Pourquoi les penseurs sont pauvres