faire la paix avec son passé

Faire la paix avec son passé : le pouvoir de l’acceptation

Nombreux sont ceux qui ressassent le passé en permanence. Résultat, ils souffrent et n’arrivent pas à être heureux dans leur vie. D’ailleurs, si vous êtes ici, vous devez avoir tendance à vivre dans le passé. Si oui, il est grand temps que vous appreniez à accepter les choses. Comprenez bien que le pouvoir de l’acceptation est immense et peut vous aider à vous sentir plus épanoui au quotidien. Dans cet article, c’est justement ce que je souhaitais vous partager, notamment à travers plusieurs exemples.

Faire la paix avec son passé pour avancer et se sentir plus heureux au quotidien

Aux dernières nouvelles, nous n’avons pas encore inventé une machine à voyager dans le temps. Alors, pourquoi se torturer l’esprit sur des événements passés ? Pour pouvoir avancer et vous concentrer sur l’avenir, vous devez accepter ce qui est. Certes, ce que je vous demande là n’est pas facile, mais pour vous sentir mieux dans votre vie et avancer, c’est une étape obligatoire. 

Pour mieux vous faire prendre conscience de cela, je tenais à vous partager un exemple tout bête. Il y a quelques années, je voyageais encore énormément. Et un jour, dans un avion en direction de New York, un enfant juste derrière moi n’arrêtait pas de pleurer. Franchement, c’était insupportable, car je travaillais sur un projet qui me tenait à cœur. Je souhaitais juste avancer et ne pas être perturbé. Eh bien, vous savez quoi ? Cet enfant n’a pas arrêté de hurler pendant des heures et des heures. Pour tout vous dire, j’étais à la limite de l’explosion. 

Mais en fait, j’étais surtout énervé, car je n’avais tout simplement pas accepté la situation. Alors, je vous donne cet exemple, mais il en va de même pour toutes les situations de votre passé. Retenez bien que « La douleur dans la vie est obligatoire, mais la souffrance, quant à elle, est optionnelle. »

Quoi qu’il en soit, je ne pouvais pas influencer les cris de cet enfant. Mais ce qui ne faisait qu’empirer la situation, c’est surtout que je ruminais encore et encore. Je me disais : « Ce sont des parents incompétents, on ne devrait pas accepter les bébés dans les avions, etc. » Oui, vous pouvez le dire, c’était du grand n’importe quoi. 

Je ne connais pas votre passé. Vous avez peut-être vécu des choses terribles. Mais si vous souffrez, le meilleur moyen de vous débarrasser de ce fléau est de l’accepter. 

La méditation : un outil formidable pour apprendre à accepter ce qui est 

méditer pour accepter ce qui est

Quelque temps après être rentré de New York, je me suis mis à méditer pour apprendre à accepter ce qui est. J’écoutais les sons, les oiseaux, les avions, etc. Pour ne rien vous cacher, au début, ce n’était pas facile du tout.

Par exemple, dès qu’un avion passé, je me disais : « Mais pourquoi il passe maintenant, il me déconcentre. » Là encore, c’était idiot, car quelques semaines avant, j’étais quand même bien content d’être dans l’avion pour aller à New York. 🙂

Mais en fait, ce que j’ai appris avec le temps, c’est que la souffrance est due à une interprétation négative de la situation. Alors maintenant, je vous rassure, si un avion ou une voiture passe pendant que je fais ma séance, c’est ok. Ce sont des choses dont je n’ai aucun contrôle, alors autant les accepter. 

Sachez que mon père me frappait également quand j’étais enfant. Je lui en ai voulu pendant des années pour cela. Mais après, j’ai su qu’il avait eu une enfance extrêmement difficile, qu’il avait vécu bien pire que moi et qu’il faisait simplement de son mieux. Eh bien, ça aussi, avec le temps, je l’ai accepté.

« L’acceptation, c’est aussi une étape obligatoire pour pardonner ou se pardonner. »

Accepter son passé pour arrêter de souffrir et se tourner davantage vers l’avenir 

Je me souviens encore de James, un participant à l’un de mes séminaires. Je vous la fais courte, mais il a été abandonné par sa mère dès son plus jeune âge. Pour tout vous dire, elle l’a eu très jeune et s’est retrouvée seule pour l’élever, car son compagnon avait décidé de foutre le camp. Avant son retour en Angleterre, elle décida donc de l’abandonner.

accepter le passé pour avancer et être heureux

En fait, elle est tombée enceinte à Genève et venait d’une famille noble et prestigieuse. Donc si elle avait dû revenir enceinte, ça aurait été un cataclysme, et ce, pour diverses raisons. Après tout, dans ces familles, les règles peuvent être assez strictes et il est souvent inconcevable d’enfanter sans avoir eu la bague au doigt.

Après 8 ans de recherches, James a fini par la retrouver et clairement, ce n’était pas du tout une femme qui savait exprimer ses émotions. Il était très déçu, car il ne s’attendait pas à un accueil aussi laborieux.

Bref, comme vous vous en doutez, il souffrait terriblement de cette situation pour une raison très simple : après tant d’années, il n’avait toujours pas accepté la situation. Pourtant, il avait été adopté par deux personnes merveilleuses, qui lui ont appris de belles choses (elles sont décédées par la suite).

C’est une histoire difficile et accepter une telle situation n’est pas évident, c’est certain. Mais durant le coaching, en plein séminaire, il a eu le déclic et a fini par accepter ce qui est. Cela lui a permis de faire la paix avec son passé, de se sentir plus heureux et de pouvoir se tourner davantage vers l’avenir. 

 

 

En résumé  

J’espère que vous avez pris conscience du pouvoir de l’acceptation. Si vous vivez dans votre passé en permanence, vous ne pourrez pas trouver le bonheur et vivre pleinement l’instant présent. Vous ne pourrez pas non plus vous focaliser sur l’avenir et avancer vers vos rêves, vos objectifs. 

Et vous, quelles sont les choses que vous n’avez pas encore acceptées ? Venez partager vos expériences dans les commentaires ci-dessous. Je me ferai un plaisir de vous lire et de vous répondre. Et si vous souhaitez aller encore plus loin et avoir d’autres conseils pour vous sentir plus heureux dans votre vie, cliquez ICI.

À très vite,

Max 

1 réponse
  1. Leclercq
    Leclercq dit :

    Bonjour,
    ce que j’ai du mal à accepter, c’est ma vie (surtout familiale) passée. Mon épouse est partie sans raison valable (adultère, violence ou autre) en me faisant un tas de reproches que j’ai pris comme des vérités. Je n’ai (toujours) pas compris pourquoi. Je me suis senti (je m’y sens encore) trahi. J’ai du mal à accepter cette situation de garde alternée et de vie de célibataire que son choix m’a imposé.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *