la loi de parkinson

Loi de Parkinson | Bien la Comprendre pour Mieux Travailler

Au quotidien, avez-vous tendance à procrastiner et réaliser vos tâches au dernier moment ? Éprouvez-vous des difficultés lorsqu’il s’agit de gérer votre temps ? Relative à l’organisation au travail, la loi de Parkinson, théorisée par Cyril Northcote Parkinson, reste méconnue. Or, bien la comprendre peut augmenter votre productivité et votre efficacité de manière considérable. Alors, qu’est-ce que la loi de Parkinson ? Comment mieux la cerner pour améliorer la qualité de votre travail ? Je vous en dis plus dans cet article !

L’origine de la loi de Parkinson

En 1955, Cyril Northcote Parkinson, écrivain et professeur britannique, réalise une découverte pour le moins surprenante. Alors que le nombre de colonies anglaises ne cesse de décroître, la quantité de fonctionnaires travaillant au sein de l’administration augmente.

L’exemple est frappant : 372 personnes étaient employées au sein du département colonial en 1932. En 1954, le service compte 1661 personnes, soit trois fois plus ! Pourtant, la quantité de travail et l’efficacité des employés n’a pas évolué à la hausse, bien au contraire.

Suite à ce constat, l’auteur remarque que cette situation se répète dans de nombreux services de l’administration britannique. Il publie alors un article dans la revue The Economist dans laquelle il introduit le concept de la loi de Parkinson.

La loi de Parkinson : définition

Cyril Northcote Parkinson le décrit très bien dans son article : plus vous disposez de temps pour une tâche, plus celle-ci sera longue à effectuer. En clair, avoir trop de temps diminue votre productivité.

Ainsi, vous pouvez tout aussi bien vous donner une semaine ou un mois pour réaliser une mission. Quelle que soit la date limite fixée, vous verrez que, dans la plupart des cas, vous l’achèverez dans le temps imparti.

L’auteur écrira par la suite un livre intitulé Les lois de Parkinson, dans lequel il donne un autre exemple concret de sa théorie. Dans cet essai, il met en scène une femme qui s’est fixée une seule tâche à effectuer dans sa journée : expédier une carte postale.

La femme, puisqu’elle dispose de toute sa journée, prend alors un temps considérable pour réaliser chacune de ses actions. Il lui faut une heure pour choisir sa carte postale, 30 minutes pour se remémorer où sont ses lunettes, 90 minutes pour rédiger sa carte, etc. Quand enfin, elle glisse son courrier dans la boîte aux lettres, sa journée est terminée.

Cet exemple est caricatural n’est-ce pas ? Il illustre pourtant à la perfection ce qu’est la loi de Parkinson.

Augmenter sa productivité : 4 conseils à mettre en place

augmenter sa productivite loi de parkinson

La productivité dans une entreprise : c’est le nerf de la guerre ! Eh oui, atteindre ses objectifs est une chose. Mais les réaliser avant ses concurrents en est une autre.

En effet, pour une entreprise, le manque d’efficience au travail peut s’avérer désastreux. Perte de compétitivité, démotivation, augmentation de la procrastination : les effets négatifs sur la croissance se font rapidement ressentir.

C’est pour cette raison qu’il est nécessaire de s’imposer à soi et ses salariés une ligne de conduite claire et précise.

Se fixer des deadlines réalistes

La loi de Parkinson met en avant l’importance de se fixer des dates limites réalistes pour la réalisation de vos tâches. Cela implique de bien évaluer le temps d’exécution que vous prendra chacune de vos actions.

Si cela vous paraît difficile au début, rassurez-vous : cette réflexion préalable sera de plus en plus facile au fil du temps. Vous avez fixé un délai trop important pour une tâche ? La prochaine fois, veillez bien à lui attribuer un délai de réalisation plus court.

Vous remarquerez d’ailleurs que moins vous avez de temps pour atteindre votre objectif, plus vous serez motivé. Ainsi, testez, évaluez et recommencez (j’appelle ça aussi le « test and learn »). Au fur et à mesure, votre productivité va bondir !

Faire preuve d’autodiscipline

loi de parkinson augmenter sa productivite

S’imposer un temps plus court pour effectuer une action, c’est aussi s’obliger à passer à l’action. En effet, si la date butoir d’une tâche est lointaine, votre mental pose les bases dès le début en s’imaginant : « Cette mission n’est pas urgente, je peux tout à fait m’en occuper plus tard ».

Au contraire, avancer ce délai vous poussera à adopter une attitude proactive vous poussant à terminer votre travail en avance. À sa finalisation, vous ne pouvez qu’être satisfait : vous avez atteint vos objectifs et vous disposez en plus de temps pour vous adonner à d’autres tâches.

Se challenger en limitant son temps de travail

Augmenter sa productivité est synonyme de gain de temps. Ce dernier est précieux et vous pouvez décider de l’utiliser à des fins personnelles. Profiter de votre famille, vous consacrer à l’une de vos passions, prendre soin de vous : comme beaucoup, vous aspirez à un meilleur équilibre entre votre vie professionnelle et personnelle.

Alors, j’ai envie de vous challenger. Et si vous choisissiez volontairement de réduire votre temps de travail ? Et si vous décidiez maintenant de ne plus travailler que 4 jours par semaine ?

Si vous cernez bien la loi de Parkinson, vous comprendrez que cela est possible. Et ce, pour une bonne raison : moins longues seront vos échéances, plus vous réaliserez vos tâches rapidement. Cela implique bien évidemment d’être pleinement concentré sur son temps de travail.

Utiliser des méthodes pour maximiser son temps de travail

Ultime ressource pour augmenter sa productivité : l’utilisation de méthodes concrètes qui vous aideront à passer à l’action. Celles-ci sont faciles à appliquer et conviennent tant aux entrepreneurs qu’aux salariés. En voici quelques exemples :

  • La méthode Pomodoro : le principe est simple. Pendant 25 minutes, vous effectuez une tâche. Puis, vous prenez 5 minutes de pause. Vous enchaînez ainsi des périodes de travail intense et des courtes pauses vous permettant de vous aérer l’esprit. Après 4 cycles de 25 minutes, vous pouvez vous accorder une pause plus longue d’une vingtaine de minutes.
  • La méthode des 20/80 ou loi de Pareto : 20 % de nos actions amènent 80 % de nos résultats. Apprenez à identifier les plus importantes pour atteindre vos objectifs. Puis délaissez les tâches qui n’apportent aucun bénéfice.
  • Le timeboxing : organisez-vous en planifiant à l’avance votre semaine ou votre mois. Pour chaque tâche, créez un bloc de temps sur votre agenda. Ces « timebox » vous permettent de visualiser précisément comment votre temps est organisé et quelles sont les échéances que vous devez tenir.

Ce qu’il faut retenir

Vous en savez désormais plus sur la loi de Parkinson. Bien la connaître va vous permettre d’être plus productif. Mais vous allez également gagner en assurance, en vous apercevant que vous disposez de toutes les capacités nécessaires pour mieux travailler.

Ainsi, retenez bien les points suivants :

  1. Cette loi apparaît pour la première fois en 1955. Elle est théorisée par Cyril Northcote Parkinson, un écrivain et professeur britannique.
  2. Plus vous vous fixez des échéances lointaines, plus la réalisation de vos tâches sera longue et fastidieuse.
  3. Une meilleure productivité vous permettra d’atteindre plus rapidement vos objectifs.
  4. En vous imposant des plages horaires fixes dédiées à votre vie personnelle, vous pouvez augmenter votre productivité.
  5. Des solutions pour gagner en efficience existent : la loi de Pareto, la méthode Pomodoro, le Timeboxing sont tout autant de techniques à tester, puis adopter.

Alors, êtes-vous prêt à passer à l’action ? Si vous êtes un dirigeant ou un chef d’entreprise ambitieux, vous pouvez participer à mon séminaire pour entrepreneurs BusinessMax. Vous y découvrirez les 9 piliers d’une entreprise prospère et pérenne.

À très vite,

Max.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.