Articles

L’esprit est la mesure de l’Homme

L’esprit est la mesure de l’homme

Nous sommes vieux si nous nous estimons vieux.

Nous sommes heureux si nous savons l’être. Nous vivons dans un monde riche ou appauvri suivant ce qu’a fait notre esprit, à partir des éléments qui s’y trouvent et qui sont les mêmes pour tous.
Plus nous vivons avec ardeur, plus nous cherchons à comprendre, plus nos intérêts sont vifs, plus nous nous extériorisons, et plus large, plus dense est le monde qui nous entoure.

Pour l’esprit actif et pleinement ouvert à la vie, le monde n’est jamais vide ni sans intérêt. Des trésors inépuisables restent toujours à découvrir, qui n’attendent que l’explorateur que vous êtes. Le monde est à votre portée.

Ne considérez pas vos limites actuelles comme définitives. Regardez plus loin, hors de vos horizons habituels – et apprenez avec méthode, sans vous disperser. Chaque nouvelle connaissance élargit votre esprit et ainsi étend vos propres possibilités.

Ne passez pas indifférent à travers ce miracle permanent qu’est la vie. Ceux qui se ferment les yeux, se bouchent les oreilles et s’assoupissent perdent leur temps. Ne vous contentez pas de l’habituel ; utilisez votre esprit, votre pensée, votre mémoire.

La récompense ? Elle est assurée : l’enrichissement dans la compréhension, le savoir, l’expérience et cela va de soi, l’accroissement des biens matériels qui rendront possibles de nouvelles réalisations utiles à l’ensemble de la communauté. Vous aurez alors ajoutez de la valeur au monde.
En conclusion, c’est l’esprit qui rend bon ou mauvais, riche ou pauvre, bien portant ou malade, heureux ou malheureux.

Et vous ? quelle valeur allez-vous apporter au monde ?

Vous pouvez laisser vos commentaires juste en-dessous.

L’AIGLON QUI CROYAIT ETRE UNE POULE

Nous possédons toutes et tous un grand potentiel de réussite, encore faut-il y croire pour l’atteindre! L’histoire qui suit en est une belle illustration.

Un jour, un œuf d’aigle est tombé d’un nid et s’est retrouvé dans un poulailler. Une poule, croyant qu’il s’agissait d’un de ses œufs l’a couvé jusqu’à éclosion. Quelques minutes après avoir ouvert les yeux, le jeune aiglon s’est aperçu qu’il était différent de ses frères et sœurs. La couleur de son plumage était différente. Ses ailes étaient beaucoup plus longues et son bec beaucoup plus pointu.

Notre jeune aiglon est allé voir immédiatement sa mère et lui a demandé : « Maman, maman, pourquoi suis-je différent de mes sœurs et de mes frères ? » Sa mère cherchait à lui répondre tant bien que mal : « Je ne sais pas moi, mon fils. C’est la nature qui t’a fait ainsi. Arrête de te poser des questions et va jouer avec tes sœurs et tes frères dans la cour. » Le jeune aiglon est donc allé se dandiner dans la basse-cour avec ses frères et sœurs.

À vrai dire, notre jeune aiglon ne savait pas qu’il était en réalité un aigle, il croyait tout simplement être une poule comme les autres, et ce, malgré sa constitution différente.

Un beau jour, alors qu’il mangeait ses graines dans la basse-cour avec ses frères et sœurs, notre jeune aiglon s’est étiré le cou et a aperçu dans le ciel bleu des oiseaux magnifiques et majestueux qui volaient et qui planaient à travers les nuages. Il s’agissait d’aigles royaux. Il se disait à l’intérieur de lui : « Wow ! C’est magnifique ! Moi aussi je veux voler comme ces oiseaux admirables. » Et il est resté planté là pendant plusieurs minutes à contempler ces oiseaux majestueux. Il était impressionné, pour ne pas dire subjugué.

Dès qu’il les a perdus de vue, notre jeune aiglon accouru vers sa mère en criant : « Maman. Maman, as-tu vu ces magnifiques oiseaux ?

– Oui bien sûr, mon fils.
Dis-moi, maman, est-ce que je pourrai moi aussi voler comme eux un jour ? » Et sa mère lui répond avec du sarcasme dans la voix et sur un ton désobligeant : « Mais non, mon fils, tu ne voleras jamais comme ces oiseaux. Tu n’es qu’une poule et les poules ne s’élèvent pas comme ça dans les airs. Allez, arrête de te poser toutes ces questions et retourne jouer avec les autres. » Tout démoralisé, notre jeune aiglon est retourné alors avec ses frères et sœurs.

La suite de cette histoire est triste. Malheureusement, notre jeune aiglon n’est jamais sorti de sa basse-cour. Il ne s’est jamais envolé de sa vie. En fait, notre jeune aiglon est mort dans son poulailler ! Pourquoi ? Parce qu’il n’a jamais osé déployer ses ailes et prendre son envol. Parce qu’il a toujours cru et a toujours été convaincu toute sa vie qu’il n’était qu’une poule…

Allez-vous vous aussi agir comme ce jeune aiglon? Allez-vous continuer à croire que vous n’avez pas tout le potentiel? Voulez-vous arriver à la fin de votre vie sans avoir exploiter toutes vos richesses intérieures?

Vous aussi vous pouvez fendre l’air comme un aigle. Vous pouvez devenir riche, heureux et équilibré. Il s’agit tout simplement de commencer par y croire. Comme le disait Henry Ford : « Que vous croyez ou non à votre réussite, vous avez raison ! »
Rappelez-vous : ce n’est pas ce que vous êtes qui vous empêche de réussir dans la vie, mais plutôt ce que vous croyez ne pas être. Accordez-vous un peu de temps pour vous questionner à propos de vos convictions, car ce sont ces dernières qui détermineront les limites de vos accomplissements futurs. Êtes-vous un aigle ou une poule?
« Tout ce que vous croyez avec certitude deviendra votre réalité. Vos actions seront toujours en harmonie avec vos convictions profondes. »

La pire chose qui puisse vous arriver c’est…

Avez-vous déjà jeté l’éponge, abandonné vos rêves?

Voyez-vous, il y a quelques années, j’étais au fond du gouffre.

J’étais à découvert de 3500€, la banque venait de me passer un coup fil me demandant : « Monsieur Piccinini, vous êtes encore à découvert, nous venons de vous facturer 230€ de frais et rejeter 2 factures, quand allez-vous payer? »

Comme vous pouvez le comprendre, c’était difficile de me sentir bien, j’en avais la gorge étriquée, la tête baissée, et pourtant je VOULAIS réussir!

Mais apparemment vouloir n’était pas assez…

Je me battais de toutes mes forces, je faisais vraiment de mon mieux, mais la réalité était que malgré tous mes efforts, la situation ne faisait qu’empirer…

J’avais ces rêves au fond de moi, et je voulais y croire, mais j’étais stressé et fatigué de me battre sans cesse et d’aller nulle part.

J’étais à un point où je me suis dit: « Finalement, mes rêves je dois peut-être les oublier, j’ai pas le talent, ni la confiance des autres… peut-être que je devrais juste me satisfaire du minimum, et accepter une vie moyenne, bien pépère, comme tout le monde… »

Bref, j’étais à deux doigts de jeter l’éponge…

Et tout d’un coup, une voix à l’intérieur m’a dit:
« Max, as-tu envie de finir ta vie avec des regrets ou veux tu faire partie de ceux qui vivent une vie extraordinaire ? »

Cette question me fit un électrochoc.

Ce jour là, je me suis fait une nouvelle promesse :
« Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour réaliser mes rêves, et je m’y engage dès maintenant »

Après avoir découvert les clés de la réussite et les avoir mises en application au fur et à mesure, 3 ans après, je venais de passer dans le Top 1% des revenus francophones, et je vivais chacun des rêves que j’avais mis sur mon « Tableau de Rêves ».

Imaginez-vous quelle vie j’aurais eu si j’avais jeter l’éponge?

Je serais en train de vivre une vie « normale », à accumuler les regrets et la frustration jour après jour…

Voyez-vous, je crois que la PIRE chose qui puisse vous arriver, c’est de vous retrouver sur votre lit de mort, avec ce sentiment de regret qui vous serre la gorge!

Et je crois aussi que vous n’êtes pas né pour vivre une vie « moyenne », « normale » ou « pépère ».

Je sais, et vous le savez aussi, que vous avez au fond de vous un potentiel EXTRAORDINAIRE et que votre vie n’est pas faite pour lutter durement et pour se nourrir de maigres résultats!

Vous êtes né pour vous réaliser PLEINEMENT, accomplir vos rêves, nager dans la liberté et l’abondance avec le sourire jusqu’aux oreilles!

En avez-vous conscience ?

Si vous n’en avez pas conscience, je suis là pour vous le rappeler!

Franchement!
Voulez-vous vous retrouver dans les 10, 20, 30 prochaines années et vous dire: « Mince alors, je viens de foutre en l’air des dizaines d’années de ma vie, alors que j’aurai pu les vivre à un tout autre niveau… »?

et puis vous dire:
« j’aurai vraiment dû venir à ce séminaire durant l’été 2014, comment ça s’appelait au fait? Ah oui,… Destination Réussite…il est vrai que j’avais envie d’y aller, et finalement je n’y suis pas allé, et par la suite j’ai vu les gens se transformer en sortant de ce séminaire et vivre la vie de leurs rêves quelques années après…j’aurai pas dû passer à côté de ça… »

😉

Je suis sûr qu’au fond de vous, il y a une petite voix qui vous appelle et qui vous dit:
« Je mérite plus, et je suis fait pour expérimenter le meilleur dans la vie »

Et je vais vous dire, acceptez moins que cela est à mon sens inacceptable!

Si vous lisez cet email, c’est que vous faites partie de ces gens qui n’abandonnent pas si facilement, n’est-ce pas?

Vous êtes un battant, un gagnant et vous avez pris une décision envers vous-même: celle de créer une vie « hors norme », « anormal », une vie que les autres vous envient et qui inspire tout votre entourage.

Je vous demande de vous faire une promesse envers vous-même, une fois pour toute:

Celle de ne JAMAIS baisser les bras, de ne JAMAIS jeter l’éponge, et de faire TOUT ce qui est en votre pouvoir pour ne pas vivre avec des regrets, mais plutôt créer une vie exceptionnelle!

Et croyez moi, je connais très bien la frustration de se sentir désarmé, courir dans tous les sens, lutter pour voir qu’après tous ses efforts, rien n’a changé !

Et je vais être franc avec vous: le changement n’est pas facile.
Nous vivons en plus dans un environnement et une société qui devient de plus en plus difficile à vivre.

Nous sommes au beau milieu d’une crise planétaire qui met chaque individu en face de sérieuses difficultés, et si vous n’êtes pas armé psychologiquement, mentalement, émotionnellement et physiquement face à ce tsunami économique et social, il y a de fortes chances que les choses s’empirent.

Le stress et la frustration a un sérieux coût, allez-vous les laisser vous bouffer tout cru?

Je ne suis pas là pour être défaitiste, certainement pas, bien au contraire!
Je suis là pour vous dire que non seulement vous pouvez survivre, mais que vous pouvez apprendre à créer une vie exceptionnelle!

Mais cela ne va pas arriver par hasard.

Vous devez vous doter de puissants outils qui vous permettront de « monter d’un cran », développer un état d’esprit imperméable à la négativité ainsi qu’au doute et devenir le créateur de votre futur plutôt que prisonnier de votre passé.

Toutes les personnes ayant atteint un succès important, quelque soit le domaine, ont appris à développer cet état d’esprit “gagner, riche et imperméable à l’échec”.

Bizaremment, tous les gens qui réussissent ont ou ont eu un « coach », un « mentor » qui les a guidé vers la réussite…

Je vous le répète, la réussite n’arrive pas par hasard, et si vous attendez que les choses se passent, n’espérez pas que votre situation s’améliore, autrement, ça serait vous mentir.

Allez-vous apprendre à vous armer physiologiquement, mentalement, émotionnellement et physiquement ou allez-vous « attendre que ça se passe » et accepter les conséquences ?

A mon avis, si vous lisez encore cet email, c’est que vous avez une âme de gagnant et que vous n’allez pas non plus jeter l’éponge…

Vous voulez plus de la vie, et vous êtes prêt à faire ce qu’il faut pour y arriver ?
Vous voulez être une source d’inspiration pour vos proches, vos enfants, vos partenaires et vos amis ?
Vous ne voulez pas quitter cette terre sans avoir vécu la vie la plus exceptionnelle qui soit ?

Ce sont les raisons pour lesquelles je vous invite à faire TOUT ce qui est en votre pouvoir pour venir à mon Séminaire Destination Réussite.

Ce week-end vous permettra de vous armer pour créer un futur brillant, couper les chaînes avec le passé et vous envoler vers VOTRE Destination Réussite.

Je vous fais une promesse, ce week-end changera votre vie pour le meilleur.

Vous ferez partie de ces rares personnes qui utilisent ces puissants outils qui m’ont permis de forger la vie de mes rêves, et qui font toute la différence entre lutter durement pour de maigres résultats et réussir à créer une vie exceptionnelle.

Vous aurez alors enfin dans les mains ces clés qui ouvriront les portes de votre liberté. La liberté intérieure et extérieure.

Rejoignez-moi pour un week-end « hors du commun », pour un être qui mérite une vie « hors du commun » : VOUS-MÊME!

Cliquez ici pour réserver votre place et vous envoler à VOTRE Destination Réussite.

La Réussite n’a pas d’âge !

Vous arrive-t-il de vous dire :

Je suis trop jeune ou trop âgé pour réussir?

En fait, la Réussite n’a pas de limite d’âge!

J’entends souvent les gens me donner beaucoup de raisons pour lesquelles ils ne poursuivent pas leurs rêves, et pour beaucoup, l’âge est une “bonne excuse”.

Avez-vous déjà entendu des gens dire:

“Je suis trop jeune pour faire ça.”

“Je suis trop vieux pour faire ça.”

“Je n’ai pas assez d’expérience . Je dois attendre un peu plus .”

“Il est trop tard pour moi pour poursuivre ce que je veux dans la vie .”

Ingraphic a présenté 41 légendes de la réussite qui ont atteint la réussite à des âges différents, de 5 ans ( Mozart , quand il est devenu un virtuose du clavier et du violon ), à 75 ans ( Nelson Mandela , quand il est devenu président ).

En voici quelques exemples :

-Anne Frank, qui avait 12 ans quand elle a commencé à écrire son journal sous l’occupation nazie. Elle sera plus tard publiée comme Le Journal d’ Une Jeune Fille et traduit dans plus de 60 langues. Anne Frank est morte quand elle avait 15 ans, du typhus .

-Pelé , qui avait 17 ans quand il a remporté la coupe du monde en 1958 avec le Brésil ; il est également devenu le plus jeune joueur à participer à la Coupe du Monde.

Au total Pelé a marqué 1281 buts en 1363 matchs, ce pourquoi il a été inscrit dans le Guinness World Records pour le plus grand nombre du buts marqués au cours d’une carrière de footballeur .

-Roger Bannister (que je parle dans mes séminaires), qui est célèbre pour être l’athlète qui est passé au dessous de la barrière des 4 minutes pour la course du 1600 mètre en 1954. Il n’avait alors que 25 ans.

Jusque là, courir cette distance en mois de 4 minutes était considéré par la communauté scientifique et médicale comme une impossibilité biologique, qui aurait de graves conséquences physiques si tenté.

Après son exploit, ce record de moins de 4 minutes a été battu par de nombreux athlètes, y compris des lycéens.

-Suzanne Collins publie The Hunger Games à 46 ans , qui reçoit les éloges des critiques et est suivi par une trilogie, ainsi qu’une adaption au cinéma, avec Jennifer Lawrence.

-Léonard de Vinci a peint la Joconde à 51 ans.

-Le Colonel Sanders avait 61 quand il a lancé la franchise KFC.

-Nelson Mandela, révolutionnaire Sud-Africain et philanthrope , qui est devenu président d’Afrique du Sud à 75 ans

Et pour ajouter mon exemple personnel, j’ai atteint le Top 1% des revenus francophones avant l’âge de 26 ans en partant de zéro…

et cela avec une tonne de peurs, de doutes et un parcours de vie difficile!

=> Au moins, à partir de maintenant, vous ne pourrez plus utiliser l’excuse de l’âge pour ne pas poursuivre vos rêves! 😉

Partagez cet article autour de vous, beaucoup de monde ont besoin de le lire 😉

Qu’avez-vous pensé de cet article?
Quel est votre ressenti après l’avoir lu?

Ecrivez votre commentaire ci-dessous

De quelle catégorie de personnes voulez-vous faire partie?

Quel est votre objectif principal en ce moment?
Que désirez-vous accomplir?

J’ai crée une vidéo, en tout simplicité, au bord de la plage, qui vous aidera à prendre conscience de certaines choses qui vous permettront d’atteindre ces objectifs.

Vous méritez de créer une vie exceptionnelle, et rappelez-vous, vous êtes né pour réaliser le Chef-d’oeuvre de votre vie!

Viser en-dessous ne vous apportera ni le bonheur, ni le sentiment d’accomplissement ou de réussite.

Choisissez de faire partie de ceux qui deviennent maître de leur vie et non pas ceux qui “attendent que les choses se passent”.

Ecrivez-vos commentaires ci-dessous et n’hésitez pas à partager autour de vous.


=>Bloquez vos dates du 12-13 juillet pour vous rendre au Séminaire Destination Réussite en Région Parisienne.

=>Nous visons +1000 personnes à cet évènement, et cet évènement se partage avec votre famille, vos enfants, vos partenaires et vos amis! Amenez-les avec vous!

CLIQUEZ ICI pour réserver vos places et pour aller à VOTRE Destination Réussite!

On m’interview: Comment oser vivre vos reves!

Dans cette vidéo, vous découvrirez mon interview faite par Yannick Alain, créateur de CommercialEquitable.com

Le titre est : “Comment Oser Vivre Ses Rêves”.

Suite aux questions de Yannick, j’y transmet mon histoire et des clés pour vivre la vie de vos rêves.

Si vous désirez en savoir plus sur ce que fais Yannick Alain, vous pouvez vous rendre sur son blog en cliquant ici

Si cette vidéo vous a plu, pensez à la partager et laissez nous un message ci-dessous dans la partie commentaires.

Au plaisir de vous lire!

(Français) Fete du bonheur et 5 clés pour etre plus heureux!

L’assemblée de l’ONU a proclamé le 20 mars fête du bonheur.

Le Bouthan et le Danemark ont non seulement le PIB (Produit Intérieur Brut) mais aussi le BIB (Bonheur Intérieur Brut)

Qu’est-ce qui est plus important que le bonheur?
Nous voulons tous être heureux et pourtant personne ne vous dit que le bonheur n’a rien à voir avec la chance mais tout à voir avec votre état d’esprit.

Nous sommes responsable de notre bonheur et vous pouvez cultiver le bonheur.

Voici 5 clés du bonheur à cultiver dans votre quotidien.

L’antidote du malheur:
1. Le sourire et L’humour.
2. Croissance personnelle
3. Accepter ce que vous ne pouvez pas changer
4. Contribution. Rendre service.
5. La Gratitude

Bonne fete du bonheur en ce 20 mars!

Et vous êtes-vous heureux?
Cultivez-vous aussi le bonheur?
Ecrivez votre commentaire ci-dessous et partagez ce bonheur autour de vous!

Capsule de la Réussite 4: Etes-vous le maitre de votre vie?

Etes-vous le maitre de votre vie?
notez votre commentaire ci-dessous!

Etes-vous le maitre de votre vie?
notez votre commentaire tout en bas ci-dessous!

Texte Transcripts

Etes-vous le Maitre de votre vie? Capsule de la Réussite 4

Bonjour, ici Max Piccinini catalyseur de réussite.
Alors j´ai une question pour vous, est-ce que vous avez pris conscience que vous êtes véritablement le maître créateur de votre vie. Alors qu´est-ce que je voulais dire par là ?
Pendant des années pour moi je pensais qu´être heureux et réussir c´était avoir de la chance, ou réserver à une certaine personne, ou il fallait être né dans la bonne famille et bon endroit par exemple. Je pensais que c´était que…vous voyez, que avoir avec la chance.
Vous savez quoi ? J´ai découvert une chose, c´est que réussir c´est une manière de choix, on est vraiment né en tant qu´être de choix, nous sommes des êtres de choix. Les choix que vous faites aujourd´hui déterminent votre vie de demain. Donc par exemple la vie que vous avez aujourd´hui ça à voir avec vos choix que vous avez faits dans le passé. La vie que vous aurez dans le futur, ça à voir avec les choix que vous faites maintenant.
Donc vous choisissez vos pensez à chaque instant, personne ne vous force de penser d´une certaine manière. C´est vous qui pensez d´une certaine manière, donc rappelez-vous vous êtes un être de choix, vous avez l´ultime liberté qui est de penser.
Rappelez-vous que vos pensées vont commencer à générer des actions qui vont générer des habitudes qui vont commencer à amener des résultats. Le bonheur ça se choisit. La réussite se choisit. Vous avez le pouvoir maintenant de choisir la personne que vous désirez de devenir. Que vous désirez faire ou avoir.
Est-ce que vous avez pris conscience des choses. Donc je voulais juste vous rappelez par cette petite capsule vidéo que vous êtes le maître créateur de votre vie. Donc si se n´est pas encore fait je vous invite à vous abonner à ma chaine youtube et de partager ces capsules vidéo autour de vous. C´est comme ça qu´on va pouvoir littéralement faire avancer le monde qui en a tant besoin.
Je vous dis à très vite.

Max Piccinini interview Lorenzo Pancino, la Star de la Voix Off!

Découvrez l’histoire et les clés de la réussite de Lorenzo Pancino, la Star de la Voix Off.

Découvrez l’énergie et l’attitude incroyablement positive dans cette interview gorgée d’humour et d’inspiration!

Qu’en avez-vous pensé?
Qu’est-ce qui vous a inspiré?
Laissez votre commentaire tout en bas! 🙂

Vous désirez améliorer votre Communication Orale?
Lorenzo vous offre des formations fantastiques sur le sujet, cliquez alors ici

ou en Texte :

Interview de Lorenzo Pancino par Max Piccinini, le Catalyseur de Réussite

Max Piccinini : Bonjour, je suis Max Piccinini et je vous parle de la magnifique et vibrante ville de la Nouvelle- Orléans aux Etas-Unis, une ville absolument superbe où j´avais vivement envie d´y aller un jour…Et aujourd´hui c´est avec un grand plaisir et honneur d´interviewer une véritable star dans le domaine de la voix-off.
Lorenzo Pancino :…Oh non…
Max Piccinini : Tu en es une !…et de la communication orale. Quelqu´un qui es vraiment un expert dans la voix-off et de la communication orale, qui est Lorenzo Panccino.
Lorenzo es-tu là ?
Lorenzo Pancino : Bonjour Max, enchanté ravis de vous parler en direct…ici moi, de mon humble demeure… ici dans le sud de la France !! Toi tu es à la Nouvelle-Orléans, moi je suis dans le sud de la France du côté, en pleine galerie, entre Uzès et Nîmes.
Max Piccinini : Ah magnifique région aussi, et si tu t´y es installé c´est qu´il y a une raison…
Lorenzo Pancino : Oui…
Max Piccinini : Alors rapidement pour présenter Lorenzo, parce qu´il y a quand même des gens qui se disent mais qui c´est Lorenzo, enfin il y en a plein qui le connaissent…
Lorenzo Pancino c´est un comédien de la voix off, animateur télé, radio c´est ça ? Depuis plus de…
Lorenzo Pancino : Animateur radio, télé…j´ai travaillé pour T.F.1, pour M6 pour beaucoup de chaînes françaises. Je suis animateur radio au départ depuis presque 30 ans maintenant…J´ai été sur Fun Radio, SkyRock, sur chérie FM, sur Oui FM, maximum etc. Et puis comédien voix off depuis maintenant…pareil une trentaine d´années et vous m´avez forcément entendu, je fais partie de votre quotidien depuis des années puisque j´ai travaillé pour toute les plus grosses chaînes de télé, les plus grandes radios, voilà pour le cinéma et dernièrement on m´entend d´une manière quotidienne pour le « diner presque parfait » sur M6 entre autres puisque j´ai enregistré près de 30000 voix pour les différents médias francophones.
Max Piccinini : Forcément vous avez entendu Lorenzo, il vous a même vendu quelque chose c´est ça ?
Lorenzo Pancino : Oui…je vous faits juste une petite démo quelques secondes si vous voulez… « Mesdames et Messieurs bonjour dans un dîner presque parfait ! Cette semaine nous sommes avec Max Piccinini…Coucou c´est moi !!! X-men le commencement maintenant au cinéma…L´âge de glace 4 maintenant en DVD…Ladies and gentleman welcome to the Max Piccinini show ! »
Max Piccinini : Ah…J´adoore…Vous avez compris pourquoi on voulait interviewer Lorenzo…
Max Piccinini : Alors Lorenzo si toi tu es un formateur et un coach… c´est ça ? Normalement tu as déjà formé plus de 1000 comédiens, des gens comme Cyril Lignac, Mika Young…parle-nous un petit peu de ça.
Lorenzo Pancino : Oui, j´ai formé des milliers de comédiens, des journalistes, des animateurs qui aujourd´hui sont sur des médias français, des gens comme Louise Bourguoin la comédienne…voilà Michael Young, Fred Testo était mon assistant à l´époque sur Fun radio. Et puis des gens de la télé comme Laura Tenoudji de télé matin, bref beaucoup de gens et surtout des entrepreneurs, des managers, des collaborateurs qui ont eu besoin d´apprendre les techniques des pros pour améliorer leurs communications orales tout simplement que ce soit en public, que ce soit au téléphone pour les personnes qui ont besoin de faire de la commercialisation au téléphone ou des centres d´appels et puis tout simplement aussi devant une caméra, ou être interviewer par les médias. Je forme toutes les personnes qui ont besoin de magnifier leurs mots, leurs propres mots ou leurs textes de présentation. Voilà j´aime bien ce terme de magnifier les mots parce que c´est mon métier, j´aide les gens à magnifier ce qu´ils ont à dire.

Max Piccinini : Fantastique…En tout cas un grand merci à toi pour prendre de ton temps, parce que tu es quelqu´un de très occupé, tu as une famille etc. Un grand merci de prendre de ton temps pour partager ces clés de réussite. On va surtout parler de ton histoire avec plaisir, comment tu es passé de quelqu´un de normal on va dire à quelqu´un qui quand même domine ce marché, qui est vraiment devenu une star dans le domaine, alors rapidement Lorenzo, je crois que tu le sais, nous avons des milliers de personnes qui vont écouter cette vidéo, cette interview et c´est tous des gens qui ont un rêve, et c´est tous des gens qui veulent accomplir quelque chose, c´est tous des gens qui veulent se sentir libre et réussir, et ils rencontrent des difficultés dans leurs quotidiens, dans leurs métiers, dans leurs entreprises, dans leurs vie en général. Et ils veulent savoir comment surmonter ces obstacles.
Donc c´est vraiment le but de l´interview, c´est comment les aidés d´atteindre leurs objectifs…
Lorenzo Pancino : Et bien ça tombe bien parce que j´étais exactement comme ça quand j´ai eu le rêve de devenir quelqu´un et j´étais comme tout le monde, à me dire mais comment je vais y arriver, il y a des montagnes, des montagnes d´Everest devant moi…comment je vais faire pour y arriver et j´y suis arrivé en suivant une ligne de conduite…voilà. Je n´ai jamais perdu de vue mon rêve et mon objectif.
Et quand mes objectifs étaient atteints, en fait je relançais un nouvel objectif. Il y avait l´objectif et après les petits buts…les buts pour atteindre le gros objectif. Et c´est comme ça que j´ai réussi en fait, au lieu de faire comme tout le monde à regarder la grosse montagne devant soi, en fait j´ai imaginé des petites collines …tu vois un peu l´image… ?
Max Piccinini : D´accord…
Lorenzo Pancino : Les petites collines en disant c´est plus facile de gravir une petite colline que de monter au-delà de 4000 mètres…tu vois…donc…surtout comme beaucoup d´entre nous d´ailleurs, je suis un gros fainéant à la base…
Max Piccinini : Alors explique nous ça, tu es un fainéant c´est-à dire…
Lorenzo Pancino : C´est marrant, quand je dis ça les gens ne me croit pas parce que je suis comme le disent les Américains un «  travaillo-man », mais en fait comme je suis un passionné, pour moi je ne travail pas, je crée, j´ai des visions et je crée et j´avance. Mais pour moi je pense que le secret de la réussite il est là, si tu fais quelque chose que tu aimes et que tu le fais avec le cœur et que tu es convaincu de ce que tu faits et bien tu n´est pas dans le travail, tu es dans la passion, dans l´envie. Donc tu peux travailler 12 heures, 20 heures d´affilés, ce n´est pas du travail, c´est juste ta vie…donc finalement la vie vaut le coup d´être vécu comme cela et c´est comme ça que je l´entends.
Max Piccinini : Qu´est-ce que tu recommandes par exemple à des entrepreneurs ou à des personnes qui vous écoutent, parce qu´il y a beaucoup de gens qui se disent « Ah ce travail me permet de gagner de l´argent, je n´aime pas vraiment ce que je faits…et puis bon après j´ai ma vie au quotidien… » Est-ce que pour toi on peut très bien vivre de sa passion ?
Lorenzo Pancino : Ah mais on peut vivre de sa passion, d´ailleurs je dirais que si on veut réussir dans un domaine, on ne peut pas réussir dans un domaine si on n´est pas passionné ! Ou alors on part avec un très bonne paye au départ, on est fils à papa ou à maman, on a déjà beaucoup d´argent et on réussit parce qu´on continue l´œuvre de son papa ou de sa maman ou de son grand-père. Mais si on part de rien c´est difficile de ne pas arriver à quelque chose si on n´a pas un but, si on n´a pas un plan précis dans sa tête de ce que l´on veut. Si on n´a pas une vision claire, d´ailleurs on voit beaucoup de gens sur terre qui virevoltent tous simplement parce qu´ils n´ont pas de plan de carrière, sans être forcément un ambitieux à vouloir tout casser. Si on n´a pas un plan bien précis de ce que l´on veut avec un objectif, on ne peut pas réussir quoi que ce soit, c´est difficile…on peut avoir une vie, ça ne veut pas dire qu´on ne peut pas vivre, mais…il ne faut pas s´attendre à devenir une star dans son domaine quoi…c´est ça !
Max Piccinini : Super, génial, excellent conseil…Alors parle-nous un petit peu de ton histoire, d´où tu es parti, d´où tu viens, tu es né où ? T´en ai allé où pour aller à ta carrière, parle-nous un peu de ça.
Lorenzo Pancino :Moi je suis né le 13 septembre 1964 à Fontenay sous-bois à côté de Paris, donc tu vois à trente ans près j´ai encore 18 ans. Et dès l´âge de 5 ans, pour la petite histoire, dès l´âge de 5 ans je reçois à l´époque un magnétocassette gros comme ça ! Cassette hein…donc avec des p´tites bandes etc…et toute la journée je m´amusais à enregistrer ma voix, à faire des imitations, des accents, à chanter, à m´amuser, je faisais des blagues avec moi-même, je m´amusais avec moi-même…Donc voilà je ne m´ennuyais pas, je faisais tous les sketchs, ce que j´avais entendu à la télé, à la radio…, je faisais des fausses pubs…et puis récemment ma mère à retrouver ces cassettes-là et c´est exceptionnel, c´est à dire qu´on m´entend faire l´idiot avec une voix « …toute petite voix …comme ça… » Et j´imite Louis de Funès…et j´entends même mon frère derrière qui dit « mais tu vas la fermer !!!On en a ras-le-bol !! ».
Déjà tout petit j´avais cette envie mais vraiment entre guillemets de faire l´idiot, je sentais que j´avais quelque chose au fond de moi…et qu´il fallait que je l´exprime, je ne savais pas comment mais il fallait que je l´exprime…Et puis j´ai dit à ma mère un jour, on m´avait posé la question « qu´est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ?…et bien je veux avoir mon nom en haut d´une affiche… »
Max Piccinini : Carrément !
Lorenzo Pancino : Carrément ! je veux voir mon nom en haut d´une affiche…je me voyais déjà en haut à l´affiche…C´était ça, alors je ne sais pas pourquoi aujourd´hui pourquoi j´ai dis ça à 6 ans, certainement que je voyais les émissions de Michel Drucker à l´époque avec toutes ces stars, ces paillettes et je voulais faire partie de ces gens qui étaient connus…j´avais peut-être besoin d´être aimé, voilà je voulais devenir quelqu´un, s´était encré en moi voilà, donc c´est resté dans mon cœur et donc jusqu´à…c´est marrant parce que j´ai faits du foot à partir de l´âge de 6 ans, et mon père m´appelait la vedette, c´est marrant…
Je ne sais pas pourquoi il m´appelait la vedette, mais parce que j´étais gardien de but et j´étais très jeune, je commençais à être sélectionné dans les équipes nationales, etc. et j´étais présélectionné pour l´équipe de France á l´époque, tu vois au niveau foot, mais je me suis accroché comme un fou, j´étais pas grand comme gardien de but, mais j´étais un chat, donc déjà, donc déjà dans ma tête je voulais être un peu différent, j´étais dans les buts. Bon comme je n´aimais pas courir, je préférais rester dans les buts.
Et puis en parallèle de ça je faisais des études, je parlais 5 langues, je parlais anglais, italien, espagnol, allemand et français et à 17/18 ans, il m´est arrivé un truc c´est que j´ai eu une atrophie de mon épaule, un genre de polio de l´épaule droite et donc je n´ai plus de muscle dans l´épaule droite et ça me coupe ma carrière de foot. Il faut savoir qu´à cette époque-là je ne rêve que d´une chose, c´est d´être footballeur professionnel, voila, je veux être footballeur professionnel.
Mon père qui était en Italie en seconde division de foot me dit « nan tu feras tes études, je ne veux pas que tu deviennes footballeur professionnel, tu feras tes études, tu ne feras pas sport étude » et puis là je suis en conflit avec mon père et il m´arrive ce pépin de santé et là je suis en dessous de tout…tout à coup il m´arrive un gros pépin de santé à l´âge de 17 ans au moment où l´on devient professionnel, etc. Et mon père il me dit de toute façon si tu veux y arrivé accroche toi-même si tu as eu ça, tu peux y arriver. Et j´ ai eu une force de caractère hallucinante, c´est qu´en l´espace d´un an, j´ai réussi à surmonter cet handicap et j´ai surtout soigné la maladie ! C´est ça qui est incroyable et ça m´a donné une force de caractère à me dire je sais que quand on a un problème, on a un challenge on peut surmonter ce challenge tout simplement avec un état d´esprit irréprochable et je me suis accroché, je suis revenu.
Un an après j´ai retrouvé les muscles de l´épaule droite et je me suis remis au foot et j´ai repris ma place et puis après j´ai connu les filles et ça a été la catastrophe…
Max Piccinini : Il y avait forcément quelque chose qui allait arriver…
Lorenzo Pancino :Et oui c´est vrai, c´est qu´après tu as 18/19 ans et déjà tu sors en boîte et là c´est autre chose…Et après je suis allé jusqu´au bac, et je ne savais pas que j´avais au fond de moi toujours ce rêve de monter, de faire partie de monde du showbiz, etc. Mais à l´âge de 18 ans ça devient un peu un rêve et puis tu te dis est-ce que c´est toujours possible ? Mais moi dans ma tête je me dis je vais monter à Paris et je vais casser la baraque !
Et je monte à Paris, et au lieu de m´inscrire dans une école de théâtre ou autres, mes parents me disent choisi toi une école et je fais une école de tourisme, c´est marrant comment ça démarre, une école de tourisme, d´accompagnement, guide, d´interprète, etc. Et là j´ai un cours de théâtre dans mon école et je commence à faire du théâtre et c´est là qu’ ´on me repère. Il y a un gars, il faut savoir on est au début de la FM, on est en 83/84, et là il y a un gars qui me repère « Ah ben dis-donc t´as une tchatche, t´as une bonne voix, tu ne veux pas faire de la radio avec moi ? » C´étais sur la radio de Daniel Guichar à l´époque il s´appelait radio Bocal, et il me dit vient tous les dimanches, il y a une histoire qui s´appelle Cinémali et tu pourras commencer à faire de la radio…et je dis que je ne sais pas en faire ! Et alors moi je t´apprendrais t´inquiète pas, je crois en toi et ce gars-là…c´est marrant parce que maintenant s´était il y a plus de trente ans, il m´a retrouvé sur facebook…je veux dire c´est quand même le mec qui m´a donné le pied à l´étrier et il m´avait dit «  je crois en toi, tu peux y arriver ! ».
Et je l´ai retrouvé sur facebook et il m´a envoyé les enregistrements de cette première émission que j´ai faite…s´était une catastrophe ! Et là je me dis après quand on sait que j´ai formé beaucoup de gens de la radio et de la télé…je dis vous savez ne vous en faite pas si au début vous n´êtes pas très très bon parce que quand on m´entend à mes débuts…s´était vraiment catastrophique…je ne savais même pas ce que je disais, j´avais une vois haut perché, quand je parlais j´étais toujours fébrile, j´avais la voix qui tremblait…enfin s´était une catastrophe…mais j´avais toujours au fond de moi cette petite flamme ! C´est-à dire que même si je n´étais pas top, je n´avais pas instantanément le don, je me suis accroché, j´ai appris et c´est marrant parce que dès le début j´ai appris en modélisant les stars que j´aimais à la télé, à la radio et j´ai écouté…c´est marrant parce que c´est un peu la genèse de ma méthode d´entraînement aujourd´hui qui permet aux gens et à toutes les personnes que je forme aujourd´hui, d´améliorer leurs communication orale.
C´est vraiment comme- ça qu´aujourd´hui ma méthode a été créer, c´est à dire en écoutant, en répétant, je notais, j´écoutais ce que les gens disaient…j´enregistrais…alors à l´époque s´était avec des cassettes, j´écoutais, j´enregistrais, je me réécoutais…des centaines et des centaines de fois pour arriver à modéliser, on pourrait dire que je faisais du formatage…j´écoutais ce que faisait l´autre pour voir si moi je suis capable de faire la même chose. Et je me dis si moi j´écoute et que je me compare à l´autre et que c´était aussi bien que l´autre, ça veut dire que je suis prêts…Tant que je n’étais pas prêt je continuais…donc j´ai mis des années !! Mais au fur et à mesure je devenais meilleur, comme n´importe quel sportif qui se lance et qui commence à s´entraîner, au début…ben …il souffre, et puis après il commence à être meilleur et puis je commençais à avoir de la dextérité, j´ai appris des trucs comme des gens d´Europe 1 qui étaient venu dans mon cours de radio, parce qu´après j´ai lâché le tourisme je suis devenu agent artistique, c´est assez marrant parce qu´à 19 ans je suis devenu un des plus jeunes agents artistiques, je me suis occupé de chanteurs, d´imitateur et je faisais des tournés avec eux dans toute la France et je me suis aperçu qu´en étant derrière eux il y avait un truc qui me manquait, c´est ça qui était assez étonnant, il y avait un truc qui me manquait…Eux ils étaient sur la scène avec un publique qui les acclamaient et moi j´étais derrière pour signer les contrats etc. et là je fais…il y a un bug !
Moi ce que je veux c´est mettre en transe la foule ! Ce que je veux c´est que les gens s´amusent avec moi…Je ne veux pas être derrière je veux être devant ! C´est là que j´ai décidé de me lancer, non plus dans une carrière d´interprète, comme pouvait le présager mon cursus scolaire, mais j´ai décidé de faire une école de radio et là…c´est assez étonnant que tu me dises que tu es à la Nouvelle Orléans, parce que c´est à la Nouvelle Orléans que, on est en 1985, été 1985 je pars faire le tour des Etats-Unis avec mes parents et je fais le tour et j´écoute tous les matins à la radio, et c´est drôle que tu me dises que tu es à la Nouvelle Orléans, parce que je me retrouve à la Nouvelle Orléans et je ne me souviens plus du nom de la radio et je tombe sur un « morning show », faut savoir pour ceux qui ne connaissent pas, c´est le show numéro 1 en radio, c´est là où les animateurs s´éclatent, ils font des sketchs…vous connaissez les mornings, les émissions du matin en France, c´est pareil, il y a des sketchs, des personnages, on crée des personnages, des cartoons enfin bref, on peut délirer à souhait !
Et là j´entends des gens à la radio qui délirent, qui font des sketchs, qui font des voix…bref un genre de good morning Vietnam mais à la radio. Et là je fais « bingo » c´est ça que je veux faire en rentrant des Etats-Unis !
Et donc en rentrant de mon voyage des Etats-Unis et bien je dis « je veux faire de la radio », plutôt que d´être comédien, chanteur ou autres, je veux faire de la radio. Je me dis la radio c´est nouveau, ça démarre, il va forcément y avoir du boulot, même si ça va être dur, je veux me lancer…Et donc je faits un cour de radio et là je deviens premier de ce cours de radio. C´était un cour avec Europe 1à l´époque et je commence par faire un petit stage et dans ma tête, tu vas voir qu´il y a un fil conducteur quand même dans toute cette opiniâtreté, c´est que je rêve de rentrer à Skyrock, ce n´est pas le Skyrock d´aujourd´hui, c´est le Skyrock de l´époque avec Malair avec des grands animateurs de l´époque et je rêve de rentrer dans cette radio parce que c´est une radio rebelle, qui a un ton bien particulier qui permet de créer des choses.
Et là je suis dans une radio en stage, une radio qui s´appelait Electric FM et je fais toutes les nuits, de 2 heures à 6 heures du matin, et je m´entraîne, je m´entraîne, je faits des maquettes, en gros j´envoie des petites émissions au directeur de l´antenne de Skyrock, qui lui écoute les maquettes et voit quel animateur il va prendre pour les saisons futures. Et là j´envoie, je ne sais plus combien j´ai dû en envoyer, j´ai envoyé près de 30 à 50 cassettes à ce directeur d´antenne et tout le temps il me renvoyait des « Non t´es pas prêt ». Il me disait que ça, t´es pas prêts…je recommençais, je recommençais…et un beau jour, je crois qu´on est en 1987, on est à trois jours du 13 septembre 1987 donc la date de mon anniversaire, on est à quelques jours, et là…je reçois un coup de téléphone de sa secrétaire qui me dit « Lorenzo, Victor voudrait te voir dans son bureau au plus vite dépêches toi ! Et là « Ahhhh au secours j´arrive Ahhh » et là j´arrive dans son bureau et le gars avec ses disques d´or partout, bref un directeur de programme radio et là t´as genre 50 cassettes empilées comme- ça. Et il me dit  « Lorenzo ça fait des mois que tu m´emmerdes à m´envoyer tes démos et bien voilà la tienne aujourd´hui, elle est au-dessus, tu commences vendredi à 2 heures du matin. Vendredi c´était le jour de mon anniversaire !
Max Piccinini : Beau cadeau n´est-ce pas ?
Lorenzo Pancino :Enorme cadeau, et puis voilà ça a enchaîné Skyrock, chérie FM, Maximum après Fun radio, voilà et après j´ai lancé ma carrière à faire des mornings et j´ai toujours crû en ma petite étoile de me dire ce que j´ai entendu à la Nouvelle-Orléans cet été 1985, je voulais faire ça en radio et j´ai fais mes premiers shows, s´était des shows où j´intervenais en tant qu´animateur mais j´avais plein de personnages Je disais : « Bonjour tout le monde comment allez-vous ?…et mon p´tit chouchou est-ce que tu veux un p´tit café ?Non merci » et je mélangeais les voix, j´avais des personnages qui me parlaient…et je partais dans des délires incroyables…je faisais un peu du cartoon à la radio et ça a « cartooné » d´ailleurs dès le départ, c´était assez extra, bref…Quand on voit un peu tout ce fil conducteur, c´est que à chaque fois, au début je n´avais pas décelé mon talent dès le départ, je savais que j´avais envie de communiquer avec les autres, je savais que j´avais quelque chose au fond de moi, et ça c´est important pour les gens qui nous regardent et qui nous écoutent, c´est que comme beaucoup d´entre vous, je sentais que j´avais quelque chose au fond de moi, mais j´avais peur, j´avais une frousse terrible de faire les choses, surtout je disais « ah mais il y a toujours quelqu´un de meilleur que moi, j´y arriverai jamais…c´est pas possible…t´as vu le nombre de gens qu´il y a sur Terre, le nombre de gens qui veulent faire de la radio, qui veulent réussir…pourquoi moi ? Moi le p´tit provincial…je pensais ça tout le temps, j´avais ma croyance qui me disait tout le temps ça.
Sauf que derrière ça, j´avais…peut-être que ma maladie m´a aider, peut-être…j´essaye de me l´expliquer à haute voix, peut-être que c´est ça, j´en sais rien…J´avais toujours cette sensation que je voulais être libre, tu sais comme une flamme de liberté qui me disait si tu ne fais pas ça, tu ne seras jamais libre, tu seras toujours obligé de rentrer dans les rails. Et de se dire si je rentre dans les rails, je vais rentrer comme tout le monde à avoir mon travail et à avoir ma paye à la fin du mois etc. Mais je ne vivrai pas la vie que j´avais décidée quand j´étais plus petit.
Et ça je me suis accroché à cette idée là. Jusqu´à ce que j´enchaîne la radio etc.etc.Alors après comment il y a eu le lien entre la radio, la voix-off et la formation, comment je suis devenu le formateur qu´on connaît aujourd´hui et comment je suis devenu voix-off, parce qu´on se dit bon devenir animateur c´est bien, le rêve de tout animateur c´est de passer á la télé aussi ça faut le savoir…heu bon même si on n´a pas tous des physiques de télé, on a des physiques de radio comme on dit…au départ c´est pour ça qu´on travaille avec la voix…et donc j´ai fait beaucoup beaucoup de casting et c´est là que je me suis aperçu des difficultés de rentrer en télé, ce n´est pas la même chose, en télé on a le physique, on a le charisme qu´on développe devant une caméra et donc je me suis accroché, j´ai appris ce qu´est de recevoir des claques à la vache qui rit…tu sais ce que c´est des claques à la vache qui rit ? «  Trop maigre ! Trop foncé ! Trop rouge !trop petit ! »
Max Piccinini : Ok je comprends…
Lorenzo Pancino : Voilà…tu comprends le casting vache qui rit…c´est en gros…ça n´allait jamais…je ne rentre jamais dans les cases de ce qu´il recherche, donc tu te prends de claque et tu te relèves, une claque et tu te relèves..Et tu y vas…et là tu commences à te créer une carapace et tu commences à apprendre de tes échecs au fur et à mesure et tu te dis …OK…á chaque fois que je suis stressé, que je vais à un casting et bien ça ne marche pas…et puis un beau jour je décide d´y aller en me disant « bon j´en ai rien à faire…j´en ai rien à péter je suis cool tranquille, les gens me prendront un jour s´ ils veulent mais moi je suis fatigué de tous ces gens qui ne savent pas ce qi veulent…je vais rester moi-même et surtout je ne vais rien préparer, je vais y aller á l´impro total…et là ce jour-là comme par les plus grands des bonheurs et bien ça marche…et le gars qui fait « Waw c´est ça qu´on veut et là je suis pris pour une émission de télé, c´était sur Disney Channel à l´époque, et puis après j´en ai fait d´autres…et en fait j´ai compris le secret des stars et des gens du show biz c´est plus tu lâche prise , et d´ailleurs un des conseils que je donnerais à tout le monde c´est, plus vous allez lâcher prise sur l´enjeu et sur ce que vous voulez et plus vous allez vous focaliser tout simplement sur ce que vous êtes et sur ce que vous avez envie de vivre et plus vous allez réussir. Parce que le secret c´est de se dire…lâche prise !
Essayez de faire cette expérience…regardez…de tendre, de serrer les poings comme ça…on est dans l´inconfort total quand on fait ça…vous voyez…quand on est tendu on a tous les muscles tendus !!Et donc quand t´es en face d´une caméra et que tu es tendu, ou quand t´es face à un employeur, j´essaye de remettre la discussion au niveau des personnes qui peuvent nous regarder c´est que si vous êtes face à un employeur, que vous êtes face à un banquier, que vous êtes face à des investisseurs et que vous être comme ça tendu !!Et bien les gens vont le voir et ils vont se dire « attend mais s´il tient sa boîte comme ça il ne va pas tenir…elle va craquer très vite ! »
Et bien c´est là que je me suis rendu compte que, plus vous lâchez prise, plus vous êtes cool et tranquilles, meilleurs vous serez…
Alors, il y a beaucoup de gens qui vont me dire « ouais t´es gentil Lorenzo c´est facile à dire mais c´est facile à faire… »Je suis d´accord avec toi, oui je suis d´accord avec toi, ce n´est pas facile seulement c´est possible simplement il faut travailler une chose, la gestion de ta respiration, il faut arriver à maîtriser le canal d´air, ta respiration et il faut donc arriver à maîtriser tes émotions et donc ta voix, parce que ta voix est le reflet de tes émotions et de ta personnalité. Une fois que tu es capable de maîtriser cet organe vocal qui est aussi là au centre du ventre, au centre du nombril, quand t´es capable de contrôler ça, tu contrôles ta vie et tes émotions et donc, et bien t´es capable de lâcher prise et d´être qui tu veux quand tu veux…parce qu´il est là le vrai truc, d´être capable d´être celui que tu veux « super toi, super patron, super employé…» peu importe qui tu es, le petit toi qui a peur peut devenir le super toi il suffit de le vouloir et de se mettre des petits mantras qui vont te changer ton attitude comme « oh la la j´y arriverai jamais, et si si je vais y arriver parce que justement je suis trop petit et je passe partout ! » Tu vois la différence c´est un peu pour ceux qui aiment le foot aujourd´hui, un peu l´histoire de Valbenat l´Olympique de Marseille, qui est tout petit et qui doit toujours faire deux fois plus de travail que tous les autres parce qu´il est petit et qu´on le jugeait mal, aujourd´hui il s´est accroché et il est le numéro 10 de l´équipe de France. Bon c´est un exemple, il y en a plein d´autres des comme ça…
Et bien c´est exactement ça, c´est en gros lâche prise sur l´enjeu, et faites confiance en ce que tu as au fond de toi. Faites confiance pleinement en ton don, ton talent, tes compétences et après à partir de là, les choses ne vont plus se passer de la même manière…
Max Piccinini : Alors pour toi Lorenzo c´est vraiment ça, la plupart des gens…fantastique conseil vraiment super, ce qui les empêche de réussir, c´est ce côté, de ce stress, le jugement des autres de pas être eux-mêmes en quelque sorte, pour toi c´est le principal…
Lorenzo Pancino : Encore une fois c´est pas simple parce qu´on est dans une société de jugement, on est tout le temps entrain de critiquer l´autre, c´est pas facile, il faut faire bonne figure, en fait le truc, tu t´en fou du jugement de l´autre, tu t´en fous si les gens ne t´aiment pas et bien tu n´as rien à faire avec eux ! Si tu n´aimes pas ton travail et bien change ! Tu es sur Terre pour être heureux, tu n´es pas sur Terre pour être malheureux, ne prend pas la pression de l´autre, va faire ce que tu veux…Bon après j´entends les croyances limitantes, ils y en a plein qui arrivent…tu les entends… qui disent : « Ouais mais ce n´est pas aussi évident, ouais mais toi tu as réussi parce que t´avais du talent… »
Nan je n´ai pas réussi parce que j´avais du talent, j´ai réussi parce que j´avais un rêve et je me suis accroché à ce rêve…et surtout ça c´est un truc vachement important, parce que le rêve c´est bien beau mais si t´es pas lucide et tu te plantes ! En fait il faut associer le rêve avec la lucidité…et c´est ça qui va faire qu´à un moment donné tu traces ta route…tu vois la lucidité, tu vois ce que c´est la lucidité ?
Max Piccinini : Oui je vois mais explique, car c´est intéressant de le savoir bien clairement.
Lorenzo Pancino : La lucidité c´est savoir être lucide sur ses compétences, lucide sur ce que l´on est capable de faire, lucide sur ce que l´on veut et être capable de dire, quand je m´écoute ou quand je regarde mon CV, ou quand je vois mon projet que j´ai préparé, il est béton, je suis lucide il est bon, je suis bon, je ne suis pas moyen…je suis bon je le sais…comparer à un autre je suis bon. Pourquoi je ne réussit pas et bien parce que peut-être que tu montres à tes employeurs, à tes banquiers que ta peur et que tu doutes.
Donc si tu es bon pourquoi est-ce que tu doutes, t´as pas de raison, crois en tes compétences et en ce que tu es capable de faire et fonces et arrête de réfléchir !
Arrête de réfléchir si tu sais que tu es bon…en revanche la lucidité c´est aussi de reconnaître que tout à coup, on a l´incompétence…on n´est pas bon partout, et on est capable de reprendre conscience de ce que l´on est. C´est ça la lucidité. Prendre conscience á quel niveau on est !
Max Piccinini : Et que c´est ok de ne pas être parfait en quelque sorte et qu´il faut juste du travail pour s´améliorer…
Lorenzo Pancino :Oui et c´est le grand truc, toi qui voyages beaucoup, toi tu le sais, en France on a un gros gros problème, c´est qu´on nous a fait travailler depuis qu´on est tout petit à l´école sur nos lacunes, au lieu de nous faire travailler, comme dans beaucoup de pays anglo-saxons, on fait travailler les forces, là où on est bon, en France c´est le contraire…quand on n´est pas bon c´est « ah tu as des lacunes ! Travail ! Travail ! » Alors qu´il y a des gens qui sont bons en Math, il y en a d´autres qui sont bons en langue et ceux qui sont bons en langue on les pousse à travailler « …les Maths…les Maths… » Alors qu´ils sont excellents en langue ! Moi je me dis à un moment donné si tu veux des gens qui ont du talent, qui ont du don fait les travailler là où ils sont bon, et ensuite une fois qu´ils auront monté leurs niveaux de compétence et bien se sera beaucoup plus facile d´aller chercher et travailler les lacunes. Parce que quand tu es déjà en confiance avec quelque chose qui te porte et bien c´est beaucoup plus facile d´aller apprendre une compétence qui est moins forte chez toi…
Donc je dirais la lucidité c´est ça, c´est d´être conscient de ses forces et de ses faiblesses. Et ne pas foncer dans le tas et de se dire « j´ai un rêve je veux être président de la République ! Ouais d´accord tu comptes faire des études ? Ah non pour faire président de la République je vais passer par un autre cursus, je vais faire un stage de 10 jours »…
Max Piccinini : Et là tu dois en charrier plusieurs des entrepreneurs, il y a un décalage entre ce qu´ils veulent avoir et sur ce qu´ils sont prêts à faire…et donc tu dois amorcer tout ça, je trouve ça fantastique ! Et moi je me pose la question à moi-même et qui aurait envoyé 50 cassettes, comme tu l´as fait, c´est à dire avoir 50 refus ! Jusqu´à pouvoir avoir le travail de tes rêves et c´est pas tout le monde qui peut le faire, ben si tout le monde peut le faire, mais chez toi c´est cette persévérance, cette opiniâtrie…parle-nous un peu de ça…

Lorenzo Pancino :Cette opiniâtreté qui, alors c´est toujours pareil, il y en a qui vont dire ouais mais au bout d´un moment on se décourage, c´est plus possible, on doute de soi…J´ai eu une élève à moi il y a deux ans de cela, qui m´appelle un peu dépité, qui me dit ” je n´arrive pas, une élève dans la voix- off, c´est difficile, je suis toute seule chez moi…j´ai besoin qu´on me booste…et bien tu m´appelles, je suis là pour ça ! Ouais mais tu comprends, je me demande si je suis assez bonne….oui mais écoute mais qu´est-ce que tu fais pour te vendre ? Ouais j´ai envoyé des démos, j´ai un site internet…Est-ce que ton site internet il y a des gens qui viennent le voir ? ben non…Je lui dis pourquoi ? ben parce que je ne l´ai pas référencé…ah tu ne l´a pas référencé c´est à dire que tu es en pleine déprime, alors que tu m´annonces que personne ne vient voir ton site internet, donc personne ne peut savoir que tu as du talent ! Ah ben ouais, faudrait peut-être que je m´y mette mais tu sais en ce moment ce n´est pas facile…Et là !!Tu replonges dans ce que j´appelle les marées de la mélancolie…où tu t´enfonces dans la mélancolie. »
Si tu veux y arriver fixes toi ton but, fixe toi un plan d´attaque et chaque jour avance ne reste pas dans le marais de la mélancolie…et ça je dirais que c´est bon pour tout le monde. Que ce soit un chômeur qui à besoin de bosser et qui veut bosser, oui c´est dur, il n´y a pas du boulot partout, mais je pense que si tu te mets un plan, mettre une vision très claire de ce que tu veux, tu te mets dans la tête ce que tu veux, t´arrêtes de penser à ce que tu ne veux pas et bien tu peux atteindre ce que tu veux !
Max Piccinini : Fantastique ! En tout cas on le voit à travers ton attitude, quand tu te mets quelque chose dans le crâne tu y vas, tu restes positif, bravo pour ce succès que tu as ! Peut-être un dernier conseil ou une clé de réussite que tu voudrais transmettre, pour ceux qui nous écoute.
Lorenzo Pancino : Oui ces trois mots, qui correspondent à tout ce que j´enseigne que ce soit pour le coaching voix-off, ou Maxi Voice ma méthode en ligne de communication orale, ces trois mots, ce que tu viens un peu de rappeler, ce sont les trois mots magiques qui sont le sourire, l´enthousiasme et la conviction. C´est à dire quand tu as le sourire, même si tu n´es pas super-compétent, on va t´écouter plus facilement si tu as le sourire, si tu as l´enthousiasme même si tu n´es pas super-compétent mais que tu montres que tu as envie de travailler et bien on va t´ouvrir la porte, et si tu es convaincu et que tu es convaincant, on va t´ouvrir en grand la porte même si tu n´a pas complètement les compétences. Parce que je connais très très peu leur boulot, mais pareil pour un chef d´entreprise qui a besoin de lever des fonds, je connais très peu de personne, ou de banquier, d´employeur qui ne vont pas prêter une oreille, à quelqu´un qui a envie, qui a envie et qui est déterminé…alors après, une fois que vous avez fait le sourire, enthousiasmé la conviction, si on ne vous prend pas, si on vous donne pas l´argent ou on ne vous signe pas le contrat du projet, il y a peut-être d´autres paramètres, mais vous aurez tout donné ! C´est exactement ce que je disais dans mes castings, dans mes castings je le savais pourquoi je le ratais parce que j´étais tendu ! Mais il y en a que j´ai raté tout simplement parce que je n´étais pas le profil de ce que les personnes recherchaient tout simplement et ça il faut l´accepter, on ne peut pas plaire d´une part à tout le monde, si ça ne se passe pas si ça ne se faits pas les choses, c´est que ça ne devait pas se faire à un moment donné, donc si vous êtes vraiment pleinement dans ce que les gens recherche, il n´y a pas de raison…si vous y mettez toute votre conviction, toute votre détermination , vous devez marquer le but !
Toujours revenir à cette notion de football mais c´est ça vous devez marquer le but. Continuez encore et encore…

Max Piccinini : Lorenzo, un grand merci pour ces conseils, j´ai trouvé ça fantastique, je pense que des milliers de gens vont trouver cette interview très intéressante et surtout très inspirante, tu as donné beaucoup de clé avec beaucoup d´enthousiasme, je te remercie énormément pour avoir prie de ton temps pour nous expliqué ton histoire et tes clés de succès. Moi je vous invite vivement si vous avez envie d´améliorer votre communication orale, vous avez compris, vous avez entendu Lorenzo, c´est un véritable professionnel dans le domaine, il vous aidera à ça. Il faut aller sur maxxivoice.com encore un grand merci à toi Lorenzo et beaucoup de succès, à bientôt…
Lorenzo Pancino :A très bientôt !

Max Piccinini interview Marcelle della Faille, la Reine de la Loi d’Attraction

Max Piccinini Interview Marcelle della Faille

Pour accéder au site de Marcelle :
www.loi-d-attraction.com

Transcripts videos
Max Piccinini : Ici c´est Max Piccinini et je suis en compagnie d´une merveilleuse personne que je vais vous présenter dans un instant. Alors je suis catalyseur de réussite et je vous parle d´ici d´une magnifique villa qui s´appelle la villa st George à Cannes. Et c´est avec un grand plaisir d´interviewer une véritable experte dans la loi d´attraction et d´abondance, et j´aime personnellement l´appeler la reine de la loi d´attraction, et je peux vous dire quand je l´ai entendu sur scène il y a quelque temps, s´était vraiment impressionnant de voir la sagesse, les justes mots, cette personne est une auteure, auteure à succès de plusieurs ouvrages sur la loi d´attraction, sur le succès, sur le bonheur. Une femme qui a plein de sagesses, qui a beaucoup de choses à vous transmettre. Qui sera présente lors de l´événement doublé à Paris. Un véritable honneur et plaisir d´accueillir notre reine de l´attraction : Marcelle della Faille !

Max Piccinini : Marcelle tu es là ?

Marcelle della Faille : Oui je suis là…

Max Piccinini : Eh bien un grand merci de prendre du temps pour nous transmettre ton histoire à succès, quelques clés, lors de cette interview, tu nous parles d´où actuellement ? De chez toi ?

Marcelle della Faille : Oui je suis à Avignon, au Nord d´Avignon, dans un petit village pas loin de «  Château neuf du pape » donc je suis en vacances toute l´année.

Max Piccinini : C´est magnifique, quelle belle région cette Provence…
probablement une des plus belles régions du monde.
Marcelle della Faille : Oui…
Max Piccinini : Ecoute merci à toi déjà de prendre un peu de temps, parce que tu es tellement occupée, tu as des coachs, tu as du monde à réussir…Tu as toujours des projets, aussi des livres à écrire et le genre de chose comme ça. Alors comme tu le sais les gens qui nous écoutent dans cette interview, sont des gens qui ont des rêves, des projets à réalisé, et réalisent que parfois qu´ils ont des difficultés et parfois ils se disent pourquoi je n´ai pas le succès que je voudrais avoir, pourquoi ca ne décolle pas, pourquoi je suis bloqué ? Donc cela pourrait être intéressant à travers ton histoire de nous donner aussi quelque clé, qu´est ce qui a fait aussi la différence pour toi, qui en quelque sorte tu es partie de rien et ce qui fait que maintenant tu es vraiment une coach à succès avec vraiment un fort succès dans ton activité.
Donc dis-moi un peu déjà, d´où viens-tu, comment as-tu démarré en quelque sorte dans la vie ?

Marcelle della Faille : Je suis issue d´une famille belge très moyenne je dirais, donc j´ai eu une éducation très classique et je me suis dirigée vers le salariat parce que c´était une espèce de mantra de mon père, trouve-toi un emploi, achète-toi une maison, fais ta retraite et puis c´est bon !

Il avait vécu des hauts et des bas dans sa vie qui avait fait qu´il avait tenté de développer une activité… Ça n´avait pas fonctionné…donc il était revenu dans la sécurité avec cette peur que cela ne fonctionne pas. Ca venait d´une profonde sagesse malgré toute l´humilité. Mais je suis partie dans cette voie-là.
J´ai fait des études de traduction, puisque j´adore les langues, j´adore le contact avec les autres cultures, etc. Et mon premier poste s´était mi-temps traductrice, mi-temps secrétariat et puis le secrétariat à pris de plus en plus d´ampleur…et je me suis dit non ce n´est pas mon choix, j´ai donné mon préavis pour quitter mon emploi et aller vers mon rêve. Et pendant ce laps de temps je n´avais pas de travail et je me suis achetée un ordinateur à l´époque s´était encore un gros appareil…Et j´ai commencé à écrire. Et j´ai vraiment aimé cette vie là. Je me levais quand je voulais, je passais mes journées à écrire, je laissais venir la créativité, les idées, etc. Waw ! Si je pouvais vivre de l´écriture. Et à l´époque s´était impensable évidemment, et donc j´ai repris un travail, j´ai travaillé comme intérimaire puisque j´aimais bien changé. Et un jour je me suis lancée, j´ai rencontré mon mari qui était entrepreneur et donc j´ai suivi son modèle à lui ! J´ai quitté le modèle de mon père pour suivre le modèle de l´autre homme de ma vie. Et donc avec son soutien j´ai développé mon activité en tant que traductrice professionnelle mais avec énormément de haut et de bas…Un stress constant, des délais très très courts. Donc je travaillais jour et nuit, j´avais des enfants en bas âges que j´allaitais tant bien que mal, etc. Donc s´était très très difficile…Et un jour j´ai dit non ça suffit, et c´est là que j´ai vraiment cherché de nouvelles pistes. Je me suis dit que ce n´est pas possible que la vie soit aussi dure. Il y a un moyen plus aisé et plus facile.
Et tout a commencé comme ça.

Max Piccinini : Tu as commencé en quelque sorte de te dire, maintenant j´en ai marre d´en avoir marre en quelque sorte, et tu t´es dit ok il doit y avoir un autre moyen. Tu as commencé à avoir une sorte de croyance, de te dire il doit y avoir quelque chose d´autre, tu as commencé à penser et à voir le monde autrement, à chercher autre chose.
Marcelle della Faille : C´est-à-dire que déjà de nature je suis quelqu´un de très optimiste, je suis quelqu´un de très visionnaire et je ne comprenais pas que ce soit aussi dure d´arriver à mes rêves, à manifesté mes rêves. Je me suis dit je suis sur la mauvaise voie, la voie la plus dure, il doit exister une voie plus facile. Et ça c´est devenue très clair pour moi. Peut-être que le fait d´avoir eu des enfants, etc. ma ramené sur le côté nature, qui finalement quand on regarde la nature tout semble très facile dans la nature, c´est vrai il n´y a rien de compliqué…

Max Piccinini : C´est vrai…
Marcelle della Faille : Et donc je me suis dit qu´on est sûrement en train de couper les cheveux en quatre quelque part, cherchons la voie aisée… Ça a été mon manque…

Max Piccinini : Est-ce que tu penses que c´est ça qui arrête beaucoup de gens, qui ont une sorte de croyance, que c´est ce qu´ils ont appris à dire, que la vie est dure et c´est comme ça …Tu penses que c´est ça ?

Marcelle della Faille : Mais je pense que c´est vraiment imprégné dans nos cellules et je le vois déjà avec mes filles qui deviennent adolescentes aussi, à l´école si par exemple elles peuvent obtenir des informations sur internet, c´est trop facile, c´est considéré comme trop facile, on doit leur dire d´aller plutôt dans une bibliothèque, donc de faire tout un trajet, perdre du temps, etc. parce qu´ils considèrent que c´est trop facile…et je suis étonnée parce que bon les nouvelles générations ont intérêt à suivre les nouvelles technologies au contraire et d´utiliser cette aisance pour avancer, et manifesté leurs rêves.
Donc c´est vraiment imprégné depuis tout jeune dans nos cellules, que plus la vie est difficile, plus on arrive à dépasser les obstacles, à lutter, etc. Là on est auréolé de gloire et c´est ce qu´on voit finalement, les statuts des grands hommes c´est toujours les statuts de personnes qui ont combattu, qui ont lutté, qui ont eu la vie dure, c´est vraiment dans la culture actuelle et heureusement que de plus en plus de personnes se rendent compte que non ça  suffit, que l´être humain à suffisamment souffert, il y a une voie plus aisée et plus facile.

Max Piccinini : Et donc au moment où tu as commencé à changer ça, tu as pu commencer à voir qu´en prenant en question moins d´efforts, c´est ce que j´ai vraiment vu ce que tu représentais, tu es la personne qui est … on appelle ça en anglais être dans le « flow », tu es dans le moment, tout vient à toi…tu es vraiment ce que tu représentes, c´est ce côté où tu n´as pas besoin de forcer les choses pour atteindre…est-ce que tu as commencé à avoir ça dans ta vie ? Explique-nous comme ça, comment tu es passé toi de quelqu´un de dur dur… à travailler dur pour pas grand-chose, tu as commencé au contraire à retourner les choses, et commencé à avoir les choses qui viennent à toi et commencé à avoir beaucoup de succès avec moins d´efforts ?
Marcelle della Faille : Tout simplement parce que j´ai lancé cette intention d´avoir une vie plus aisée et plus facile. C´est vraiment le fait de lancer l´intention qui fait qu´à un moment j´ai attiré à moi, je vais le dire franchement, on avait chacun un travail d´indépendant, toutes les croyances liées aux entrepreneurs indépendants… « Vous êtes fou…vous êtes indépendant, vous n´allez jamais vous en sortir, les banques ne vont pas vous suivre, vous n´allez jamais vous racheter une maison, etc….les impôts et tout…et tout ! C´est vraiment les grosses croyances, et moi je me disais non je suis sûr qu´il y a un moyen de s´en sortir, et qu´au contraire on peut même avoir plus de succès en tant qu´indépendant qu’en tant que salarié, j´avais cette conviction-là à l´intérieur de moi-même sans l´avoir vécu puisque mes parents n´étaient pas du tout dans ce mode de fonctionnement là.
Mais ce qui s´est passé c´est qu´on a cherché un troisième travail, on avait encore cette croyance qu´il fallait travailler pour gagner plus ! Et donc on a cherché à faire un travail en plus sur le côté, alors qu´on était déjà débordé tous les deux que ça ne suffisait pas. Et on est tombé sur une annonce pour du marketing de réseau justement, et à l´époque s´était R.B .A.L.F, on ne connaissait pas du tout le marketing de réseau, on est allé à une réunion et on s´est laissé emporter par l´élan et on s´est retrouvé entouré de personnes qui croyaient en la réussite, qui voulaient réussir, qui parlaient d´argent, qui parlaient de succès, qui parlaient de niveaux de succès, et surtout qui nous ouvraient toute une littérature toute neuve pour nous ! La littérature du succès, la littérature de la foi en soi, la foi en nos capacités, tout ce qu´on n’avait jamais entendu dans la société !
Et donc c´est là qu´il y a eu un rendez-vous que je dirais miraculeux ou magique, c´est que lors d´une de ces réunions, on a reçu une petite brochure, où plusieurs personnes expliquaient comment elles étaient devenu millionnaires avec le marketing de réseau. Et moi mon but ce n´était pas de faire du porte-à-porte, ou de vendre des produits, de nouveau dans la difficulté et recevoir des claques de personnes qui ne veulent pas recevoir les produits ! Mais s´était que se soit aisé, que se soit par internet puisque mon but s´était de pouvoir m´occuper de mes enfants, travailler de chez moi. Et cette personne expliquait, s´était une Américaine qui avait réalisé son rêve de vivre à Hawaï qui est une des villes les plus chères au monde…en faisant une seule chose, s´était vibrer la joie le plus possible chaque jour ! Et s´était si simple, et elle partageait tout ça sur son blog…s´était gratuit tout le monde pouvait aller voir, et chaque jour elle déposait une anecdote où elle montrait comment elle avait transformé un contraste pour être justement dans ce «  flow »dont tu parlais, de la joie et du bien-être. Et c´est comme ça qu´elle attirait des clients, c´est comme ça qu´elle est devenue experte, qu´on faisait appel à elle pour parler dans des colloques etc. Et je me suis dit c´est ça que je veux !
Et donc je l´ai utilisé comme premier model en fait. C´est pour ça que c´est important ces rendez-vous là, de se dire bon là il y a quelqu´un que j´admire, et plutôt que de jalouser ou d´envier entre guillemets la personne je vais voir qu´est ce que j´admire chez elle que j´ai déjà en moi et que je pourrais développer d´avantage. Et c´est ça que j´ai fait en fait.

Max Piccinini : Donc tu as commencé à modelé quelqu´un, tu te connecte à elle au lieu de dire, oui, que c´est n´importe quoi…tu t´es dis j´ai envie d´être cette personne, donc tu as commencé à travaillé ton talent, perfectionné ton talent pour pouvoir devenir cette personne en quelque sorte.

Marcelle della Faille : C´est ça, j´ai commencé à faire un peu comme elle, à me dire ah ben oui tiens, je suis dans le file à la quête qui est un peu longue, mais plutôt que de râler je vais voir tiens pourquoi est-ce que justement là maintenant, j´ai du temps devant moi ? Et pourtant c´est simplement pour pouvoir avoir un échange avec quelqu´un qui va me donner une idée pour une nouvelle action à mettre en place ou simplement être dans l´instant. Et puis cette personne m´a mise aussi en contact avec un livre que j´ai traduit qui était le « XXX » qui a été traduit par « la science de l´enrichissement » et là il y eu un concours de circonstances qui a fait que ma traduction qui se vendait comme-ci comme- ça au début, a bénéficié de l´effet du film secret, puisque dans le film, la productrice explique bien que c´est grâce à ce petit livre qu´elle a décidé de lancer ce projet du secret. Donc tous les Canadiens anglophones qui n´avaient pas accès à la traduction cherchaient la traduction de et donc on achetait ma traduction à moi. Et donc j´ai bénéficié de cette vague, parce que juste après j’avais traduit la «  clé de la maitrise » qui était aussi promue par le secret, puis j´avais publié mon propre livre sur « le secret de la loi de l´attraction » donc ces trois livres ont bénéficié de cette vague, qui s´était comme ça que tout a démarré.
Mais je dirais que c´est vraiment au départ, je me disais que ca suffit je ne veux plus croire que ça doit être difficile…ça a été le déclic.
Max Piccinini : Tout a changé à ce moment-là.
Marcelle della Faille : Tout a changé à partir de là, et quand je le dis dans mes ateliers de mes formations, il y a des personnes qui sont étonnées qui disent mais, est ce que c´est possible d´avoir une vie aisée facile ? Donc c´est pour dire que dans la société il y a encore beaucoup de personnes qui ne peuvent même pas s´imaginer que la vie peut être facile.

Max Piccinini : Et comme quoi forcément les croyances égale réalité, je veux bien dire ça, et si quelqu´un le croit ça deviendra réalité pour lui-même…tout vient de changement de croyance, ce que tu enseignes tellement bien. Tiens parlez- nous un peu de…est-ce que tu as eu des difficultés dans ta carrière ? Et si oui, comment tu les as surmontées ?
Marcelle della Faille : Alors j´ai eu beaucoup de difficultés, j´en ai encore aujourd´hui, moi je les appelle contraste parceque c´est moins lourd…

Max Piccinini : …j´aime ce mot.

Marcelle della Faille : Je dirais que la première difficulté pour moi a été le fait de choisir ma voie, ça a été ma première difficulté parce que je suis quelqu´un entre guillemets bonne en tout, donc j´ai un niveau pas d´excellence mais un niveau de facilité, dans différents domaines et donc j´avais du mal à me dire mais qu´est ce que je suis venu faire sur Terre, j´avais du mal à choisir, et puis un jour je me suis dit là aussi, ce n´est pas une difficulté, probablement que ça m´ouvre vers quelque chose de tout nouveau que je n´ai pas encore entendu et j´ai imaginé ça comme un puzzle, je me suis dit bon qu´est-ce que j´aime faire ?
J´aime les langues, j´aime voyage, j´aime le développement personnel, j´aime l´informatique, etc.
Et je me suis dit comment créer quelque chose qui réunit tout ça? Mais je ne voyais pas sur les marchés dans tous les cas d´emploi, qui me permettraient de faire tout ça. Et je me suis dit je vais laisser l´univers m´apporter la solution et là je suis en train de faire exactement ce que j´aime. Je parle en anglais, je parle en français, je voyage, je fais du développement personnel, je suis en contact avec les gens, mais je suis aussi seule de temps en temps et j´ai aussi besoin de cette solitude. J´avais vraiment envie de ces besoins-là.
Donc je pense qu´aujourd´hui qu´on est à un moment où chacun est là pour créer son emploie, créer son activité et qu´on ne doit pas nécessairement l´a trouvé dans ce qui est offert dans la société parce que la société ce qu´elle nous offre est lié à des consciences faciles, à un niveau de conscience facile. De plus en plus de personnes dans le développement personnel, ils ont déjà au-delà de ce qu´ont les croyances de la société.
Donc c´est un merveilleux moment pour créer son activité. Alors une autre difficulté c´est qu´une fois que ça a commencé à prendre de l´ampleur, je suis arrivée à une espèce de plateau. Donc j´avais du succès, je faisais ce que j´aimais, j´avais un style de vie que j´aimais mais mon enthousiasme diminuait, c´est comme si je n´avait plus de défis, je ne me donnais plus de défis. Et c´est en rejoignant un groupe de personnes qui ont du succès, qui sont déjà prospères et en discutant avec elles, en allant chercher des informations aussi qui m´intéressaient, que tout d´un coup un nouvel horizon s´est ouvert, je me suis dit la voilà ma nouvelle passion. Donc ça à été une belle leçon, aussi c´est de me rendre compte que ce n´ai jamais fini et que quand on croit que c´est fini et qu´on se repose un peu trop longtemps sur ses lauriers on perd l´enthousiasme parce qu´il y a cette partie divine en nous qui a envie d´aller plus loin à chaque fois, et qui n´a pas envie de s´endormir elle, sur ses lauriers. C´est vraiment intéressant à vivre, et je pense que beaucoup d´entrepreneurs vivent ça, beaucoup de personnes dans leur vie aussi. Ce qui explique, je parle toujours de cette spirale d´expansion, dès qu´on la termine elle expire, et bien on commence à s´ennuyer parce qu´on connait, on connait les repères, on connait les croyances et c´est là qu´à un moment on se dit, bien je passe à autre chose et vers quoi est-ce que j´ai envie d´aller.

Max Piccinini : Vous allez chercher cette croissance permanente, être un éternel étudiant en tout cas, ne jamais tombé dans ce truc…génial.
Marcelle della Faille : C´est ça, et prendre toute difficulté comme un tremplin, moi c´est comme ça que je perçois les choses. Ce sont des tremplins que je me crée moi-même pour me dire bon et bien là qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? Quel choix, quelle décision tu veux prendre là maintenant ?
Pour avancer…

Max Piccinini : Fantastique, Waw…Merci pour ce que tu nous transmets Marcelle.
Moi j´aime beaucoup parler de raison d´être, et je pense que tous les gens qui réussissent ont une raison d´être, ils savent pourquoi ils se lèvent le matin. Est-ce que tu veux nous parler de ta raison d´être ?
Marcelle della Faille : Alors ma raison d´être quand j´ai vraiment lancé mon activité sur la loi de l´attraction, s´était de simplement de partager aux autres ce que j´avais moi-même découvert, c´est qu´on ne subit pas sa vie on l´a crée, on l´a crée par nos pensées. Et ça pour moi ça a été révélateur. La plupart des gens crée leur vie par leurs pensées négatives sur la société, sur la vie, etc. Si on peut le faire de façon moins agréable faisons-le de façon agréable en créant la vie que nous voulons créer. Et puis là maintenant j´ai un peu ciblé un autre canal, parce que je me rends compte qu´il y a réel besoin dans la société aujourd´hui par rapport à ça. C´est comment, il y a de plus en plus de petits entrepreneurs qui se lance grâce à internet entre autres, qui est un magnifique vecteur de possibilités. Mais souvent ces personnes n´arrivent pas à dépasser un certain plafond financier. C´est-à dire que si elles ont été salariées, qu´elles avaient l´habitude de gagner 1000 euros 2000 euros, elles lancent leur activité et elle n´arrive pas à dépasser ce montant. Et en même temps c´est du brut dans ces cas-là, ce n´est plus du net, c´est du brut. Donc elles ont encore moins que ce qu´elles avaient comme salarié. Et c´est là que je me suis dit qu´il y a quelque chose à faire pour aider ces personnes qui vivent de leurs passions donc qui devraient avoir un succès de plus en plus grandissant. Comment les aider à dépasser ce plafond et à réalisé leur rêve, à atteindre le style de vie qu´elles veulent atteindre. A partir de là je me suis rendu compte que la clé du problème s´était leurs relations à l´argent…leur relation qu´est ce personnage qu´est l´argent qui est une énergie mais qui est limité de nouveau par la société, les peurs, les croyances, etc…et qui continue à l´être par les messages, les films, les livres, les informations, etc.
Donc c´est fascinant, je me suis lancée il y a deux ans et demi dans cette recherche, de qu´est-ce que notre relation à l´argent et c´est fascinant de voir ce que je peux découvrir à ce niveau-là. Les liens qu´il y a par exemple entre l´argent et l´amour, des relations familiales et autres. L´argent et la mort.
Souvent les problèmes d´argent sont liés à des problèmes de personnes décédées à cause de problèmes d´argent, c´est étonnant ! Le sujet se l´argent est un vecteur magnifique de transformation. Donc voilà ça c´est devenu ma raison d´être.
Max Piccinini : Changer les choses par rapport à l´argent, ce qui leur permettrait d´avoir une vie bien meilleur quoi…

Marcelle della Faille : Tout à fait.

Max Piccinini : Fantastique ! Alors parle moi un peu de ta philosophie de vie, en général comment vois-tu le monde, quelle est ta perception, ta philosophie de vie ?

Marcelle della Faille : Ma philosophie a évolué évidemment dans le temps, mais là j´en suis arrivée à m´autoriser à avoir que tout va bien dans le monde, en tous les cas beaucoup de choses vont bien dans le monde, même si les médias montrent tout ce qui ne va pas…Je sais qu´il se passe énormément de belle chose qui se passe dans le monde, il suffit d´aller sur internet et vous allez voir un tas d´information qui explique que par exemple, rien que pour parler de l´environnement, et bien il y a de nouvelles forêts qui apparaissent, dont l´homme n´a même pas conscience, il y a de nouvelles espèces qui apparaissent dont on ne parle jamais ! Que se soit aux niveaux plante, aux niveaux animaux, etc. Donc il y a tout ce renouvellement de vie qu´on ne montre pas. Et donc moi mon intention c´est de porter ma focalisation sur ça. Et passe sur les espèces qui disparaissent, je sais que ça existe mais pour moi ça fait partie de cette spirale d´expansion. J´aime bien penser aux dinosaures, je me dis qui trouve que les dinosaures nous manquent aujourd´hui finalement ? Il y a personne…Quand je dis ça à mes enfants ils sont mort de rire, elles me disent : « Oh non non je n´imagine pas un dinosaure venir ici écraser la maison », etc. et c´est vrai ! Ça fait partie de l´évolution…Et c´est vrai qu´il y a des espèces qui disparaissent d´une façon horrible mais il y en a au contraire énormément d´autres qui apparaissent et qui montrent que la vie est toujours gagnante.
Et donc par rapport à ce qui se passe dans le monde, dans la société, c´est vrai qu´il y a aussi des choses horribles qui se passent, mais il y a des choses magnifiques qui se passent. Moi je veux soutenir le courant créateur de ce qui est magnifique dans le monde. Ma philosophie, c´est que tout est parfait, donc j´essaye de ne plus avoir de jugement « ceci est bien, ceci est mal, ce comportement est bien, ce comportement est mauvais… » Et me dire aussi que tout est déjà là, parce que c´est ce que j´expérimente aussi, j´ai un désir, ou plusieurs des personnes que j´accompagne ont un désir…et bien il est déjà là ! Le simple fait d´avoir lancé le désir l´univers nous l´a apporté, et nous la seule chose que nous avons à faire c´est de nous mettre au niveau de la réception de ce désir pour pouvoir le recevoir. Et nous le recevons quand nous nous sentons dans la même vibration que celle de l´univers qui est une vibration majoritairement de bien-être.
Donc cultivé ce mieux-être c´est souvent possible pour pouvoir recevoir ce que nous avons demandé.
Et ça c´est fabuleux je trouve comme philosophie de vie…ce n´est pas facile…je suis d´accord qu´il y a des jours je fais comme tout le monde, je pleur e sur moi, je me victimise mais ça fait du bien aussi. Simplement à un moment je me dis bon et bien maintenant j´ai envie de me responsabiliser, de récupérer mon pouvoir et de faire de nouveaux choix tout simplement.

Max Piccinini : Fantastique. J´apprends beaucoup…j´adore ! Tu es la meilleure à dire les choses tellement clairement…c´est fabuleux. Alors dit-nous si tu avais un conseil à donner aux personnes qui nous écoutent. Des gens qui veulent atteindre leurs équilibres et qui sont bloqués et qu´il y a peut-être un ou deux conseils…comme tu le souhaites. Lequel serait-il ?

Marcelle della Faille : Alors je dirais premièrement cessé de croire que ce que vous vivez-là c´est quelque chose que vous subissez… Je pense que ça c´est le vraiment le meilleur conseil. Ce que je remarque c´est dans la société, il y a beaucoup d´assistanat, le system est prévu pour qu´on ait besoin d´être assisté et ça nous empêche de récupérer notre pouvoir et de nous dire «  mais non, moi je ne veux pas gagner seulement ceci, ou je ne veux pas vivre cette situation…je veux au contraire créer ma vie selon mes critères »ce que j´appelle les nouvelles règles du jeu, et ça c´est le premier conseil que je dirais.
Donc regarder ce qui se passe dans votre activité si vous voulez par exemple qu´elle soit plus prospère et qu´elles sont les croyances que vous avez adopté, que vous avez retenu sans le vouloir et que vous pouvez transformer en quelque chose qui puisse être plus porteur pour vous.
Donc par exemple si vous avez la croyance que la quantité d´argent est limitée dans le monde parce que ce sont les banques qui impriment les billets, etc. C´est très limitant de croire ça. Il vaut mieux vous dire que c´est moi qui crée la quantité d´argent dont j´ai besoin pour chaque projet que je veux lancer, et c´est vraiment comme ça que ça se passe. L´univers crée les ressources dont on a besoin lorsque nous lançons une idée. C´est beaucoup plus porteur.
Et alors un deuxième conseil, c´est vraiment par expérience que je partage ceci, c´est que je me suis rendu compte que beaucoup d´entrepreneur, beaucoup de personnes aussi se compliquent la vie en pensant que l´autre a voulu leur faire du mal. Dont un commerçant ne leur rend pas toute la monnaie, il pense instinctivement et je pense que c´est notre cerveau humain qui fonctionne comme- ça…il pense que l´autre a voulu les avoir, il pense que l´autre a fait exprès. Et vous connaissez les accords Toltec…et bien c´est le troisième accord Toltec « n´interprétez pas le comportement de l´autre, n´interprétez pas la parole de l´autre, et croyez que l´autre est bon avant tout » parce que moi je crois vraiment fort au bien-être qui règne dans l´univers et donc je pense que c´est vraiment important de cultiver ça aussi parce que justement notre traumatisme nous ramène toujours à cette noirceur vers l´autre, alors que nous voyons toujours la divinité, la lumière dans l´autre, ça facilite énormément les relations et donc forcément la clientèle arrive plus facilement et les partenaires, les mécènes aussi… les sponsors, etc.

Max Piccinini : Fantastique ! Je sens qu´on va avoir un magnifique événement doublé à Paris dans quelque temps de ce que tu vas nous transmettre…et justement en rapport avec l´événement doublé qu´est-ce que tu vas nous transmettre. Moi la première fois que je t´ai entendu dans un séminaire, je me suis regardé avec mon épouse… « C´est extraordinaire ce qu´elle nous raconte… » Et vraiment très sincèrement…je suis beaucoup dans le personnel, j´ai beaucoup appris ce jour-là et je continue à en apprendre dans cette interview, qu´est ce que tu vas nous transmettre le 8 et 9 mars à Paris ?

Marcelle della Faille : Alors comme je le disais tout à l´heure je suis vraiment dans cette recherche par rapport à notre relation à l´argent et j´ai découvert que ce qui fait que beaucoup de personnes entretiennent une impression de manquer d´argent de ne pas avoir assez, et d´être dans cette peur de manquer ou de perdre aussi, c´est relié à la notion d´estime de soi, d´amour-propre et de valeur que l´on se donne…et j´ai vraiment envie de pour l´instant de creuser un peu ce courant-là. Comment élever notre sentiment de valeur personnelle, pour élever notre point d´attraction, notre capacité d´attirer…
Parce qu´imagine qu´on soit des millions à avoir élevé notre sentiment de valeur personnelle, on va attirer des millions aussi, non seulement on va faire tache d´huile, on va influencer le comportement d´autre personne mais aussi on va élever le niveau d´abondance de la planète. Puisque nous créons en fonction de ce que nous croyons. Donc si nous croyons que nous pouvons être beaucoup plus abondants que nous le sommes aujourd´hui, nous pouvons créer une planète où tout le monde est abondant. Je ne dis pas que c´est ce que je veux imposer à tout le monde, mais je pense qu´il y a beaucoup de personnes pour qui ce message, ce comment faire surtout pourrait aider à vivre une vie beaucoup plus agréable, et moins stressé, moins focalisé sur le manque ou la peur de manquer.
Donc il y a cette notion, ce lien entre la valeur et l´abondance.

Max Piccinini : Fantastique !
Je suis impatient d´écouter ton intervention à Paris…Un grand grand merci à toi Marcelle pour avoir pris ce temps et d´avoir passé cette sagesse. Je crois que les gens qui vont écouter cette interview vont beaucoup apprendre… ça va faire quelque tilt déjà et ils vont en savoir plus pour leurs événements et donc je vous invite au passage à aller sur le site de Marcelle c´est

www.loi-d-attraction.com
vous le verrez à l´écran et Marcelle a de merveilleuses choses à transmettre, allez sur son site, inscrivez-vous à sa newsletter, il y a beaucoup de choses que vous aller apprendre et je vous invite à cliquer sur le bouton j´aime…laissez-nous un petit commentaire pour nous dire de ce que vous avez pensé de cette interview. Partagez là et un grand merci à toi Marcelle, et au plaisir de tous vous rencontrez, de te rencontrer les 8 et 9 Mars à Paris.

Marcelle della Faille : Ce sera avec un grand plaisir, et j´ai vraiment hâte d´y être, d´être dans cette énergie, de toutes ces personnes qui vont dans ce même but de réussir. Je pense que c´est la meilleure chose que l´on peut offrir à la planète aujourd´hui.

Max Piccinini : Merci à toi Marcelle.