vie, être plus heureux, épanoui, gagner plus d’argent, avoir plus de succès, il est fondamental que vous enleviez vos lunettes et que vous regardiez la vérité en face, plutôt que de vous convaincre constamment et de renforcer vos préjugés.

Vérifier la véracité de tout ce qu’on vous dit

Vous devez impérativement vérifier la véracité de tout ce qu’on vous dit ; qu’on parle d’Américains, de Chinois, d’argent, de richesse…

Est-ce que votre a priori est vrai ? Est-ce que ce qu’on vous a dit est vrai ? Demandez à votre interlocuteur s’il peut vérifier ce qu’il affirme, s’il peut le prouver. Vérifiez ces informations. Ayez le courage de challenger vos propres a priori.

C’est ça qui va changer vos pensées, changer vos actions, et donc, changer vos résultats.

Cela va vous rendre beaucoup plus intelligent. Vous allez avoir de bien meilleures relations simplement parce que vous serez beaucoup plus ouvert, vous aurez un esprit ouvert.
Plus vous serez prêt à apprendre ; plus vite vous allez gagner de l’argent et atteindre vos objectifs et vos rêves.

Forger une opinion basée sur des faits

Vous devez vous forger une opinion basée sur des faits, sur des choses que vous avez vérifiées. S’il n’y a pas de fait, c’est simplement une opinion. Dans ce cas-là, c’est seulement un avis, non une vérité absolue. Dites plutôt “je pense que”, je crois que”, “je ne peux pas être certain”, “d’après mon expérience”.

“Je peux avoir une opinion sur la Chine, parce que j’y suis allé, mais c’est qu’une opinion. J’ai pas rencontré 1,5 milliard de Chinois.”

Rester ouvert

Ouvrez votre esprit, ouvrez vos oreilles. La nature nous a donné deux oreilles et une bouche pour nous encourager à écouter deux fois plus que ce qu’on parle.

En vous ouvrant, en étant curieux, vous allez apprendre.

L’apprentissage, le développement personnel, c’est la clé ultime pour changer votre vie, atteindre vos rêves, et démultiplier vos finances et votre joie de vivre.

Vous avez maintenant un processus en quatre étapes pour pouvoir vous débarrasser de ces a priori limitants et de les exterminer. Il est temps pour vous de passer au niveau supérieur.

Retrouvez ce que les riches font et que ce les pauvres ne font pas en vidéo :

3 étapes pour atteindre la liberté financière en 2024

Imaginez-vous vous réveiller un jour sans soucis financiers, ayant la liberté que vous désirez et méritez. Ça ressemble à un rêve, n’est-ce pas ?

Je vais vous partager trois étapes qui peuvent transformer ce rêve en réalité, et plus rapidement que ce que vous pensez. Pensez à jeter un œil à notre séminaire pour entrepreneurs !

Mindset financier et investissement personnel

mindset financier
Beaucoup de gens font l’erreur de croire qu’ils peuvent développer une nouvelle stratégie sans évoluer eux-mêmes.

Retenez cette phrase attentivement : votre niveau de revenu ne dépasse jamais votre niveau de développement personnel.

Les entrepreneurs qui ont beaucoup de succès ont compris une chose essentielle : plus ils investissent en eux, plus ils sont capables de générer plus d’argent et de liberté pour eux et pour leurs proches. Si vous voulez avoir plus, vous devez devenir plus.

Les entrepreneurs et leaders les plus prospères investissent constamment en eux-mêmes. Ils investissent du temps et de l’argent dans leur croissance personnelle. Ils se forment, participent à des séminaires, font appel à des coachs, assistent à des Mastermind pour développer plus de confiance. Ils vont pouvoir faire voler en éclat certaines croyances limitantes qui les bloquent dans leur vie. Ils vont chercher des clés, des secrets, des stratégies en marketing, en business, en vente pour augmenter leur marge, développer leur entreprise, gagner des parts de marché. Ils passent une majorité de leur temps à investir en eux, à apprendre, à se former.

Dans mon agenda, je dois passer la majorité du temps à travailler sur moi, à lire, à me former, à faire appel à un mentor, à faire des formations en ligne, et ce, constamment. Cela me permet d’accomplir des choses plus facilement et d’atteindre mes objectifs et rêves financiers. Plus je sais, moins j’ai besoin de faire d’efforts.

Réussir financièrement n’est pas un jeu pour chercher qui travaille le plus dur. C’est plutôt un jeu pour chercher qui travaille le plus intelligemment.

Prenons un exemple simple et concret : un avocat. En moyenne, il gagne 4 000 € par mois. Un jour, il se dit : “Je vais gagner plus d’argent.” Il va investir en lui, se former à une nouvelle compétence au lieu d’être avocat généraliste. Il se rend compte qu’il y a une demande pour des avocats fiscalistes. Les entreprises sont prêtes à payer plus cher pour avoir des conseils sur comment réduire légalement leur fiscalité. Il va alors suivre 6 mois de formation, faire un stage, une formation en ligne. Et il va arriver à ses fins : avoir plus de connaissances qu’un avocat généraliste. Il a une compétence dont le marché est prêt à payer plus. En moyenne, un avocat fiscaliste gagne 7 500 € par mois, c’est quasi deux fois plus.

La raison, c’est qu’il a une compétence supérieure qui est beaucoup plus demandée. Au lieu de gagner 48 000 € par an, maintenant, il gagne 90 000 € par an. Il est intelligent, il a compris : j’investis 10 000 € et je gagne 40 000 € en plus par an. Il a fait un retour sur investissement de 400%.

Warren Buffett est le plus grand investisseur de tous les temps. Il fait 20-25% par an. Quand on lui pose la question “quel est le meilleur investissement ?“, il conseille toujours : “Investissez en vous-même, investissez dans les compétences, développez vos talents. C’est quelque chose qu’on ne peut pas taxer, qu’on ne peut pas enlever, et qui vous servira pour le reste de votre vie.”

Investissez en vous, votre cerveau vous le rendra au centuple. Investissez dans un séminaire qui vous permet de décupler votre confiance en vous.

Vous allez investir 1000 € pour arriver à tripler vos revenus.
Vous passez de 2 000 à 6 000 € par mois, vous générez 4 000 € de plus par mois, soit 48 000 € de plus par an. Vous ne pensez pas que cela va changer votre vie ?
Vous avez investi une fois 1 000 €, et vous gagnez désormais 50 000 € de plus par an. Le retour sur investissement est de 50 fois, soit 5 000% !

Le meilleur investissement que vous puissiez faire est d’investir en vous-même.

Transformer ses revenus “gagnés” en revenus “passifs”

revenus gagnés

C’est fondamental. Beaucoup de personnes ne comprennent pas cela. Ils gagnent de l’argent, mais pensent qu’ils pourront devenir financièrement libres seulement avec des revenus “gagnés”. Qu’est-ce que cela signifie ?
Certains se disent que plus ils gagnent d’argent, plus ils seront financièrement libres. Ce n’est pas exactement vrai.

Imaginons que vous gagniez 10.000 € par mois et que vous dépensez 10.000 € par mois, il vous reste zéro.

La classe moyenne est souvent encore plus pauvre que les personnes pauvres. Les personnes appartenant à cette classe ont une maison avec un prêt, une voiture avec un prêt, mais en fait, elles n’ont pas d’argent de côté. Elles pensent être riches, mais en réalité, elles sont pauvres. Leur qualité de vie est haute, basée sur une plus grande maison, une plus grande voiture, mais elles fonctionnent uniquement avec un revenu gagné, un revenu généré. Elles pensent que plus elles gagnent, plus elles sont financièrement libres.

Sauf que c’est faux.

La liberté financière, c’est pouvoir un jour cesser de travailler et avoir de l’argent qui travaille dur pour vous, plutôt que de travailler dur pour l’argent.

Tant que vous devez échanger du temps ou générer des efforts pour gagner de l’argent, vous n’êtes pas libre.

Le secret réside dans la transformation du revenu gagné en revenu passif.

Imaginons que vous gagniez 10 000 € par mois et que vous mettiez 3 000 € de côté. Vous devez les investir dans un revenu passif, que ce soit dans l’immobilier, la Bourse, etc. Le seul moyen de devenir financier est de devenir un investisseur.

Par exemple, vous achetez un bien immobilier, un immeuble. Vous l’améliorez, le divisez, et avec des outils comme Finance Max, vous avez trois appartements que vous louez. Entre l’argent que vous avez investi, le prêt que vous avez obtenu à la banque, et les loyers, vous avez un cash flow, un revenu passif de 3 000 € par mois. C’est là que commence la liberté financière. Vous n’êtes pas encore financièrement libre, car la liberté financière consiste à pouvoir acheter tout ce que vous voulez quand vous le voulez, sans devoir travailler.

Tant que vous ne transformez pas votre revenu gagné en revenu passif, vous ne pourrez pas devenir financièrement libre. C’est la vraie liberté financière.

Savoir bien s’entourer pour maximiser vos investissements

investissement

Malheureusement, il y a des personnes qui commencent à avoir de l’argent et pensent à l’investir. Le souci est qu’ils ne se forment pas. On revient à l’étape numéro 1 : l’importance de se former et d’apprendre. Cela va mal finir ; ils vont mettre tout leur argent en crypto.

Moi, je n’ai rien contre les cryptos. J’ai des centaines de milliers d’euros en crypto, mais c’est une petite partie de mon patrimoine.

La crypto est un investissement extrêmement risqué. Vous pouvez perdre 70 % en quelques jours, tout comme vous pouvez multiplier votre investissement par 10. C’est extrêmement risqué. Imaginez un peu : vous avez travaillé dur, avez payé des impôts, et d’un coup 50 % de votre patrimoine disparaît parce que vous ne vous êtes pas formés du tout, ou pas suffisamment.

Une fois que vous avez compris :

  • l’importance d’investir en soi pour être capable de générer plus d’argent,
  • l’importance de prendre cet argent généré et de le transformer en revenus passifs, rapportant de l’argent de mois en mois,
  • et l’importance de bien s’entourer, vous avez tout juste !

Les conseils de qualité, les mentors, les Mastermind, des outils comme Finance Max sont extraordinaires. Les entrepreneurs découvrent comment investir 10 ou 15 %, voire plus, avec un risque extrêmement mesuré.
Pour avoir des investissements très peu risqués, qui ont des rentabilités incroyables, cela passe par un niveau de compétence supplémentaire. Tout s’apprend.

Si vous suivez ces trois étapes, vous êtes capable d’accroître votre liberté financière et de devenir financièrement libre. Vous pouvez acheter tout ce que vous voulez quand vous le voulez, que vous travailliez ou non.

Quel est le déclic majeur que vous avez eu ?

 

Retrouvez les 3 étapes pour atteindre la liberté financière en 2024 en vidéo :

Comment gérer efficacement votre équipe à distance ?

Le travail à distance est devenu une réalité incontournable dans le monde professionnel moderne, et la gestion d’une équipe à distance présente des défis uniques. Cependant, avec des stratégies appropriées, il est possible de créer un environnement de travail virtuel productif et collaboratif. Voici quelques conseils pour gérer efficacement votre équipe à distance. Et n’oubliez pas notre séminaire pour entrepreneurs !

Communiquer de manière claire et fréquente

communication distance

La communication est le pilier fondamental de toute équipe, mais elle devient d’autant plus cruciale lorsqu’il s’agit de gestion à distance.

Investissez dans des outils de communication modernes et adaptés aux besoins de votre équipe. Les plateformes de messagerie instantanée comme Slack permettent des échanges rapides, tandis que les appels vidéo via des outils tels que Zoom ou Microsoft Teams favorisent une communication plus personnelle. Vous devez aussi définir des normes claires en matière de communication, telles que les heures de disponibilité, les délais de réponse aux messages, et les canaux à utiliser.

Favorisez la transparence en partageant les informations pertinentes. Les membres de l’équipe doivent avoir une compréhension claire des objectifs, des changements organisationnels et des décisions importantes.

Utiliser les bonnes technologies

travailler à distance

Lorsqu’il s’agit de gérer une équipe à distance, le choix des outils technologiques est essentiel pour assurer une collaboration efficace et une gestion transparente des projets. Choisissez des plateformes de communication en ligne qui facilitent les échanges rapides et clairs.

Vous pouvez aussi investir dans des outils de gestion de projet en ligne pour suivre les tâches, les délais et les progrès. Des plateformes comme Trello, Asana ou Jira permettent une organisation efficace, la collaboration en temps réel et une visibilité sur l’avancement des projets.

Choisissez des solutions de stockage cloud comme Google Drive, Dropbox ou Microsoft OneDrive pour permettre aux membres de l’équipe d’accéder facilement aux fichiers nécessaires, quel que soit l’endroit où ils se trouvent.

Établir une liste d’objectifs clairs

liste objectifs

La définition d’objectifs clairs est une pierre angulaire de la gestion d’équipe à distance. Des objectifs bien définis fournissent une orientation commune, motivent les membres de l’équipe et permettent une évaluation plus précise des performances individuelles et collectives.

Utilisez le cadre SMART pour définir des objectifs spécifiques, mesurables, atteignables, pertinents et temporels. Cela garantit que les objectifs sont concrets et compréhensibles. Par exemple, au lieu de “Améliorer la productivité”, précisez “Augmenter le rendement de 15% d’ici la fin du trimestre”.

Encouragez la participation de l’équipe lors de l’établissement des objectifs. Impliquer les membres dans la définition des objectifs accroît leur engagement et assure une compréhension commune des priorités.

Assurez-vous que les objectifs individuels et d’équipe sont alignés sur la vision et les objectifs globaux de l’organisation. Divisez les objectifs à long terme en jalons intermédiaires plus petits. Cela permet de suivre les progrès de manière régulière et offre des opportunités d’ajustement si nécessaire.

Favoriser l’autonomie de vos équipes

travailler à distance autonomie

L’autonomie est un aspect crucial de la gestion d’une équipe à distance. Permettre aux membres de l’équipe de prendre des initiatives et de gérer leurs propres tâches renforce l’efficacité et la responsabilité.

Commencez par définir clairement les responsabilités de chaque membre de l’équipe. Assurez-vous que chacun comprend son rôle et sa contribution aux objectifs globaux. Aussi, vous devez créer un environnement qui encourage la prise d’initiatives. Valorisez les idées nouvelles et encouragez les membres de l’équipe à proposer des solutions.

Assurez-vous que chaque membre de l’équipe dispose des ressources nécessaires pour accomplir ses tâches de manière autonome. Accordez une certaine flexibilité dans la manière dont les membres de l’équipe accomplissent leurs tâches. La flexibilité encourage la créativité et l’efficacité.

Plutôt que de se concentrer uniquement sur les processus, mettez l’accent sur les résultats. Donnez aux membres de l’équipe la liberté de choisir les méthodes qui fonctionnent le mieux pour eux, tant que les objectifs sont atteints.

Organiser des réunions régulières

réunion régulière

Même à distance, les réunions restent essentielles. Planifiez des réunions régulières pour discuter des progrès, résoudre les problèmes et renforcer le sentiment d’appartenance à l’équipe. Assurez-vous que ces réunions sont efficaces en ayant un ordre du jour clair et en encourageant la participation de tous.

Établissez un calendrier de réunions régulières. Cela peut être hebdomadaire, bihebdomadaire ou mensuel, selon les besoins de votre équipe. La régularité crée une structure prévisible et permet aux membres de s’organiser en conséquence.
Définissez un ordre du jour clair pour chaque réunion. Précisez les sujets à discuter, les objectifs à atteindre, et assurez-vous que chaque participant est informé à l’avance.

Optez pour des outils de vidéoconférence pour créer une expérience plus immersive. La vidéo permet de mieux comprendre les expressions faciales et le langage corporel, renforçant ainsi la connexion humaine.

Être flexible

etre flexible au travail

La flexibilité est cruciale dans un environnement de travail à distance, où les membres de l’équipe peuvent être dispersés géographiquement. Être flexible contribue au bien-être des membres de l’équipe et favorise une culture de confiance.

Reconnaissez que chaque membre de l’équipe peut avoir des horaires de travail différents en raison de fuseaux horaires, de responsabilités familiales ou de préférences personnelles. Permettez des horaires de travail flexibles tant que les membres de l’équipe respectent les délais et les engagements.

Chaque membre de l’équipe peut avoir ses préférences en matière de communication. Certains peuvent préférer les e-mails, d’autres les appels vidéo ou les messages instantanés. Soyez flexible quant aux modes de communication utilisés, tant que cela reste efficace et aligné sur les objectifs.

Comprenez que les membres de l’équipe ont des besoins personnels. Soyez ouvert aux discussions sur les défis personnels et faites preuve d’empathie.
Offrez aux membres de l’équipe la liberté de gérer leur travail de manière autonome. Cela inclut la possibilité de choisir les méthodes de travail, d’organiser leur emploi du temps et de prendre des initiatives. L’autonomie renforce la responsabilité et la créativité.

Conclusion : communiquer et prioriser pour un bon fonctionnement

La gestion efficace d’une équipe à distance repose sur des principes fondamentaux. La communication claire et fréquente, soutenue par des technologies appropriées, établit la base de la collaboration virtuelle. Définir des objectifs clairs, favoriser l’autonomie et organiser des réunions régulières renforcent la cohésion et l’efficacité.

La flexibilité émerge comme une clé essentielle, permettant d’adapter les stratégies de gestion aux besoins individuels et aux changements imprévus. En encourageant la confiance, l’empathie et la reconnaissance des besoins personnels, les managers créent un environnement propice au bien-être et à la productivité. En combinant ces éléments, la gestion d’une équipe à distance devient non seulement efficace sur le plan opérationnel, mais aussi enrichissante sur le plan humain.

9 habitudes d’entrepreneurs à adopter pour devenir riche

Est-ce que vous connaissez le point commun que partagent Warren Buffett, Elon Musk ou encore Richard Branson, en dehors de leur incroyable fortune ? Je vais vous dévoiler neuf habitudes qu’ils ont développées et qu’ils ont adoptées pour construire leur fortune.
N’oubliez pas de jeter un œil à notre séminaire pour entrepreneurs !

Habitude numéro 1 : vouloir constamment apprendre

apprendre

S’il y a un trait qui différencie tous les grands de ce monde, c’est bien celui-ci : ce sont des machines à apprendre.

Prenons l’exemple d’Elon Musk, qui n’a pas hésité à lire des ouvrages complexes sur la NASA et la fuséologie. Il lisait, s’entourait, posait des questions, jusqu’à être capable de construire des fusées quasiment en solitaire. Il connaît tout sur son produit, il se forme continuellement.

C’est aussi le cas de Warren Buffett. Il passe 4, 5, 6 heures par jour à lire et à favoriser les échanges avec des milliardaires pour parfaire ses connaissances. Lorsqu’il s’agit d’investir dans une entreprise, la stratégie de Warren Buffett est exemplaire. Avant d’acheter une entreprise, il prend le temps de rencontrer les fondateurs et les PDG. Il plonge profondément dans la compréhension de l’entreprise. Il passe parfois plusieurs années sans effectuer d’investissement, mais quand il le fait, les résultats sont spectaculaires et génèrent des milliards.

La question qui se pose alors est : combien de temps consacrez-vous à votre propre développement ? Faire des formations, participer à des séminaires, écouter des podcasts, avoir un mentor, ou être membre d’un Mastermind sont autant d’opportunités pour apprendre et grandir. Si vous aspirez à la réussite dans votre entreprise et à l’atteinte de votre liberté financière, la clé réside dans votre capacité à devenir une véritable machine à apprendre.

Je me suis transformé en machine à apprendre à l’âge de 23 ans. C’est ce moment qui a marqué un pivot dans ma vie. Mon business a grandi, mes revenus ont explosé et quelques années plus tard, j’étais non seulement multimillionnaire, mais aussi financièrement libre. Je suis une machine à apprendre, c’est la raison pour laquelle je gagne 10, 50, 100, peut-être 1000 fois plus que la plupart des entrepreneurs.

Transformer votre esprit en une machine à apprendre est la clé de la réussite dans le monde des affaires.

Habitude numéro 2 : diversifier ses investissements

investissement

Au commencement de votre entreprise, vous vous concentrez sur un produit, un service, un client. Vous développez une société à 1, 2, voire 3 millions.

Par la suite, pour vraiment sécuriser votre avenir financier et votre entreprise, vous devez commencer à créer des piliers de richesse qui permettent de diversifier vos investissements. Vous devez aussi élargir vos activités commerciales. Que ce soit en créant un nouveau produit, en étendant votre gamme de produits existante, ou en explorant de nouvelles perspectives, la diversification de votre offre permet de sécuriser votre fortune et vos investissements.

Habitude numéro 3 : créer des partenariats stratégiques

partenariat

Regardez toutes les entreprises à succès, vous constaterez qu’à un moment donné, elles ont toutes établi des partenariats stratégiques.

Prenons l’exemple concret d’Apple. En quoi réside cet immense succès ? Est-ce la meilleure entreprise qui réalise les publicités ? Non, Apple réalise seulement une publicité par an.

La véritable force de la marque réside dans son investissement dans des partenariats stratégiques, notamment avec les revendeurs de matériel informatique. À l’époque, il n’y avait pas de magasins Apple distincts, les consommateurs avaient le choix entre différentes marques d’ordinateurs. Apple a compris que le véritable enjeu résidait dans le fait de former et de fidéliser les revendeurs d’ordinateurs. Ils ont investi du temps et de l’énergie pour transformer ces partenaires en véritables ambassadeurs de la marque.

Cette stratégie a permis à Apple de se positionner avantageusement sur le marché. Les consommateurs entraient dans les magasins sans être nécessairement éduqués sur les différences entre les ordinateurs. Grâce à la formation des revendeurs, les revendeurs pouvaient conseiller la marque Apple de manière éclairée. Ils mettaient en avant les caractéristiques distinctives et la qualité de leurs produits.

En identifiant et en cultivant de tels partenariats stratégiques, vous ouvrez la porte à des opportunités qui peuvent considérablement accélérer votre croissance commerciale.
Quand vous avez compris cela, vous pouvez commencer à établir une liste des partenaires potentiels. C’est le moment où vous ouvrez les yeux sur le potentiel de faire des partenariats qui peuvent non seulement enrichir votre réseau, mais également multiplier vos chiffres d’affaires de manière significative, peut-être même de x5 ou x10 très rapidement.

Habitude numéro 4 : savoir prioriser

prioriser

L’une des compétences que j’ai développée récemment, et qui a considérablement amélioré mon efficacité, mes revenus, et mon impact en tant qu’entrepreneur, est l’art de la priorisation.

Face à la multitude de tâches possibles, qui peuvent atteindre jusqu’à 50 initiatives différentes, le secret réside non pas dans la multiplication des initiatives, mais dans la capacité à prioriser de manière judicieuse.

L’idée est de se demander : “quelle action puis-je entreprendre qui générera le maximum de résultats dans les prochains mois ?”. Croire que toutes les actions qu’on met sont égales en termes d’impact, c’est faux. Par exemple, refaire son site internet ne garantit pas nécessairement un retour financier immédiat, alors que générer du trafic sur le site peut considérablement augmenter les revenus.

Prioriser n’est pas simplement une question de classement, c’est une stratégie qui consiste à identifier ce qui aura le plus d’impact. Il s’agit de dire : “cette action est celle qui va créer le plus d’impact, ensuite vient celle qui aura le deuxième impact le plus fort, puis la troisième, et ainsi de suite.”

Quand vous priorisez, vous effectuez moins de tâches, mais vous vous concentrez intensément sur chacune d’elles. L’idée n’est pas de disperser vos efforts sur 10 initiatives différentes, sans produire de résultats significatifs. Au contraire, vous vous concentrez sur une chose à la fois, la réalisant de manière exceptionnelle, et vous continuez jusqu’à ce qu’elle soit maximisée. Une fois qu’une initiative est optimisée, vous passez à la deuxième, puis à la troisième.

Cette stratégie vaut de l’or.

Non seulement elle conduit à une productivité accrue, mais elle réduit également le stress au sein de vos équipes, diminue le risque de burnout, et, ultimement, augmente votre rentabilité financière.

Habitude numéro 5 : savoir gérer l’économie et l’investissement

gestion économie

Tous les entrepreneurs à succès ont appris à savoir économiser sur les bonnes choses et à faire les bons investissements au bon moment.

Prenons l’exemple de Bernard Arnault, PDG du groupe LVMH. C’est l’un des hommes les plus riches du monde. Il a été remarquable dans ses investissements. Pour lui, l’approche de croissance externe, consistant à racheter une entreprise et à bien l’installer dans le groupe, a été la clé de son succès. Il est devenu multimilliardaire et participe au succès mondial de LVMH.

C’est un jeu subtil de gestion des coûts et de choix d’investissements judicieux. La réussite ne réside pas uniquement dans la capacité à réaliser des investissements fructueux, mais aussi dans le timing.

Quand j’avais une boîte à 2 millions d’euros, j’ai fait l’erreur de recruter un CFO que j’ai payé vraiment cher. C’est à dire plus de 10.000 euros par mois. C’était complètement démesure. En plus, il n’était vraiment pas agréable, ça a failli mettre en péril la société. Lorsque j’ai participé à un mastermind américain, j’ai pu ouvrir les yeux. Ils m’ont demandé : “tu as besoin d’un CFO. Avec ton chiffre d’affaires actuel, tu es en train de compromettre toute ta marge. Mais lui est-ce qu’il est vraiment efficace ?” Bof.
J’ai compris que ce n’était pas la bonne personne pour l’instant. ll m’a été conseillé de faire croître ma société avant de recruter un CFO. Maintenant, j’ai un CFO. Avoir viré cette personne m’a fait économiser 120000€ par an et ça m’aurait coûté ma boîte.

Habitude numéro 6 : adopter la mentalité “chaque échec est une leçon”

échec

L’adoption d’une mentalité où chaque échec est perçu comme une opportunité d’apprentissage est une caractéristique distinctive des entrepreneurs à succès. Il est naturel de se sentir déçu ou de remettre en question ses compétences lorsqu’un échec survient. Cependant, plutôt que de voir uniquement l’échec, il est plus intéressant d’apprendre et de tirer une leçon de chaque expérience.

Est-ce que Warren Buffet a fait des mauvais investissements ? Absolument. Il en a tiré une leçon qui a permis de faire un meilleur investissement.

Est-ce que Steve Jobs a fait des erreurs ? Absolument. Et à chaque fois il en a tiré une leçon qui lui a permis de continuer de croître et d’avancer.

Chaque échec est une occasion d’évoluer, d’ajuster sa stratégie et de s’améliorer.

La transformation systématique de chaque erreur en leçon crée un état d’esprit de croissance. Au lieu de voir les échecs comme des obstacles insurmontables, vous les percevez comme des étapes vers le succès. Ainsi, vous avez 10 fois plus de chance de succès que votre concurrence, qui peut être découragée par les échecs.

En adoptant une autre vision, chaque défi devient une opportunité de progrès. Cela renforce aussi vos chances de réussite dans toutes vos initiatives, que ce soit une campagne marketing ou tout autre projet entrepreneurial.

Habitude numéro 7 : écouter ses clients

écouter les clients

Écoutez vos clients, ne restez pas dans votre tour d’ivoire. Lancez des sondages, soyez à l’écoute de leurs besoins, de leurs envies et restez pertinents.

Un parfait exemple de cette approche est l’entreprise Decathlon. Ce qu’ils ont réussi de manière exceptionnelle, c’est d’accorder une attention particulière à leurs clients et de créer une gamme de produits adaptée à différents niveaux d’athlète, du débutant jusqu’au plus haut niveau.

Le processus est simple mais puissant : demandez à vos clients ce qu’ils veulent. Quelles sont leurs préférences, leurs attentes ? Comprenez leurs besoins. Decathlon a suivi cette voie en recueillant des informations directes sur les types de chaussures, de produits et de fonctionnalités que leurs clients désiraient. Ensuite, ils ont analysé ce qui se vendait bien et ce qui ne se vendait pas.

Cette flexibilité dans l’ajustement de leur offre en fonction des retours clients leur a permis d’évoluer avec succès.

Habitude numéro 8 : adopter la technologie pour rester concurrentiel

technologie

Nous sommes immergés dans l’ère du numérique. Négliger l’adoption de la technologie n’est pas une option.

Beaucoup de personnes associent cela à l’intelligence artificielle, mais la réalité est telle que si vous n’avez pas les bases d’un bon business, l’intelligence artificielle ne fera pas de vous un millionnaire. Cependant, cela ne signifie pas que vous devez résister aux changements technologiques.

Pour donner un exemple concret d’adoption technologique, prenons Netflix. La société était leader aux États-Unis dans la location de DVD. Le fondateur de Netflix avait déjà anticipé l’avènement du streaming. Beaucoup lui ont suggéré qu’il était temps de passer au streaming, mais il a résisté, affirmant que le marché n’était pas encore prêt. Il ne s’agissait pas seulement de savoir qu’il fallait adopter cette technologie, mais aussi de choisir le moment opportun, celui où le marché était prêt à accueillir cette innovation.

La clé réside donc dans l’adoption judicieuse de la technologie et dans la capacité à effectuer un pivot au moment propice.

Habitude numéro 9 : la gestion éthique et responsabilité sociale

entreprise éthique

Chaque entreprise a une responsabilité sociale, un objectif de contribuer positivement à la vie des personnes. Certains entrepreneurs lancent des entreprises uniquement dans le but de générer des profits, négligeant les besoins et les préoccupations de leurs clients. Cependant, cette approche, même si elle conduit à un succès financier, dévoile aussi que la personne est vide à l’intérieur. Alors, pourquoi ne pas viser à créer un monde meilleur tout en entreprenant ?

Cette vision vous donne du sens et également à votre entreprise, à vos salariés et à vos collaborateurs. C’est un moyen extraordinaire pour gagner la confiance de vos clients.

Les consommateurs préfèrent soutenir des entreprises éthiques et socialement responsables, qui ne sont pas uniquement motivées par l’argent. Lorsqu’une entreprise montre un engagement envers des causes humanitaires ou sociales, les clients sont plus enclins à acheter. Cela crée un cercle vertueux de confiance et favorise un modèle commercial plus rentable.

Prenons un autre exemple : Nike. La marque a été critiquée pour des conditions de travail déplorables au Vietnam. Ce qui était faux. Les salariés avaient un salaire quasi deux fois supérieur aux autres salariés du pays. Bien que les médias aient exagéré la situation, la réaction de Nike a été exemplaire. Au lieu de nier les critiques, ils les ont acceptées et se sont engagés à devenir exemplaires dans le domaine éthique.

Quitte à entreprendre, ayez du sens, soyez éthique, soyez responsable envers vos clients.
Parmi ces neuf clés, quelle est celle que vous pensez vouloir développer davantage ?

Retrouvez les 9 habitudes pour devenir riche en vidéo :