(Français) Un des plus grands secrets de la Réussite…

Photo Jack Canfield Le Secret et Max Piccinini Bouillon de poulet pour l'ame

Photo Jack Canfield Le Secret et Max Piccinini Bouillon de poulet pour l’ame

Voici l’un de mes mentors: Jack Canfield, Créateur et Auteur de Bouillon de Poulet pour l’âme (vendu à 500 millions d’exemplaires), l’un des maîtres du film “Le Secret” et une légende dans le développement personnel.

Je ne cesserai de croître personnellement, c’est une habitude gagnante que j’ai crée et qui me permet d’aller de plus en plus haut, dans tous les domaines de ma vie.

Et qui peut dire où est le sommet?

Où que vous soyez, vous pouvez toujours progresser, devenir une meilleure personne ou un plus grand leader.

Pour ma part, j’investis personnellement 10% des mes revenus à me développer dans tous les domaines de ma vie.

Je dirai que c’est l’une des meilleures habitudes que j’ai crée et c’est clairement LE MEILLEUR investissement que je puisse faire dans ma vie.

Pour nous sentir heureux et nous réaliser, nous avons besoin de CROITRE, de se développer constamment.

Trouvez un mentor.
Trouvez des mentors à qui vous désirez ressembler.
Participez à un séminaire pour entrepreneurs  de développement personnel.

Prenez exemple sur eux, apprenez d’eux, étudiez les clés de leurs succès, et appliquez les dans votre vie.
Votre vie prendra alors une toute nouvelle dimension.

Parfois un livre ou séminaire pour entrepreneurs de 2 jours peut transformer votre vie et vous mettre sur les rails de la réussite et du bonheur.

La réussite n’arrive pas par hasard.

Et si vous désirez être heureux et vous réalisez pleinement, engagez-vous à prendre une nouvelle habitude d’investir une partie de vos revenus pour croitre et devenir “une meilleure version de vous-même”.

Je suis curieux, avez-vous un mentor?
Combien investissez-vous chaque mois ou année dans votre développement personnel?
En quoi cela vous aide dans votre vie?
Quelle est la décision que vous prenez maintenant pour vous développer encore plus et mieux?

Partagez cet article et ecrivez votre commentaire ci-dessous, au plaisir de vous lire!

Max Piccinini interview Olivier Seban, Le millionnaire immobilier

Texte de l’interview ci-dessous:

Max Piccinini : Bonjour ici c´est Max Piccinini Catalyseur de réussite, alors c´est un véritable plaisir et honneur aujourd´hui d´interviewer une véritable star, absolument, un auteur Bestseller, bien entendu par son livre « Tout le monde mérite d´être riche ». C´est un expert en éducation financière, expert immobilier bref c´est un grand monsieur, un type aussi d´une grande humilité, je passe quelques jours avec lui, un type absolument génial avec un gros cœur qui va vous parler un peu de son histoire parce que beaucoup de gens ne connaissent pas son histoire, on se dit souvent « mais comment il a pu arriver jusqu´ici ? » Ça va être assez passionnant, donc merci à toi Olivier de prendre un peu de ton temps…
Olivier Seban : Merci à toi Max…
Max Piccinini : On se retrouve à Miami au passage…
Olivier Seban : Ah il faut le dire…On voit la mer derrière…
Max Piccinini : C´est absolument super comme endroit, on est au mois de janvier…il doit faire 25 degrés environ ?
Olivier Seban : Je ne sais pas…il fait chaud…
Max Piccinini : C´est vraiment dur d´être libre financièrement…
Olivier Seban : Ah la la…
Max Piccinini : C´est horrible !
Olivier Seban : J´en ai assez moi…
Max Piccinini : Aussi les gens qui veulent être libre financièrement, vous devez absolument écouter l´histoire d´Olivier, et bien justement Olivier parle nous un petit peu de toi…Tu as démarré ou dans la vie, vas-y on te lance…
Olivier Seban : Bon moi mon parcours il est très simple, et bien j´ai démarré de zéro comme beaucoup de gens, j´ai toujours monté des entreprises, j´étais un entrepreneur dans l´âme, j´ai toujours fait du business mais vraiment depuis que j´avais 15 ans, 16 ans
Max Piccinini : 15 ans ?
Olivier Seban : …ouais je distribuais des fleurs au fleuriste en bas de chez moi…je me faisais un peu d´argent de poche parce que mes parents m´ont jamais donné un centime, tu vois et moi je voulais du fric…juste pour me payer une bêtise de mômes, d´ados ou quoi que ce soit…Je l´ai déjà dit je n´avais pas une grande affinité avec le banditisme, donc il fallait que je fasse les choses par moi-même, que je me débrouille pour gagner ma vie. Donc depuis l´âge de 15 ans je ne gagnais pas ma vie mais mes parents m´ont toujours donné à manger…
Max Piccinini : Tu survivais quoi…
Olivier Seban : Non je n´avais pas de problème…bon n´ était pas une famille riche. Moi l´image que je donne à chaque fois c´est que je suis l´ainée d´une famille de trois enfants et j´ai vécu dans la même chambre que mon frère et ma sœur…
Max Piccinini : Ok…
Olivier Seban : Jusqu´à l´âge de 20 ans…Donc voilà c´est juste…ce n´est pas pour faire pleurer dans les chevets…C´est juste pour dire que je n´avais rien de particulier. Je n´avais pas comme certains naissent avec une cuillère en or dans la bouche, moi je n´avais rien de tout ça…
Et puis j´ai toujours…j´ai avancé, j´ai monté des petits business, le premier business j´avais 18 ans, on organisait des soirées discos…on faisait payer l´entrée, moi je louais le dernier étage de la tour Montparnasse à Paris, et puis on mettait les affiches dans les écoles plutôt à partir de 18 ans quoi…Et puis on se faisait un peu de fric comme ça…Bon gagnait pas grand-chose…Mais c´était de l´entreprise.
Max Piccinini : Tu as commencé très jeune à l âge de 15 ans, qu´est-ce qui t´a amené â être entrepreneur ? Qu´est-ce qui t´a attiré ? C´est ce côté de liberté ? C´est l´argent…
Olivier Seban : Non, je n´ai jamais voulu être riche. Riche en réalité ça ne veut rien dire et ça veut tout dire, en réalité ça n´a été qu´une conséquence de ce que j´ai fait.
Mon premier objectif c´était avoir un maximum de liberté, c´était le premier objectif, alors comme tu n´est pas plus bête que les autres et personne n´es plus bête qu´un autre, tu dis qu´est-ce qu´il faut que je fasse, soit je bosse…ok je pars au boulot à 7 heures du matin, je rentre à 18 heures, bon j´ai passé la plus grande partie de ma journée au boulot, ce que font beaucoup de gens…ok moi je ne voulais pas de ça. Donc qu´est-ce qu´il faut faire ? Il faut gagner sa vie autrement, tu entreprends…à partir du moment où tu entreprends et bien tu es maître de ton destin et tu fais les choses et à toi de faire les choses pour qu´elles fonctionnent. J´ai pas dit qu´obligatoirement tout le monde allait avoir du succès mais déjà simplement le fait de faire quelque chose, il y a plus de chances de faire du succès que de ne pas en faire, parce qu´il y en a beaucoup qui disent j´aimerais bien avoir ça, mais le jour où il faut se bouger le derrière, il n´y a plus grand monde…Donc voilà, globalement mon parcours je n´ai monté que des entreprises, honnêtement j´ai dû travailler 6 mois…aller 1 an maximum en tant que salarié, parce que mon père me jetait dehors en me disant tu ne vas pas glander à la maison à juste titre, donc tu vas chercher du boulot, je faisais les intérims, je bossais 1 mois et je partais 2 mois en vacances, globalement c´était le profil…
Max Piccinini : Je vois vraiment le profil tu as toujours été quelqu´un qui cherchait ce profil-là.
Olivier Seban : Mon objectif…et ça a toujours été mon objectif, comment avoir un maximum de liberté ? Dans le cas du doublé c´est comment gagner de l´argent en deux fois moins de temps ? C´est aussi bête que ça ! A partir du moment où tu es capable de doubler ton taux horaire qui t´aide à gagner suffisamment d´argent pour vivre automatiquement tu libères plus de temps ! C´est purement mathématique. Donc la formule magique c´est, comment je fais pour gagner en un minimum de temps ?
Et bon j´ai beaucoup bossé à une certaine période mais j´ai l´impression de ne pas avoir tellement travaillé en fin de compte…
Max Piccinini : Bon tu penses que c´est plutôt basé…sur une bonne attention tu vas nous en parler en long et en large au séminaire  pour entrepreneurs doublé. Donc c´est surtout un état d´esprit…
Olivier Seban : C´est clair…c´est un état d´esprit. Si t´as pas envie de plus de choses pour toi, tu ne feras rien pour, t´es pas convaincu que faire certaines choses t´emmènerons à certains endroits, tu ne les feras pas. Si tu ne détermines pas ton objectif, tu ne sais pas où tu veux aller, t´as beaucoup moins de chances d´y arriver. A partir du moment où tu sais ce que tu veux, alors c´est très dur de définir exactement ce que tu veux. C´est-à dire tu prends les mômes à 18 ans, 19 ans, 20 ans…qu´es-ce que tu veux faire ? Moi je prends ma fille aujourd´hui qui a 25 ans, la première…j´en ai 2…faut pas que j´en oublie une ! Elsa…elle a fini ses études l´année dernière, il y a deux ans je lui ai demandé qu´est-ce que tu veux faire elle n´était pas encore capable de me répondre…Donc c´est relativement difficile. Moi je pense que j´ai eu une grande chance, je dois le reconnaître c´est que dès le départ, dès que j´avais 15 ans, 16 ans je savais que je ferais du business et ça  c´était une grande chance. Et la première chose que doivent faire les gens, c´est déterminé votre objectif et clarifié les choses….clarifier les choses, la clarification est extrêmement importante dans son développement personnel, dans ce qu´on veut faire pour déterminer à l´endroit où on veut arriver. Si tu sais à quel endroit tu veux arriver, automatiquement tu vas mettre les stratégies en place. Si tu ne sais pas où tu veux aller, tu vas peut-être reculer, tu vas reculer probablement…
Max Piccinini : Donc la clarté est numéro 1 ça  c´est très important…
Olivier Seban : C´est fondamental, deuxième c´est bouge ton c…, je suis désolé bouge ton derrière, je vais le faire plus soft c´est bouge ton c…La plupart des gens aimeraient avoir beaucoup de choses mais ne font pas grand-chose pour l´avoir. C´est une réalité…Alors oui mais j´ai une famille à charge…oui c´est vrai mais…qu´est-ce que tu veux ? Est-ce que tu veux vraiment ?
Max Piccinini : Moi c´est ce que je vois régulièrement, toi est-ce que tu vois ce blocage, où les gens font tout pour réussir, ils ont tout pour réussir mais alors tout, ils ont des blocages à l´intérieur, ils ont des excuses…ce genre de choses…c´est ce que tu vois régulièrement ?
Olivier Seban :C´est la peur…la peur du changement essentiellement la peur du changement. On est dans sa zone de confort, on évolue, ok ça nous plait, ça nous plait pas, on sait où on est. Notre développement personnel, parce que c´est un mot qui est utilisé, vraiment le sens pur du terme il est au-delà des limites, je veux dire ta frontière dans ta bulle, tant que tu ne sors pas de ta bulle tu ne sais pas ce qu´il y a à l´extérieur. Il faut savoir se mettre un peu en danger. Si tu ne te mets pas un peu en danger et bien voilà…on n´est pas obligé de se mettre en danger, tu es au douzième étage…est-ce que je peux savoir si je vais voler…je ne vais pas me balancer parce que je sais que ça ne va pas marcher…mais bon…
Max Piccinini : Être prêts à prendre des risques, à bouger les choses…
Olivier Seban : Faire les choses, changer les choses et on peut les changer petit à petit, faire un pas, puis un deuxième et un troisième…parce que le plus dur c´est de faire le premier pas, globalement c´est le plus dur, et qu´est-ce qui est le plus facile de faire après le premier pas, c´est le deuxième…parce que tu as appris comment faire le premier ?
Max Piccinini : On ne peut pas le refaire…
Olivier Seban : C´est bête mais c´est vrai…mais il faut changer les choses, il faut avoir le courage de changer les choses…
Max Piccinini : Qu´est-ce qui fait la différence réelle entre le succès et l´échec chez quelqu´un qui veut entreprendre, réussir qui a un objectif ? Peut-être un, deux ou trois points principalement.
Olivier Seban : Croire en soi, ça c´est fondamental, on a toujours l´impression, il y a beaucoup de gens qui croient que les autres sont meilleurs que soi-même, que l´autre en face est meilleur que toi-même. Mais ils oublient une chose, c´est que les autres pensent la même chose de toi. Donc ça veut dire nous sommes les autres pour les autres. Mais personne ne va avouer ses faiblesses et on ne veut pas avouer ses faiblesses.
Croire en soi, apprendre. Moi je parle beaucoup d´immobilier, je parle beaucoup de fric et tout ça et je dis mais il y a un truc fondamental, après je vais l´appliquer à l´immobilier mais après tu le remettras comme tu veux, apprendre à faire les choses avant de les faire. Donc dans l´immobilier moi je disais toujours aux gens apprenez à investir avant d´investir…parce que ce que vous savez ou ce que vous saurez dans l´immobilier vaut des dizaines, des centaines de milliers d´euros. Je veux dire si tu sais payer, aller… si tu sais comment faire pour négocier 20 % sur le prix afficher dans l´appartement, admettons qu´il soit à 100000 euros, si tu sais comment négocier, comment aborder les choses, c´est 20000 euros…et oui il y a les hélicoptères…on est à Miami… je suis désolé…
Max Piccinini : Voilà comme dans les films…vous voyez
Olivier Seban : Donc il faut savoir faire les choses et il y a tellement de gens qui se disent, non mais moi je sais faire…c´est des conneries…
Max Piccinini : Ils n´ont pas le temps d´apprendre…ils n´investissent pas dans une formation.
Olivier Seban : Même à la limite, ok on ne paye pas…Monsieur, on va dire qu´il a quelque chose à nous vendre…Moi je dis toujours aux gens, ne venez pas en formation avec moi… ça n´a aucune importance mais apprenez les choses avant de les faire. Mais pourtant les mecs sont d´accord, c´est pas pour ça qu´ils le font, mais jamais ils ne sauteraient dans le grand bain de la piscine sans savoir nager…
Max Piccinini : C´est vrai
Olivier Seban :A la limite tu ne risques pas grand-chose parce qu´il y les maître nageurs, mais quand t´achètes un truc et que tu t´es planqué de 20000 Euros ou de 20% ou sur un truc à 100000 par exemple, et bien là tu le payes en année…et quelquefois plus…Apprendre à faire les choses, vous ne ferez jamais bien les choses si vous n´apprenez pas à les faire, si vous ne savez pas ce que vous devez faire. C´est comme ça. Et il faut croire en soi, apprendre et oser.
Il y a tellement de gens qui n´osent pas…
Max Piccinini : La peur, la peur…
Olivier Seban :Oui et puis, je veux dire c´est excitant, je ne sais pas tu vois une nana qui te plaît dans la rue, ok elle va peut-être t´envoyé baladé, je veux dire vas-y…tu verras bien quoi…Qu´est-ce que tu risques ?
Max Piccinini : Ça je le confirme vraiment, la première fois que j´ai vu Olivier, c´est ce côté, il n´a peur de rien…tu oses, tu fais les choses, tu ne te complique pas les choses, t´y vas…
Olivier Seban : Tu n´as pas besoin de te mettre en danger…
Max Piccinini : Bien sûr mais tu oses faire les choses et ça se voit dans ton trait de caractère, c´est ce qui t´a permis d´avoir un succès impressionnant, tout au long de ces années, c´est que t´as pas peur quoi, tu y vas-tu as tout à gagner donc allons quoi…
Olivier Seban : Il y a une phrase qui m´a toujours aidé à avancer surtout quand j´étais plus jeune, j´avais 18, 19 ans, 20 ans, je me suis dit si lui il est capable de le faire moi je dois être capable de le faire, je veux dire il y a aucune raison. Et c´est vrai…fondamentalement c´est vrai.
Il y a plein de gens qui veulent faire plein de choses mais les gens ne croient pas en eux, et pourtant ce n´est pas si difficile que ça.
Max Piccinini : Et bien justement, parle nous un petit peu de toi, es-ce que tu as eu des difficultés ? Tu as dû avoir des difficultés pour arriver là où tu es, comment tu les as surmontés, quel est ton état d´esprit face aux difficultés. Tu as des exemples à donner, qu´est-ce qui a fait que tu continu quand même, tu bouges, comment tu vois une difficulté, est-ce que tu vois ça comme un problème énorme, explique nous un petit peu ?
Olivier Seban : Non, fondamentalement, non moi j´ai appris bien sûr, moi j´ai 53 ans aujourd´hui donc automatiquement tu apprends ou tu as appris des choses. Moi je ne trouve pas que les choses soient difficile fondamentalement mais ça comment tu les abordes et comment tu les contournes. Premièrement il faut utiliser ses forces et déléguer ses faiblesses.
Max Piccinini : Donc utiliser, construire sur ses forces et délégué ses faiblesses.
Olivier Seban : Pourquoi dépenser de l´énergie pour des choses que tu ne sais pas faire ? Tu fais très mal…
Max Piccinini : Où que tu n´aimes pas faire…
Olivier Seban : A la limite…Ou tu n´es pas bon. Moi je suis fondamentalement un stratège, je le sais, la manière dont je réfléchis, parler d´état d´esprit/mindset, moi je suis un stratège….Un paresseux stratégique pour être exacte …

Max Piccinini : Un paresseux stratégique…
Olivier Seban :Oui parce que c´est dans un séminaire pour entrepreneurs… il fallait se définir en deux mots, et je me disais quoi…et puis moi je suis un paresseux stratégique, c´est quoi un paresseux stratégique en tout cas ma définition, c´est-à-dire que je vais réfléchir en amont à ce que je vais faire, comment je vais le faire pour que ça me rapporte le plus possible en faisant le moins possible. Voilà automatiquement tu es obligé de faire jouer tes neurones d´abord et après tu mets en application et ça c´est fondamental. Il y a tellement de gens qui se lancent dans l´action et puis ils constatent après, et bien non ça ne marche pas. Non réfléchis, prend du temps et puis en fin de compte tu vas gagner beaucoup de temps à réfléchir. Et tout est dans la tête, que ce soit la manière dont tu établis tes stratégies, la manière dont tu fais les choses…bon, regarde prenons l´histoire de mon bouquin, mon Bestseller, « tout le monde mérite d´être riche ». Où est l´accroche ? Ok c´est le bouquin. Pour donner un truc mon éditeur voulait l´appeler, un truc…une connerie dans le genre… « Gérer mieux votre argent pour développer votre patrimoine », je lui ai dit mais on a rien à cirer…
Max Piccinini : J´aime le direct d´Olivier !
Olivier Seban :Et comment ? C´est juste de la réflexion, pourquoi ça marche ou ça ne marche pas…Tu fais des tests, c´est plus facile de faire des tests, tu réunis…moi quand j´avais écrit le bouquin, j´avais faits un manuscrit je l´ai donné à 10 copains, ils l´ont lu, bon il y en a 3 qui l´ont lu qui m´ont fait du feedback, on a testé des titres et puis on voit celui qui vend. Et puis en réalité quand tu as le bon truc tu sais…Boum tu le sais !
Max Piccinini : Oui tu le sais…
Olivier Seban :Et là toujours par rapport à ton état d´esprit, c´est de la manière dont tu réfléchis ça c´est évident donc tu vas aborder les choses qui vont faire que tu vas avoir certains résultats et dans le cas du doublé, dans le cadre…ce n´est pas dur quoi…Comme je le disais paresseux stratégique, moi j´ai une autre approche qui vient conforter ma démarche et ma manière dont je procède. C´est comment en faire en sorte que je fasse les choses une fois et qu´elles me servent 100 fois. 1000 fois, 10000 fois tout ce que tu veux, c´est ce qu´on appelle l´effet de levier. Le bouquin je l´ai écrit une fois il a été lu en France, enfin il a été vendu en France 50000 exemplaires, avec la chine et les autres je ne sais pas combien, très honnêtement je crois 100, 120000, je n´ai pas les chiffres exacts.
Je ne l´ai écrit qu´une seule fois ! Les mecs ils l´ont lu…par autant de personnes, bon séminaire pour entrepreneurs…je fais un speech pendant une journée et il y a 40 personnes, 50…100. Attends réfléchissez comme- ça.
Alors ça c´est l´effet levier, les mecs ils me disent oui mais on ne peut pas tous faire des effets leviers…oui et non, c´est d´autres façons. D´autres exemples, comment doubler son salaire très bêtement ça dépend des cas de figure, non mais…ça dépend des cas de figure mais je vais vous donner deux trucs. Il y avait un agent de l´immobilier qui disait ouais moi je gagne…je ne sais pas 3000 euros par mois, bon je dis n´importe quoi…
Max Piccinini : Ok…
Olivier Seban :Et je lui dis voilà comment tu vas doubler en faisant bossant tout autant…tu doubles ton salaire, c´est très bien, lui il était dans une zone les appartements quand ils se vendaient, ils se vendaient 150000 euros, ok, donc il touchait en commission ça lui revenait à 3000 euros par mois. Je lui dis mais va dans une zone, va dans une agence immobilière où les appartements sont à 300000 euros…
Max Piccinini : Même travaille…
Olivier Seban : Même boulot, même travail et tu as un salaire ! Et si tu veux bosser moins en gagnant autant et bien tu bosses deux fois moins, tu fais deux fois moins de visite tu auras le même salaire qu´avant et tu auras plus de temps pour toi.
Max Piccinini : Bon il faut dire qu´a chaque fois ça vient de l´état d´esprit…Si la personne se dit j´ai envie de gagner plus d´argent, ça veut dire que c´est possible, je crois en moi, il y a toujours une solution il suffit de voir les choses autrement.
Il y a toujours une solution, fondamentalement il y a toujours des solutions. Mais les gens ne se posent pas la question…A tiens je vais te donner un truc pour ajouter un zéro à ce que tu gagnes …
Max Piccinini : Ok avec plaisir j´écoute…
Olivier Seban :C´est con…mais tiens c´est très simple…Posez-vous la question, qu´est-ce que je peux faire pour gagner 10 euros ? Ok mettez votre cerveau en route…
Max Piccinini : Pour gagner 10 euros d´accord…
Olivier Seban : Vous allez avoir des solutions pour gagner 10 euros ok ? Mais vous allez avoir des solutions que pour gagner 10 euros.
Max Piccinini : Ok…
Olivier Seban : Maintenant tu reposes la question à ton cerveau, qu´est-ce que je peux faire, qu´est-ce que je dois faire pour gagner 100 euros, et bien tu vas automatiquement éliminer les trucs à 10 euros et trouver des solutions pour 100 euros.
Max Piccinini : Tu crois que c´est la même chose pour gagner 10000 et plus…
Olivier Seban : Fondamentalement oui…alors je n´ai pas dit que tu aurais plus de possibilités, mais au moins tu en as.
Max Piccinini : Sur vraiment ce que tu cherches tu vas trouver des solutions…
Olivier Seban : C´est tout…après il y a des stratégies à mettre en place…bon ok on va parler de moi…excusez-moi je suis un peu…Moi mon business-modèle c´est quoi ? Parlons de l´immobilier.
Moi j´ai été marchand de biens vers la fin des années 90 et aujourd´hui je vends mon expertise. Mais pourquoi on m´achèterait mon expertise à moi et pas à quelqu´un d´autre.
Max Piccinini : Ok
Olivier Seban : Après c´est une histoire de crédibilité. Les gens te donneront plus d´argents s´ils ont confiance en toi. S´ils n´ont pas confiance en toi on ne te donnera pas d´argent, va dans la rue, va demander 200 balles, les mecs vont t´envoyer balader.
Max Piccinini : C´est clair !
Olivier Seban :Fondamentalement, regarde-moi mon business-modèle, j´écris des bouquins, pourquoi écrire des bouquins, tu construis de la crédibilité, après tu veux conforter ta crédibilité, c´est pas parce que tu écris un bouquin que tu vas être lu…Moi j´ai pris un attaché de presse et je suis passé dans les médias, il faut un bon attaché de presse…il ne faut pas prendre un rigolo, donc j´ai fait de grosses émissions, comme Mireille Dumas, télé matin, ça a l´air anodin mais télé matin ça a été un vrai carton !!
Max Piccinini : C´est vrai ?
Olivier Seban :C´est infernal…je suis passé chez Fouger, ça ok ça date de quelques années, j´ai faits le J.T le journal télévisé, en Suisse, je l´ai faits en Belgique en fin bref et les mecs…attendent lui il passe à la «  téloche »  quoi !! Et tu construis ta crédibilité…Bien sûr si tu racontes n´importe quoi…c´est blaireau, tu te vas te faire chuter, mais si tu maîtrise ton sujet, les gens voient que tu sais de quoi tu parles et bien tu as ta crédibilité et tu vends plus cher…ton même boulot…
Max Piccinini : Le même temps après…
Olivier Seban :Le même boulot…
Max Piccinini : Il y a plein de moyens…
Olivier Seban : Il y a les moyens…et puis bon il y a les stratégies, mais encore une fois si tu ne sais pas ce que tu veux, tu ne sais pas où tu veux aller tu ne peux pas les mettre en place. Et après c´est facile. Et ce qui est le plus incroyable, à partir du moment où tu peux te vendre plus cher et bien tu gagnes plus d´argent, mais aussi tu peux réinvestir plus pour redévelopper ta communication et éventuellement construire et développer tes crédibilités. Quelqu´un qui ne gagne pas d´argent, ou qui ne vend pas ses produits assez chers par exemple, il ne peut pas réinvestir, il est obligé de passer son temps d´utiliser son temps pour travailler plus et comme il travaille plus il a moins de liberté et ne peut pas profiter de la vie. C´est pas difficile…Le problème c´est le changement, les gens n´osent pas…les gens veulent que ça change mais ils ne veulent pas changer eux-mêmes…C´est quand même difficile, ok mais moi j´ai ci moi j´ai ça…Oui…c´est vrai je ne peux pas vous dire le contraire.
Max Piccinini : Tu veux dire pour toi qu’un des plus grands obstacles à la réussite c´est ça, les gens ne font pas ce qu´il faut pour changer ?
Olivier Seban : Oui ce n´est pas parce que tu fais plus d´une chose qui ne marche pas, que ça va marcher mieux…C´est bête mais c´est vrai et pourtant Dieu sait qu´ils s´enferment dans de schémas qui ne fonctionnent pas qui savent qu´ils ne fonctionnent pas et ne changent pas la stratégie. Les gens qui n´ont pas de fric en fin de mois…ah je vais vous raconter un truc…J´avais une femme qui bon…elle dit voilà je suis une dépensière compulsive et je claque tout du 1er aux 15 du mois et j´angoisse du 15 au 30. Alors est-ce que vous avez une solution pour moi sachant que je ne veux pas changer mes habitudes. Alors bon je lui ai répondu, moi je vous propose autre chose, vous ne dépensez pas entre le 1er et le 15 et vous dépensez entre le 16 et le 30. Vous n´allez rien dépenser à vos habitudes mais au moins vous n´avez pas d´angoisse de fin de mois, je ne sais pas pourquoi elle m´a envoyé balader.
Max Piccinini : Et bien écoute une question bizarre ne peut être répondue que par une réponse bizarre !
Olivier Seban : Oui ok je suis un peu moqueur je dois le reconnaitre, mais non qu´est-ce que tu veux…les gens ils te disent je ne veux pas changer mais je veux autre chose…je ne sais pas, je ne sais pas faire…
Max Piccinini : Est-ce que toi tu as eu dans ta carrière d´entrepreneur où tu as dû changer et donc tu n´as pas pris peur de changer, est-ce que tu as vu des moments où tu t´es dit ok il faut que je change mon angle etc…
Olivier Seban : Bien sur que ça m´est arrivé, je parlais des forces, des faiblesses, il vaut mieux travailler avec ses forces, j´ai déposé le bilan une fois parce que j´ai utilisé mes faiblesses plutôt que mes forces…tu vois ?
Max Piccinini : Ok par exemple, donne-nous un exemple concret…
Olivier Seban :J´avais déposé le bilan en 1988-89, boîte d´informatique, j´avais aucun problème commercial de vente mais sauf que je faisais trop de crédit à mes clients qui étaient des entreprises et il y a un de mes plus gros client qui a déposé le bilan il m´a emmené avec lui…
Max Piccinini : D´accord.
Olivier Seban : Et j´ai dit plus jamais ça !
J´ai remonté une boîte, elle existait déjà en parallèle et j´ai dit moi c´est terminé je ne fais plus de crédit aux clients…Je me rappelle, je me souviens, il y en a un qui m´a dit ouais vous me faites payer à 30 ou 60 jours, j´ai dit non, je ne suis pas une banque, laisse tomber j´ai déjà donné et vous savez, si vous ne voulez pas avoir de problème d´argent, tu fais en sorte de ne pas en avoir, c´est con mais c´est comme ça ! je vais prendre un truc à contrario qui est dans le même sens mais qui est à limite contradictoire…pourquoi les gens sont endettés ?
Max Piccinini : Parce qu´ils dépensent plus que ce qu´ils ont ?
Olivier Seban : Non c´est parce qu´ils ont décidé de l´être. Mais pourquoi ils ont fait le crédit ? Il y en a qui te vont te faire le crédit à la conso pour acheter n´importe quoi, le crédit à la consommation. Et il y en a qui vont te faire un crédit pour acheter un bien immobilier. Ok il y a des fois ça vaut le coup d´être endetté mais il faut choisir pour la bonne raison.
Tu veux dire pour toi la dette peut être positive en fait.
Olivier Seban : Bien sur, si tu veux prospérer dans la vie d´un point de vue purement financier, achète quand tu veux faire un crédit, achète quelque chose qui vaudra quelque chose demain et pas quelque chose qui va se déprécier c´est une erreur fondamentale…
Max Piccinini : Comme acheter une voiture…
Olivier Seban : Oui il vaut mieux payer cash, oui mais je ne peux pas, oui je peux comprendre. Des fois ça ne vaut pas le coup d´acheter une bagnole neuve, vous l´acheter d´occasion…
Max Piccinini : Alors parmi tes clients ce sont ceux que tu vas voir souvent, en fait ils sont carrément de mauvais modèles, ils s´endettent, ils s´endettent…
Olivier Seban : Oui, non pas spécialement, pour être très honnête ça ne m´intéresse pas beaucoup…ce profil. Moi j´ai envie de gens qui avancent, alors ok, peut-être que ça va choquer certain, mais les boulets j´en ai suffisamment trainé dans ma vie et à un moment il faut les larguer les boulets, si tu les traînes tu ne peux plus avancer. Il y a une expression Belge que je trouve géniale, parce que nous en France on dit boulet on pense boulet rond, les belges disent les boulets carrés, alors t´imagine un boulet carré comment c´est encore plus dur à trainer.
Max Piccinini : Un boulet carré excellent !
Olivier Seban : Elle est très bonne…Vous savez on peut tous être des locomotives et une locomotive c´est vrai ça traine des wagons, mais une locomotive elle avance très vite s´il n´y a pas de wagon.
Max Piccinini : Ok…
Olivier Seban :Il y a des gens que vous êtes obligé de garder avec vous, vos proches, votre famille, ceux que vous aimez ce qui est tout à fait normal, mais dés fois il faut éviter d´en accrocher, ceux qui ne veulent pas avancer, il faut éviter de les accrocher derrière vous.
Max Piccinini : Et au niveau des partenariats forcément, la réussite on y arrive pas seul forcément voilà un très très bon point de vue. Est-ce que tu as peut-être de bons partenaires immobiliers qui trouvaient les bons biens, est-ce que tu as eu des bons masters je ne sais pas trop quoi, est-ce que pour toi c´est important de créer une bonne équipe.
Olivier Seban : Pour moi ce n´est pas des partenariats, oui une équipe, partenariat…moi je dois reconnaitre que je suis plutôt individualiste…
Max Piccinini : D´accord.
Olivier Seban : Je préfère qu´on me suive que de suivre. Une anecdote par rapport à ça, c´est quand j´avais 16 ans, 17 ans, il y avait des boums qui s´organisaient et j´étais jamais invité et ça m´énervait tu vois…et je me dis qu´est-ce que j´ai fais, c´est moi qui vais organiser pour être sûr d´être invité, donc…
Max Piccinini : Comme quoi il y a toujours une solution n´est-ce pas ?
Olivier Seban : Donc moi je n´aime pas dépendre, donc les partenaires de manière générale je veux bien qu´on soit partenaire avec moi mais je ne veux pas de partenaire…Je dois reconnaître que je suis plutôt un sens unique dans ce sens-là. Parce que je n´ai pas envie, j´ai pas besoin de demander et puis après c´est une histoire de fierté, je me suis toujours débrouillé tout seul dans ma vie et puis bon…
Tu trouves des solutions. C´est vrai que ça coûte peut-être plus cher, ça te prend plus de temps tout ce que tu veux, mais il y a toujours des solutions et la solution parce que je crois que ça intéresse tout le monde c´est comment gagner deux fois plus par exemple…
Max Piccinini : Par exemple…
Olivier Seban : Alors moi je vais vous poser une question, il y a les commentaires en dessous…A votre avis pourquoi la plupart des gens sont capables de gagner deux fois plus ? Alors on va le faire en deux temps la réponse, non on va le faire en un temps, dans un premier temps vous allez répondre dans les commentaires qui sont en dessous et lors du séminaire pour entrepreneurs doubler je vous donnerais la réponse ! Ça te va ?
Max Piccinini : Et bien écoute ça me semble très bien, parce que moi j´attend avec impatience cette réponse, répète là à nouveau ?
Olivier Seban : La question c´est pourquoi la plupart des gens sont incapables de gagner deux fois plus ?
Max Piccinini : Je vous invite à écrire les commentaires la maintenant, j´espère que vous avez apprécié l´énergie, les commentaires et l´histoire d´Olivier, toujours un type extraordinaire, qui partage son franc-parler, son naturel et sa sincérité, j´espère que vous allez prendre beaucoup de notes lors du séminaire pour entrepreneurs. En tout cas un grand merci à toi Olivier pour ton histoire et ton interview.
Olivier Seban : Merci max

Qu’en avez-vous pensé?
Ecrivez votre commentaire ci-dessous et cliquez sur “J’AIME” pour partager!

Capsule de la Réussite 4: Etes-vous le maitre de votre vie?

Etes-vous le maitre de votre vie?
notez votre commentaire ci-dessous!

Etes-vous le maitre de votre vie?
notez votre commentaire tout en bas ci-dessous!

Texte Transcripts

Etes-vous le Maitre de votre vie? Capsule de la Réussite 4

Bonjour, ici Max Piccinini catalyseur de réussite.
Alors j´ai une question pour vous, est-ce que vous avez pris conscience que vous êtes véritablement le maître créateur de votre vie. Alors qu´est-ce que je voulais dire par là ?
Pendant des années pour moi je pensais qu´être heureux et réussir c´était avoir de la chance, ou réserver à une certaine personne, ou il fallait être né dans la bonne famille et bon endroit par exemple. Je pensais que c´était que…vous voyez, que avoir avec la chance.
Vous savez quoi ? J´ai découvert une chose, c´est que réussir c´est une manière de choix, on est vraiment né en tant qu´être de choix, nous sommes des êtres de choix. Les choix que vous faites aujourd´hui déterminent votre vie de demain. Donc par exemple la vie que vous avez aujourd´hui ça à voir avec vos choix que vous avez faits dans le passé. La vie que vous aurez dans le futur, ça à voir avec les choix que vous faites maintenant.
Donc vous choisissez vos pensez à chaque instant, personne ne vous force de penser d´une certaine manière. C´est vous qui pensez d´une certaine manière, donc rappelez-vous vous êtes un être de choix, vous avez l´ultime liberté qui est de penser.
Rappelez-vous que vos pensées vont commencer à générer des actions qui vont générer des habitudes qui vont commencer à amener des résultats. Le bonheur ça se choisit. La réussite se choisit. Vous avez le pouvoir maintenant de choisir la personne que vous désirez de devenir. Que vous désirez faire ou avoir.
Est-ce que vous avez pris conscience des choses. Donc je voulais juste vous rappelez par cette petite capsule vidéo que vous êtes le maître créateur de votre vie. Donc si se n´est pas encore fait je vous invite à vous abonner à ma chaine youtube et de partager ces capsules vidéo autour de vous. C´est comme ça qu´on va pouvoir littéralement faire avancer le monde qui en a tant besoin.

 

Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous à notre séminaire pour entrepreneurs Business Max.

Je vous dis à très vite.

 

 

Max Piccinini interview Lorenzo Pancino, la Star de la Voix Off!

Découvrez l’histoire et les clés de la réussite de Lorenzo Pancino, la Star de la Voix Off.

Découvrez l’énergie et l’attitude incroyablement positive dans cette interview gorgée d’humour et d’inspiration!

Qu’en avez-vous pensé?
Qu’est-ce qui vous a inspiré?
Laissez votre commentaire tout en bas! 🙂

Vous désirez améliorer votre Communication Orale?
Lorenzo vous offre des formations fantastiques sur le sujet, cliquez alors ici

ou en Texte :

Interview de Lorenzo Pancino par Max Piccinini, le Catalyseur de Réussite

Max Piccinini : Bonjour, je suis Max Piccinini et je vous parle de la magnifique et vibrante ville de la Nouvelle- Orléans aux Etas-Unis, une ville absolument superbe où j´avais vivement envie d´y aller un jour…Et aujourd´hui c´est avec un grand plaisir et honneur d´interviewer une véritable star dans le domaine de la voix-off.
Lorenzo Pancino :…Oh non…
Max Piccinini : Tu en es une !…et de la communication orale. Quelqu´un qui es vraiment un expert dans la voix-off et de la communication orale, qui est Lorenzo Panccino.
Lorenzo es-tu là ?
Lorenzo Pancino : Bonjour Max, enchanté ravis de vous parler en direct…ici moi, de mon humble demeure… ici dans le sud de la France !! Toi tu es à la Nouvelle-Orléans, moi je suis dans le sud de la France du côté, en pleine galerie, entre Uzès et Nîmes.
Max Piccinini : Ah magnifique région aussi, et si tu t´y es installé c´est qu´il y a une raison…
Lorenzo Pancino : Oui…
Max Piccinini : Alors rapidement pour présenter Lorenzo, parce qu´il y a quand même des gens qui se disent mais qui c´est Lorenzo, enfin il y en a plein qui le connaissent…
Lorenzo Pancino c´est un comédien de la voix off, animateur télé, radio c´est ça ? Depuis plus de…
Lorenzo Pancino : Animateur radio, télé…j´ai travaillé pour T.F.1, pour M6 pour beaucoup de chaînes françaises. Je suis animateur radio au départ depuis presque 30 ans maintenant…J´ai été sur Fun Radio, SkyRock, sur chérie FM, sur Oui FM, maximum etc. Et puis comédien voix off depuis maintenant…pareil une trentaine d´années et vous m´avez forcément entendu, je fais partie de votre quotidien depuis des années puisque j´ai travaillé pour toute les plus grosses chaînes de télé, les plus grandes radios, voilà pour le cinéma et dernièrement on m´entend d´une manière quotidienne pour le « diner presque parfait » sur M6 entre autres puisque j´ai enregistré près de 30000 voix pour les différents médias francophones.
Max Piccinini : Forcément vous avez entendu Lorenzo, il vous a même vendu quelque chose c´est ça ?
Lorenzo Pancino : Oui…je vous faits juste une petite démo quelques secondes si vous voulez… « Mesdames et Messieurs bonjour dans un dîner presque parfait ! Cette semaine nous sommes avec Max Piccinini…Coucou c´est moi !!! X-men le commencement maintenant au cinéma…L´âge de glace 4 maintenant en DVD…Ladies and gentleman welcome to the Max Piccinini show ! »
Max Piccinini : Ah…J´adoore…Vous avez compris pourquoi on voulait interviewer Lorenzo…
Max Piccinini : Alors Lorenzo si toi tu es un formateur et un coach… c´est ça ? Normalement tu as déjà formé plus de 1000 comédiens, des gens comme Cyril Lignac, Mika Young…parle-nous un petit peu de ça.
Lorenzo Pancino : Oui, j´ai formé des milliers de comédiens, des journalistes, des animateurs qui aujourd´hui sont sur des médias français, des gens comme Louise Bourguoin la comédienne…voilà Michael Young, Fred Testo était mon assistant à l´époque sur Fun radio. Et puis des gens de la télé comme Laura Tenoudji de télé matin, bref beaucoup de gens et surtout des entrepreneurs, des managers, des collaborateurs qui ont eu besoin d´apprendre les techniques des pros pour améliorer leurs communications orales tout simplement que ce soit en public, que ce soit au téléphone pour les personnes qui ont besoin de faire de la commercialisation au téléphone ou des centres d´appels et puis tout simplement aussi devant une caméra, ou être interviewer par les médias. Je forme toutes les personnes qui ont besoin de magnifier leurs mots, leurs propres mots ou leurs textes de présentation. Voilà j´aime bien ce terme de magnifier les mots parce que c´est mon métier, j´aide les gens à magnifier ce qu´ils ont à dire.

Max Piccinini : Fantastique…En tout cas un grand merci à toi pour prendre de ton temps, parce que tu es quelqu´un de très occupé, tu as une famille etc. Un grand merci de prendre de ton temps pour partager ces clés de réussite. On va surtout parler de ton histoire avec plaisir, comment tu es passé de quelqu´un de normal on va dire à quelqu´un qui quand même domine ce marché, qui est vraiment devenu une star dans le domaine, alors rapidement Lorenzo, je crois que tu le sais, nous avons des milliers de personnes qui vont écouter cette vidéo, cette interview et c´est tous des gens qui ont un rêve, et c´est tous des gens qui veulent accomplir quelque chose, c´est tous des gens qui veulent se sentir libre et réussir, et ils rencontrent des difficultés dans leurs quotidiens, dans leurs métiers, dans leurs entreprises, dans leurs vie en général. Et ils veulent savoir comment surmonter ces obstacles.
Donc c´est vraiment le but de l´interview, c´est comment les aidés d´atteindre leurs objectifs…
Lorenzo Pancino : Et bien ça tombe bien parce que j´étais exactement comme ça quand j´ai eu le rêve de devenir quelqu´un et j´étais comme tout le monde, à me dire mais comment je vais y arriver, il y a des montagnes, des montagnes d´Everest devant moi…comment je vais faire pour y arriver et j´y suis arrivé en suivant une ligne de conduite…voilà. Je n´ai jamais perdu de vue mon rêve et mon objectif.
Et quand mes objectifs étaient atteints, en fait je relançais un nouvel objectif. Il y avait l´objectif et après les petits buts…les buts pour atteindre le gros objectif. Et c´est comme ça que j´ai réussi en fait, au lieu de faire comme tout le monde à regarder la grosse montagne devant soi, en fait j´ai imaginé des petites collines …tu vois un peu l´image… ?
Max Piccinini : D´accord…
Lorenzo Pancino : Les petites collines en disant c´est plus facile de gravir une petite colline que de monter au-delà de 4000 mètres…tu vois…donc…surtout comme beaucoup d´entre nous d´ailleurs, je suis un gros fainéant à la base…
Max Piccinini : Alors explique nous ça, tu es un fainéant c´est-à dire…
Lorenzo Pancino : C´est marrant, quand je dis ça les gens ne me croit pas parce que je suis comme le disent les Américains un «  travaillo-man », mais en fait comme je suis un passionné, pour moi je ne travail pas, je crée, j´ai des visions et je crée et j´avance. Mais pour moi je pense que le secret de la réussite il est là, si tu fais quelque chose que tu aimes et que tu le fais avec le cœur et que tu es convaincu de ce que tu faits et bien tu n´est pas dans le travail, tu es dans la passion, dans l´envie. Donc tu peux travailler 12 heures, 20 heures d´affilés, ce n´est pas du travail, c´est juste ta vie…donc finalement la vie vaut le coup d´être vécu comme cela et c´est comme ça que je l´entends.
Max Piccinini : Qu´est-ce que tu recommandes par exemple à des entrepreneurs ou à des personnes qui vous écoutent, parce qu´il y a beaucoup de gens qui se disent « Ah ce travail me permet de gagner de l´argent, je n´aime pas vraiment ce que je faits…et puis bon après j´ai ma vie au quotidien… » Est-ce que pour toi on peut très bien vivre de sa passion ?
Lorenzo Pancino : Ah mais on peut vivre de sa passion, d´ailleurs je dirais que si on veut réussir dans un domaine, on ne peut pas réussir dans un domaine si on n´est pas passionné ! Ou alors on part avec un très bonne paye au départ, on est fils à papa ou à maman, on a déjà beaucoup d´argent et on réussit parce qu´on continue l´œuvre de son papa ou de sa maman ou de son grand-père. Mais si on part de rien c´est difficile de ne pas arriver à quelque chose si on n´a pas un but, si on n´a pas un plan précis dans sa tête de ce que l´on veut. Si on n´a pas une vision claire, d´ailleurs on voit beaucoup de gens sur terre qui virevoltent tous simplement parce qu´ils n´ont pas de plan de carrière, sans être forcément un ambitieux à vouloir tout casser. Si on n´a pas un plan bien précis de ce que l´on veut avec un objectif, on ne peut pas réussir quoi que ce soit, c´est difficile…on peut avoir une vie, ça ne veut pas dire qu´on ne peut pas vivre, mais…il ne faut pas s´attendre à devenir une star dans son domaine quoi…c´est ça !
Max Piccinini : Super, génial, excellent conseil…Alors parle-nous un petit peu de ton histoire, d´où tu es parti, d´où tu viens, tu es né où ? T´en ai allé où pour aller à ta carrière, parle-nous un peu de ça.
Lorenzo Pancino :Moi je suis né le 13 septembre 1964 à Fontenay sous-bois à côté de Paris, donc tu vois à trente ans près j´ai encore 18 ans. Et dès l´âge de 5 ans, pour la petite histoire, dès l´âge de 5 ans je reçois à l´époque un magnétocassette gros comme ça ! Cassette hein…donc avec des p´tites bandes etc…et toute la journée je m´amusais à enregistrer ma voix, à faire des imitations, des accents, à chanter, à m´amuser, je faisais des blagues avec moi-même, je m´amusais avec moi-même…Donc voilà je ne m´ennuyais pas, je faisais tous les sketchs, ce que j´avais entendu à la télé, à la radio…, je faisais des fausses pubs…et puis récemment ma mère à retrouver ces cassettes-là et c´est exceptionnel, c´est à dire qu´on m´entend faire l´idiot avec une voix « …toute petite voix …comme ça… » Et j´imite Louis de Funès…et j´entends même mon frère derrière qui dit « mais tu vas la fermer !!!On en a ras-le-bol !! ».
Déjà tout petit j´avais cette envie mais vraiment entre guillemets de faire l´idiot, je sentais que j´avais quelque chose au fond de moi…et qu´il fallait que je l´exprime, je ne savais pas comment mais il fallait que je l´exprime…Et puis j´ai dit à ma mère un jour, on m´avait posé la question « qu´est-ce que tu veux faire quand tu seras grand ?…et bien je veux avoir mon nom en haut d´une affiche… »
Max Piccinini : Carrément !
Lorenzo Pancino : Carrément ! je veux voir mon nom en haut d´une affiche…je me voyais déjà en haut à l´affiche…C´était ça, alors je ne sais pas pourquoi aujourd´hui pourquoi j´ai dis ça à 6 ans, certainement que je voyais les émissions de Michel Drucker à l´époque avec toutes ces stars, ces paillettes et je voulais faire partie de ces gens qui étaient connus…j´avais peut-être besoin d´être aimé, voilà je voulais devenir quelqu´un, s´était encré en moi voilà, donc c´est resté dans mon cœur et donc jusqu´à…c´est marrant parce que j´ai faits du foot à partir de l´âge de 6 ans, et mon père m´appelait la vedette, c´est marrant…
Je ne sais pas pourquoi il m´appelait la vedette, mais parce que j´étais gardien de but et j´étais très jeune, je commençais à être sélectionné dans les équipes nationales, etc. et j´étais présélectionné pour l´équipe de France á l´époque, tu vois au niveau foot, mais je me suis accroché comme un fou, j´étais pas grand comme gardien de but, mais j´étais un chat, donc déjà, donc déjà dans ma tête je voulais être un peu différent, j´étais dans les buts. Bon comme je n´aimais pas courir, je préférais rester dans les buts.
Et puis en parallèle de ça je faisais des études, je parlais 5 langues, je parlais anglais, italien, espagnol, allemand et français et à 17/18 ans, il m´est arrivé un truc c´est que j´ai eu une atrophie de mon épaule, un genre de polio de l´épaule droite et donc je n´ai plus de muscle dans l´épaule droite et ça me coupe ma carrière de foot. Il faut savoir qu´à cette époque-là je ne rêve que d´une chose, c´est d´être footballeur professionnel, voila, je veux être footballeur professionnel.
Mon père qui était en Italie en seconde division de foot me dit « nan tu feras tes études, je ne veux pas que tu deviennes footballeur professionnel, tu feras tes études, tu ne feras pas sport étude » et puis là je suis en conflit avec mon père et il m´arrive ce pépin de santé et là je suis en dessous de tout…tout à coup il m´arrive un gros pépin de santé à l´âge de 17 ans au moment où l´on devient professionnel, etc. Et mon père il me dit de toute façon si tu veux y arrivé accroche toi-même si tu as eu ça, tu peux y arriver. Et j´ ai eu une force de caractère hallucinante, c´est qu´en l´espace d´un an, j´ai réussi à surmonter cet handicap et j´ai surtout soigné la maladie ! C´est ça qui est incroyable et ça m´a donné une force de caractère à me dire je sais que quand on a un problème, on a un challenge on peut surmonter ce challenge tout simplement avec un état d´esprit irréprochable et je me suis accroché, je suis revenu.
Un an après j´ai retrouvé les muscles de l´épaule droite et je me suis remis au foot et j´ai repris ma place et puis après j´ai connu les filles et ça a été la catastrophe…
Max Piccinini : Il y avait forcément quelque chose qui allait arriver…
Lorenzo Pancino :Et oui c´est vrai, c´est qu´après tu as 18/19 ans et déjà tu sors en boîte et là c´est autre chose…Et après je suis allé jusqu´au bac, et je ne savais pas que j´avais au fond de moi toujours ce rêve de monter, de faire partie de monde du showbiz, etc. Mais à l´âge de 18 ans ça devient un peu un rêve et puis tu te dis est-ce que c´est toujours possible ? Mais moi dans ma tête je me dis je vais monter à Paris et je vais casser la baraque !
Et je monte à Paris, et au lieu de m´inscrire dans une école de théâtre ou autres, mes parents me disent choisi toi une école et je fais une école de tourisme, c´est marrant comment ça démarre, une école de tourisme, d´accompagnement, guide, d´interprète, etc. Et là j´ai un cours de théâtre dans mon école et je commence à faire du théâtre et c´est là qu’ ´on me repère. Il y a un gars, il faut savoir on est au début de la FM, on est en 83/84, et là il y a un gars qui me repère « Ah ben dis-donc t´as une tchatche, t´as une bonne voix, tu ne veux pas faire de la radio avec moi ? » C´étais sur la radio de Daniel Guichar à l´époque il s´appelait radio Bocal, et il me dit vient tous les dimanches, il y a une histoire qui s´appelle Cinémali et tu pourras commencer à faire de la radio…et je dis que je ne sais pas en faire ! Et alors moi je t´apprendrais t´inquiète pas, je crois en toi et ce gars-là…c´est marrant parce que maintenant s´était il y a plus de trente ans, il m´a retrouvé sur facebook…je veux dire c´est quand même le mec qui m´a donné le pied à l´étrier et il m´avait dit «  je crois en toi, tu peux y arriver ! ».
Et je l´ai retrouvé sur facebook et il m´a envoyé les enregistrements de cette première émission que j´ai faite…s´était une catastrophe ! Et là je me dis après quand on sait que j´ai formé beaucoup de gens de la radio et de la télé…je dis vous savez ne vous en faite pas si au début vous n´êtes pas très très bon parce que quand on m´entend à mes débuts…s´était vraiment catastrophique…je ne savais même pas ce que je disais, j´avais une vois haut perché, quand je parlais j´étais toujours fébrile, j´avais la voix qui tremblait…enfin s´était une catastrophe…mais j´avais toujours au fond de moi cette petite flamme ! C´est-à dire que même si je n´étais pas top, je n´avais pas instantanément le don, je me suis accroché, j´ai appris et c´est marrant parce que dès le début j´ai appris en modélisant les stars que j´aimais à la télé, à la radio et j´ai écouté…c´est marrant parce que c´est un peu la genèse de ma méthode d´entraînement aujourd´hui qui permet aux gens et à toutes les personnes que je forme aujourd´hui, d´améliorer leurs communication orale.
C´est vraiment comme- ça qu´aujourd´hui ma méthode a été créer, c´est à dire en écoutant, en répétant, je notais, j´écoutais ce que les gens disaient…j´enregistrais…alors à l´époque s´était avec des cassettes, j´écoutais, j´enregistrais, je me réécoutais…des centaines et des centaines de fois pour arriver à modéliser, on pourrait dire que je faisais du formatage…j´écoutais ce que faisait l´autre pour voir si moi je suis capable de faire la même chose. Et je me dis si moi j´écoute et que je me compare à l´autre et que c´était aussi bien que l´autre, ça veut dire que je suis prêts…Tant que je n’étais pas prêt je continuais…donc j´ai mis des années !! Mais au fur et à mesure je devenais meilleur, comme n´importe quel sportif qui se lance et qui commence à s´entraîner, au début…ben …il souffre, et puis après il commence à être meilleur et puis je commençais à avoir de la dextérité, j´ai appris des trucs comme des gens d´Europe 1 qui étaient venu dans mon cours de radio, parce qu´après j´ai lâché le tourisme je suis devenu agent artistique, c´est assez marrant parce qu´à 19 ans je suis devenu un des plus jeunes agents artistiques, je me suis occupé de chanteurs, d´imitateur et je faisais des tournés avec eux dans toute la France et je me suis aperçu qu´en étant derrière eux il y avait un truc qui me manquait, c´est ça qui était assez étonnant, il y avait un truc qui me manquait…Eux ils étaient sur la scène avec un publique qui les acclamaient et moi j´étais derrière pour signer les contrats etc. et là je fais…il y a un bug !
Moi ce que je veux c´est mettre en transe la foule ! Ce que je veux c´est que les gens s´amusent avec moi…Je ne veux pas être derrière je veux être devant ! C´est là que j´ai décidé de me lancer, non plus dans une carrière d´interprète, comme pouvait le présager mon cursus scolaire, mais j´ai décidé de faire une école de radio et là…c´est assez étonnant que tu me dises que tu es à la Nouvelle Orléans, parce que c´est à la Nouvelle Orléans que, on est en 1985, été 1985 je pars faire le tour des Etats-Unis avec mes parents et je fais le tour et j´écoute tous les matins à la radio, et c´est drôle que tu me dises que tu es à la Nouvelle Orléans, parce que je me retrouve à la Nouvelle Orléans et je ne me souviens plus du nom de la radio et je tombe sur un « morning show », faut savoir pour ceux qui ne connaissent pas, c´est le show numéro 1 en radio, c´est là où les animateurs s´éclatent, ils font des sketchs…vous connaissez les mornings, les émissions du matin en France, c´est pareil, il y a des sketchs, des personnages, on crée des personnages, des cartoons enfin bref, on peut délirer à souhait !
Et là j´entends des gens à la radio qui délirent, qui font des sketchs, qui font des voix…bref un genre de good morning Vietnam mais à la radio. Et là je fais « bingo » c´est ça que je veux faire en rentrant des Etats-Unis !
Et donc en rentrant de mon voyage des Etats-Unis et bien je dis « je veux faire de la radio », plutôt que d´être comédien, chanteur ou autres, je veux faire de la radio. Je me dis la radio c´est nouveau, ça démarre, il va forcément y avoir du boulot, même si ça va être dur, je veux me lancer…Et donc je faits un cour de radio et là je deviens premier de ce cours de radio. C´était un cour avec Europe 1à l´époque et je commence par faire un petit stage et dans ma tête, tu vas voir qu´il y a un fil conducteur quand même dans toute cette opiniâtreté, c´est que je rêve de rentrer à Skyrock, ce n´est pas le Skyrock d´aujourd´hui, c´est le Skyrock de l´époque avec Malair avec des grands animateurs de l´époque et je rêve de rentrer dans cette radio parce que c´est une radio rebelle, qui a un ton bien particulier qui permet de créer des choses.
Et là je suis dans une radio en stage, une radio qui s´appelait Electric FM et je fais toutes les nuits, de 2 heures à 6 heures du matin, et je m´entraîne, je m´entraîne, je faits des maquettes, en gros j´envoie des petites émissions au directeur de l´antenne de Skyrock, qui lui écoute les maquettes et voit quel animateur il va prendre pour les saisons futures. Et là j´envoie, je ne sais plus combien j´ai dû en envoyer, j´ai envoyé près de 30 à 50 cassettes à ce directeur d´antenne et tout le temps il me renvoyait des « Non t´es pas prêt ». Il me disait que ça, t´es pas prêts…je recommençais, je recommençais…et un beau jour, je crois qu´on est en 1987, on est à trois jours du 13 septembre 1987 donc la date de mon anniversaire, on est à quelques jours, et là…je reçois un coup de téléphone de sa secrétaire qui me dit « Lorenzo, Victor voudrait te voir dans son bureau au plus vite dépêches toi ! Et là « Ahhhh au secours j´arrive Ahhh » et là j´arrive dans son bureau et le gars avec ses disques d´or partout, bref un directeur de programme radio et là t´as genre 50 cassettes empilées comme- ça. Et il me dit  « Lorenzo ça fait des mois que tu m´emmerdes à m´envoyer tes démos et bien voilà la tienne aujourd´hui, elle est au-dessus, tu commences vendredi à 2 heures du matin. Vendredi c´était le jour de mon anniversaire !
Max Piccinini : Beau cadeau n´est-ce pas ?
Lorenzo Pancino :Enorme cadeau, et puis voilà ça a enchaîné Skyrock, chérie FM, Maximum après Fun radio, voilà et après j´ai lancé ma carrière à faire des mornings et j´ai toujours crû en ma petite étoile de me dire ce que j´ai entendu à la Nouvelle-Orléans cet été 1985, je voulais faire ça en radio et j´ai fais mes premiers shows, s´était des shows où j´intervenais en tant qu´animateur mais j´avais plein de personnages Je disais : « Bonjour tout le monde comment allez-vous ?…et mon p´tit chouchou est-ce que tu veux un p´tit café ?Non merci » et je mélangeais les voix, j´avais des personnages qui me parlaient…et je partais dans des délires incroyables…je faisais un peu du cartoon à la radio et ça a « cartooné » d´ailleurs dès le départ, c´était assez extra, bref…Quand on voit un peu tout ce fil conducteur, c´est que à chaque fois, au début je n´avais pas décelé mon talent dès le départ, je savais que j´avais envie de communiquer avec les autres, je savais que j´avais quelque chose au fond de moi, et ça c´est important pour les gens qui nous regardent et qui nous écoutent, c´est que comme beaucoup d´entre vous, je sentais que j´avais quelque chose au fond de moi, mais j´avais peur, j´avais une frousse terrible de faire les choses, surtout je disais « ah mais il y a toujours quelqu´un de meilleur que moi, j´y arriverai jamais…c´est pas possible…t´as vu le nombre de gens qu´il y a sur Terre, le nombre de gens qui veulent faire de la radio, qui veulent réussir…pourquoi moi ? Moi le p´tit provincial…je pensais ça tout le temps, j´avais ma croyance qui me disait tout le temps ça.
Sauf que derrière ça, j´avais…peut-être que ma maladie m´a aider, peut-être…j´essaye de me l´expliquer à haute voix, peut-être que c´est ça, j´en sais rien…J´avais toujours cette sensation que je voulais être libre, tu sais comme une flamme de liberté qui me disait si tu ne fais pas ça, tu ne seras jamais libre, tu seras toujours obligé de rentrer dans les rails. Et de se dire si je rentre dans les rails, je vais rentrer comme tout le monde à avoir mon travail et à avoir ma paye à la fin du mois etc. Mais je ne vivrai pas la vie que j´avais décidée quand j´étais plus petit.
Et ça je me suis accroché à cette idée là. Jusqu´à ce que j´enchaîne la radio etc.etc.Alors après comment il y a eu le lien entre la radio, la voix-off et la formation, comment je suis devenu le formateur qu´on connaît aujourd´hui et comment je suis devenu voix-off, parce qu´on se dit bon devenir animateur c´est bien, le rêve de tout animateur c´est de passer á la télé aussi ça faut le savoir…heu bon même si on n´a pas tous des physiques de télé, on a des physiques de radio comme on dit…au départ c´est pour ça qu´on travaille avec la voix…et donc j´ai fait beaucoup beaucoup de casting et c´est là que je me suis aperçu des difficultés de rentrer en télé, ce n´est pas la même chose, en télé on a le physique, on a le charisme qu´on développe devant une caméra et donc je me suis accroché, j´ai appris ce qu´est de recevoir des claques à la vache qui rit…tu sais ce que c´est des claques à la vache qui rit ? «  Trop maigre ! Trop foncé ! Trop rouge !trop petit ! »
Max Piccinini : Ok je comprends…
Lorenzo Pancino : Voilà…tu comprends le casting vache qui rit…c´est en gros…ça n´allait jamais…je ne rentre jamais dans les cases de ce qu´il recherche, donc tu te prends de claque et tu te relèves, une claque et tu te relèves..Et tu y vas…et là tu commences à te créer une carapace et tu commences à apprendre de tes échecs au fur et à mesure et tu te dis …OK…á chaque fois que je suis stressé, que je vais à un casting et bien ça ne marche pas…et puis un beau jour je décide d´y aller en me disant « bon j´en ai rien à faire…j´en ai rien à péter je suis cool tranquille, les gens me prendront un jour s´ ils veulent mais moi je suis fatigué de tous ces gens qui ne savent pas ce qi veulent…je vais rester moi-même et surtout je ne vais rien préparer, je vais y aller á l´impro total…et là ce jour-là comme par les plus grands des bonheurs et bien ça marche…et le gars qui fait « Waw c´est ça qu´on veut et là je suis pris pour une émission de télé, c´était sur Disney Channel à l´époque, et puis après j´en ai fait d´autres…et en fait j´ai compris le secret des stars et des gens du show biz c´est plus tu lâche prise , et d´ailleurs un des conseils que je donnerais à tout le monde c´est, plus vous allez lâcher prise sur l´enjeu et sur ce que vous voulez et plus vous allez vous focaliser tout simplement sur ce que vous êtes et sur ce que vous avez envie de vivre et plus vous allez réussir. Parce que le secret c´est de se dire…lâche prise !
Essayez de faire cette expérience…regardez…de tendre, de serrer les poings comme ça…on est dans l´inconfort total quand on fait ça…vous voyez…quand on est tendu on a tous les muscles tendus !!Et donc quand t´es en face d´une caméra et que tu es tendu, ou quand t´es face à un employeur, j´essaye de remettre la discussion au niveau des personnes qui peuvent nous regarder c´est que si vous êtes face à un employeur, que vous êtes face à un banquier, que vous êtes face à des investisseurs et que vous être comme ça tendu !!Et bien les gens vont le voir et ils vont se dire « attend mais s´il tient sa boîte comme ça il ne va pas tenir…elle va craquer très vite ! »
Et bien c´est là que je me suis rendu compte que, plus vous lâchez prise, plus vous êtes cool et tranquilles, meilleurs vous serez…
Alors, il y a beaucoup de gens qui vont me dire « ouais t´es gentil Lorenzo c´est facile à dire mais c´est facile à faire… »Je suis d´accord avec toi, oui je suis d´accord avec toi, ce n´est pas facile seulement c´est possible simplement il faut travailler une chose, la gestion de ta respiration, il faut arriver à maîtriser le canal d´air, ta respiration et il faut donc arriver à maîtriser tes émotions et donc ta voix, parce que ta voix est le reflet de tes émotions et de ta personnalité. Une fois que tu es capable de maîtriser cet organe vocal qui est aussi là au centre du ventre, au centre du nombril, quand t´es capable de contrôler ça, tu contrôles ta vie et tes émotions et donc, et bien t´es capable de lâcher prise et d´être qui tu veux quand tu veux…parce qu´il est là le vrai truc, d´être capable d´être celui que tu veux « super toi, super patron, super employé…» peu importe qui tu es, le petit toi qui a peur peut devenir le super toi il suffit de le vouloir et de se mettre des petits mantras qui vont te changer ton attitude comme « oh la la j´y arriverai jamais, et si si je vais y arriver parce que justement je suis trop petit et je passe partout ! » Tu vois la différence c´est un peu pour ceux qui aiment le foot aujourd´hui, un peu l´histoire de Valbenat l´Olympique de Marseille, qui est tout petit et qui doit toujours faire deux fois plus de travail que tous les autres parce qu´il est petit et qu´on le jugeait mal, aujourd´hui il s´est accroché et il est le numéro 10 de l´équipe de France. Bon c´est un exemple, il y en a plein d´autres des comme ça…
Et bien c´est exactement ça, c´est en gros lâche prise sur l´enjeu, et faites confiance en ce que tu as au fond de toi. Faites confiance pleinement en ton don, ton talent, tes compétences et après à partir de là, les choses ne vont plus se passer de la même manière…
Max Piccinini : Alors pour toi Lorenzo c´est vraiment ça, la plupart des gens…fantastique conseil vraiment super, ce qui les empêche de réussir, c´est ce côté, de ce stress, le jugement des autres de pas être eux-mêmes en quelque sorte, pour toi c´est le principal…
Lorenzo Pancino : Encore une fois c´est pas simple parce qu´on est dans une société de jugement, on est tout le temps entrain de critiquer l´autre, c´est pas facile, il faut faire bonne figure, en fait le truc, tu t´en fou du jugement de l´autre, tu t´en fous si les gens ne t´aiment pas et bien tu n´as rien à faire avec eux ! Si tu n´aimes pas ton travail et bien change ! Tu es sur Terre pour être heureux, tu n´es pas sur Terre pour être malheureux, ne prend pas la pression de l´autre, va faire ce que tu veux…Bon après j´entends les croyances limitantes, ils y en a plein qui arrivent…tu les entends… qui disent : « Ouais mais ce n´est pas aussi évident, ouais mais toi tu as réussi parce que t´avais du talent… »
Nan je n´ai pas réussi parce que j´avais du talent, j´ai réussi parce que j´avais un rêve et je me suis accroché à ce rêve…et surtout ça c´est un truc vachement important, parce que le rêve c´est bien beau mais si t´es pas lucide et tu te plantes ! En fait il faut associer le rêve avec la lucidité…et c´est ça qui va faire qu´à un moment donné tu traces ta route…tu vois la lucidité, tu vois ce que c´est la lucidité ?
Max Piccinini : Oui je vois mais explique, car c´est intéressant de le savoir bien clairement.
Lorenzo Pancino : La lucidité c´est savoir être lucide sur ses compétences, lucide sur ce que l´on est capable de faire, lucide sur ce que l´on veut et être capable de dire, quand je m´écoute ou quand je regarde mon CV, ou quand je vois mon projet que j´ai préparé, il est béton, je suis lucide il est bon, je suis bon, je ne suis pas moyen…je suis bon je le sais…comparer à un autre je suis bon. Pourquoi je ne réussit pas et bien parce que peut-être que tu montres à tes employeurs, à tes banquiers que ta peur et que tu doutes.
Donc si tu es bon pourquoi est-ce que tu doutes, t´as pas de raison, crois en tes compétences et en ce que tu es capable de faire et fonces et arrête de réfléchir !
Arrête de réfléchir si tu sais que tu es bon…en revanche la lucidité c´est aussi de reconnaître que tout à coup, on a l´incompétence…on n´est pas bon partout, et on est capable de reprendre conscience de ce que l´on est. C´est ça la lucidité. Prendre conscience á quel niveau on est !
Max Piccinini : Et que c´est ok de ne pas être parfait en quelque sorte et qu´il faut juste du travail pour s´améliorer…
Lorenzo Pancino :Oui et c´est le grand truc, toi qui voyages beaucoup, toi tu le sais, en France on a un gros gros problème, c´est qu´on nous a fait travailler depuis qu´on est tout petit à l´école sur nos lacunes, au lieu de nous faire travailler, comme dans beaucoup de pays anglo-saxons, on fait travailler les forces, là où on est bon, en France c´est le contraire…quand on n´est pas bon c´est « ah tu as des lacunes ! Travail ! Travail ! » Alors qu´il y a des gens qui sont bons en Math, il y en a d´autres qui sont bons en langue et ceux qui sont bons en langue on les pousse à travailler « …les Maths…les Maths… » Alors qu´ils sont excellents en langue ! Moi je me dis à un moment donné si tu veux des gens qui ont du talent, qui ont du don fait les travailler là où ils sont bon, et ensuite une fois qu´ils auront monté leurs niveaux de compétence et bien se sera beaucoup plus facile d´aller chercher et travailler les lacunes. Parce que quand tu es déjà en confiance avec quelque chose qui te porte et bien c´est beaucoup plus facile d´aller apprendre une compétence qui est moins forte chez toi…
Donc je dirais la lucidité c´est ça, c´est d´être conscient de ses forces et de ses faiblesses. Et ne pas foncer dans le tas et de se dire « j´ai un rêve je veux être président de la République ! Ouais d´accord tu comptes faire des études ? Ah non pour faire président de la République je vais passer par un autre cursus, je vais faire un stage de 10 jours »…
Max Piccinini : Et là tu dois en charrier plusieurs des entrepreneurs, il y a un décalage entre ce qu´ils veulent avoir et sur ce qu´ils sont prêts à faire…et donc tu dois amorcer tout ça, je trouve ça fantastique ! Et moi je me pose la question à moi-même et qui aurait envoyé 50 cassettes, comme tu l´as fait, c´est à dire avoir 50 refus ! Jusqu´à pouvoir avoir le travail de tes rêves et c´est pas tout le monde qui peut le faire, ben si tout le monde peut le faire, mais chez toi c´est cette persévérance, cette opiniâtrie…parle-nous un peu de ça…

Lorenzo Pancino :Cette opiniâtreté qui, alors c´est toujours pareil, il y en a qui vont dire ouais mais au bout d´un moment on se décourage, c´est plus possible, on doute de soi…J´ai eu une élève à moi il y a deux ans de cela, qui m´appelle un peu dépité, qui me dit ” je n´arrive pas, une élève dans la voix- off, c´est difficile, je suis toute seule chez moi…j´ai besoin qu´on me booste…et bien tu m´appelles, je suis là pour ça ! Ouais mais tu comprends, je me demande si je suis assez bonne….oui mais écoute mais qu´est-ce que tu fais pour te vendre ? Ouais j´ai envoyé des démos, j´ai un site internet…Est-ce que ton site internet il y a des gens qui viennent le voir ? ben non…Je lui dis pourquoi ? ben parce que je ne l´ai pas référencé…ah tu ne l´a pas référencé c´est à dire que tu es en pleine déprime, alors que tu m´annonces que personne ne vient voir ton site internet, donc personne ne peut savoir que tu as du talent ! Ah ben ouais, faudrait peut-être que je m´y mette mais tu sais en ce moment ce n´est pas facile…Et là !!Tu replonges dans ce que j´appelle les marées de la mélancolie…où tu t´enfonces dans la mélancolie. »
Si tu veux y arriver fixes toi ton but, fixe toi un plan d´attaque et chaque jour avance ne reste pas dans le marais de la mélancolie…et ça je dirais que c´est bon pour tout le monde. Que ce soit un chômeur qui à besoin de bosser et qui veut bosser, oui c´est dur, il n´y a pas du boulot partout, mais je pense que si tu te mets un plan, mettre une vision très claire de ce que tu veux, tu te mets dans la tête ce que tu veux, t´arrêtes de penser à ce que tu ne veux pas et bien tu peux atteindre ce que tu veux !
Max Piccinini : Fantastique ! En tout cas on le voit à travers ton attitude, quand tu te mets quelque chose dans le crâne tu y vas, tu restes positif, bravo pour ce succès que tu as ! Peut-être un dernier conseil ou une clé de réussite que tu voudrais transmettre, pour ceux qui nous écoute.
Lorenzo Pancino : Oui ces trois mots, qui correspondent à tout ce que j´enseigne que ce soit pour le coaching voix-off, ou Maxi Voice ma méthode en ligne de communication orale, ces trois mots, ce que tu viens un peu de rappeler, ce sont les trois mots magiques qui sont le sourire, l´enthousiasme et la conviction. C´est à dire quand tu as le sourire, même si tu n´es pas super-compétent, on va t´écouter plus facilement si tu as le sourire, si tu as l´enthousiasme même si tu n´es pas super-compétent mais que tu montres que tu as envie de travailler et bien on va t´ouvrir la porte, et si tu es convaincu et que tu es convaincant, on va t´ouvrir en grand la porte même si tu n´a pas complètement les compétences. Parce que je connais très très peu leur boulot, mais pareil pour un chef d´entreprise qui a besoin de lever des fonds, je connais très peu de personne, ou de banquier, d´employeur qui ne vont pas prêter une oreille, à quelqu´un qui a envie, qui a envie et qui est déterminé…alors après, une fois que vous avez fait le sourire, enthousiasmé la conviction, si on ne vous prend pas, si on vous donne pas l´argent ou on ne vous signe pas le contrat du projet, il y a peut-être d´autres paramètres, mais vous aurez tout donné ! C´est exactement ce que je disais dans mes castings, dans mes castings je le savais pourquoi je le ratais parce que j´étais tendu ! Mais il y en a que j´ai raté tout simplement parce que je n´étais pas le profil de ce que les personnes recherchaient tout simplement et ça il faut l´accepter, on ne peut pas plaire d´une part à tout le monde, si ça ne se passe pas si ça ne se faits pas les choses, c´est que ça ne devait pas se faire à un moment donné, donc si vous êtes vraiment pleinement dans ce que les gens recherche, il n´y a pas de raison…si vous y mettez toute votre conviction, toute votre détermination , vous devez marquer le but !
Toujours revenir à cette notion de football mais c´est ça vous devez marquer le but. Continuez encore et encore…

Max Piccinini : Lorenzo, un grand merci pour ces conseils, j´ai trouvé ça fantastique, je pense que des milliers de gens vont trouver cette interview très intéressante et surtout très inspirante, tu as donné beaucoup de clé avec beaucoup d´enthousiasme, je te remercie énormément pour avoir prie de ton temps pour nous expliqué ton histoire et tes clés de succès. Moi je vous invite vivement si vous avez envie d´améliorer votre communication orale, vous avez compris, vous avez entendu Lorenzo, c´est un véritable professionnel dans le domaine, il vous aidera à ça. Il faut aller sur maxxivoice.com encore un grand merci à toi Lorenzo et beaucoup de succès, à bientôt…
Lorenzo Pancino :A très bientôt !

 

Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous à notre séminaire pour entrepreneurs Business Max.

Max Piccinini interview Zico Kiaxx, le Génie du Leadership

Max Piccinini Interview Zico Kiaxx

Text / Transcripts de la vidéo:

Max Piccinini : Bonjour à vous ici c´est Max Piccinini, je suis catalyseur de réussite, je suis à Paris et c´est un véritable honneur et plaisir d´avoir aujourd´hui un véritable leader qui s´est positionné très rapidement sur internet en tant que leader en quelques mois. Donc je le remercie pour son temps et sa disponibilité pour vous transmettre son histoire à succès. On a l´honneur d´avoir le génie du leader ship, Zicco kiaxx. Bonjour Zicco…
Zico Kiaxx : Bonjour Max…
Max Piccinini : Merci à toi de prendre de ton temps, parce que tu es très occupé dans tes affaires…
Zico Kiaxx : C´est avec grand plaisir, quand on est motivé on trouve toujours le temps de partager des moments comme- ça.
Max Piccinini : Bon super, on se retrouve dans un hôtel, donc si vous entendez du bruit c´est pas grave, concentrez-vous juste sur la conversation. Alors justement, toi Zicco parle nous un petit peu de ton histoire, qu´est-ce qui a fait qui t´a amené dans ton métier ? Génie du leadership, quel est ton parcours qui t´a amené jusqu´ici ?
Zico Kiaxx : Merci pour la question et je vous remercie pour l´invitation, alors moi je suis né pendant un match de la coupe du monde de football et je porte le prénom Zicco qui vient d´un grand joueur de football brésilien, s´était le numéro 10 en son temps, un leader et donc toute mon enfance on m´a parlé de leader de leadership avec cette association de ce prénom et dans mon enfance je me suis intéressé à cette capacité qu´avait l´être humain à inspirer les autres, à toucher le cœur des personnes qui l´entoure parce que, sans connaître mes parents, sans le voir, sans le rencontrer, il a réussi le temps d´un match, le temps d´un moment…tout simplement les inspirer à tel point qu´ils ont dit leur fils va s´appeler Zicco.
Max Piccinini : Carrément…
Zico Kiaxx : oui c´est ça, et donc j´étais fasciné, j´ai voulu m´intéresser à ça, j´ai voulu découvrir cet univers, les personnes qui arrivaient à avoir un impact sur les autres. J´étais très introverti dans ma jeune enfance, même dans mon adolescence donc pour les personnes qui m´entourait s´était un grand obstacle de devenir un leader, de voir un jour aussi, de pouvoir aussi parler à une foule de personnes, et ainsi de suite. Et je n´ai jamais laissé ma timidité et mon côté introverti, à avoir raison sur mes ambitions de vie. Donc c´est à dire qu´à 21 ans pour me mettre vraiment dans l´action je me suis lancé dans l´entreprenariat, j´étais entrepreneur à 21 ans. J´ai appris la vente, le commercial, le coaching puis le management. J´ai suivi différentes enseignes, différentes écoles de franc maçonneries…il me manquait toujours quelque chose par rapport à la pédagogie. Donc il y avait de bon formateur…mais il y avait quelque chose qui manquait. Toute cette partie là je l´ai découvert dans les livres à travers les grands mentors qui m´ont inspiré et puis finalement donc j´ai commencé à développer mes affaires, j´ai commencé à vouloir mieux communiquer, à mieux développer mon leadership et donc à prendre des meilleurs pour finalement arriver à avoir une entreprise qui fonctionnait bien. Et puis ensuite sur internet j´ai reçu l´email d´un millionnaire de l´internet un jour, qui m´a dit que sur internet s´était possible aussi de pouvoir partager son message, la valeur qu´on avait apporté à plus grande échelle. A un niveau…moi je le partageais déjà à un niveau national, mais à un niveau international voir mondial. J´étais fasciné parce que je m´étais dit tiens, moi qui rencontre des personnes, s´était d´autre personnes dans des salles, si je pouvais voir des milliers de personnes comme ça depuis chez moi, ce serait fantastique. Et donc j´ai mis tout en œuvre pour parvenir justement à pouvoir aussi me positionner en tant que leader dans cette thématique-là, dans ce domaine-là. Et donc comme tu l´as dit ça a été assez rapide, parce que j´avais une bonne pratique, les bons outils, la bonne approche irrésistible.
Max Piccinini : Ah mais tu l´a faits littéralement en quelques semaines, quelque mois.
Zico Kiaxx : C´est ça. Alors la préparation était plus longue parce qu´il ne faut pas prendre le temps d´aller vite…donc j´ai vraiment pris le temps de préparer les choses, et puis lorsque tout s´est mis en place, ça été très très rapide et j´en suis très honoré avec plein de gratitudes.
Max Piccinini : Est-ce que tu as eu un mentor ou des mentors pour réussir, est-ce que c´est important pour toi un mentor et que peut-être tu as eu un mentor particulier ?
Zico Kiaxx : J´ai plusieurs mentors parce que je pense évidemment qu´il y a plusieurs choses à prendre chez chaque personne…et ça fait partie des 3 grandes décisions qui ont changé ma vie…
La première s´était de me lancer dans l´entreprenariat comme je l´ai dit à 21 ans…
La deuxième s´était d´élever mes standards, de décider d´essayer d´obtenir de ce qu´il y avait de meilleurs et de ne jamais me contenter de ce qui était moyen ou bon. Et ça c’est une philosophie que je cultive et que je partage aussi à chaque personne que je rencontre, les entrepreneurs que je suis, que j´ai, que je côtoie…Je dis toujours, cessez de vous contenter de ce qui est moins bon quand vous pouvez obtenir ce qu´il y a de meilleur, pourquoi ? Parce qu´obtenir ce qu´il y a de meilleur ce n´est pas prendre la place d´un autre, ce n´est pas prendre le rôle d´un autre, il y a assez de richesse pour tout le monde, comme je le dis toujours, il y a de l´abondance partout ! Et donc lorsqu´on sait qu´on mérite ce qu´il y a de meilleur, lorsqu´on sait qu´on a quelque chose au fond de soi, il faut pouvoir le faire.
La troisième c´est de trouver le mentor, une personne qui avait réussi là où moi je cherchais à réussir.
C´est un levier, moi j´adore le pouvoir des leviers…
Max Piccinini : Comment ça les leviers ?
Zico Kiaxx : Les leviers, c´est lorsque vous réussissez à voir, à produire quelque chose qui fonctionne par exemple à petite échelle, c´est pouvoir mettre des exposants au-dessus, le faire grandir, le multiplier, le dupliquer, atteindre un niveau plus important. Et lorsque par exemple on a du succès à un moment, quand on est seul dans son coin, de réussir à pouvoir multiplier le succès, d´avoir le talent des autres, de pouvoir étudier le talent des autres, le trésor des autres et d´arriver finalement à multiplier ses résultats. Par exemple lorsque l´on rencontre des partenaires, quand on est en relation avec des partenaires, si on avait déjà des résultats, imaginons que vous avez un commerce où vous vendez des produits de services ou que vous développez différentes choses, si vous développez une forme de partenariat, vous multipliez les ressources, les résultats, vous multipliez votre impact également et ça c´est utiliser un levier. Il y en a beaucoup d´autres…bien évidemment, j´adore ce pouvoir des leviers.
Pour moi un mentor sait utiliser l´intelligence des autres, le talent des autres, l´expérience des autres donc finalement j´ai mon expérience, j´ai mon talent, j´ai mes résultats. Et l`je m´associe avec quelqu´un d´autre qui a réalisé de belle chose que je cherche à réalisé. Donc finalement je gagne du temps, je gagne l´effort et j´utilise un levier qui est très puissant et donc oui c´est vraiment quelque qu´il faut faire et les mentors vous pouvez en avoir plusieurs dans plusieurs disciplines. Seulement, certains vont plutôt vous inspirer dans tel type de domaine, dans telle orientation, telle partie de votre vie, telle partie de compétence et puis un autre…Et puis finalement, comme je le dis tous les jours, lorsque vous modéliser vos mentors préférés, un jour vous commencez à vous modélisez vous-même, que vous devenez votre propre mentor préféré…vous arrivez vous-même à vous inspirer et c´est fantastique.

Max Piccinini : Alors dis-nous, est-ce que la vie d´un entrepreneur comme toi qui est parti de rien, et qui a fait que tu es devenu un leader, est-ce que tout est beau, tout est rose pour devenir un leader , ou est-ce que tu as eu des difficultés. Et si tu as eu des difficultés, comment est-ce que tu as faits pour surmonter ces difficultés, qu´est-ce qui est nécessaire pour surmonter les difficultés ?
Zico Kiaxx : alors dire que tout a été beau tout a été rose se serait incorrect, j’avais toujours cette même flamme, j´avais toujours cette volonté, cette envie. A un moment je me suis retrouvé face à des murs, quel sont les murs que j´ai rencontré? Lorsque j´étais déjà entrepreneur, ça fonctionnait mais je travaillais matin, midi et soir pour faire progresser mes résultats, pour faire vivre mon entreprise, pour progresser et pour atteindre mes objectifs et s´était bien au départ, parce qu´on atteint ces résultats déjà, ses objectifs c´est pas mal…
Mais sur le long terme et le moyen terme on ne se sent pas à 100% épanouie, parce qu´on dépense beaucoup trop de temps, beaucoup trop d´énergie et cette énergie dépensée on ne peut pas la consacrer à faire des choses qui nous tiennent à cœur comme passer du temps avec ses proches, sa famille, les voyages, les vacances…Donc je me suis retrouvé comme je le dis dans le gouffre…j´appelle ça a gouffre parce que ma méthode génie, parce que je parle souvent de génie du leadership ça vient de là en fait…c´est un acronyme, le G comme le gouffre, c´est le premier stade, ensuite le E comme efficace, ensuite le NI le niveau efficient et puis finalement le E c´est l´excellence on tend vers l´excellence donc GENIE, génie du leadership…
Et donc j´étais dans le gouffre et puis ensuite on devient efficace, efficace c´est atteindre ses résultats en fournissant trop d´effort, niveau efficient, on atteint les mêmes résultats que la personne efficace sauf qu´on réussit à fournir moins d´efforts…on met en place un système, un processus, une façon de fonctionner, une gestion du temps, une organisation bref…énormément d´outils pour ça. Déjà on commence à voir la vie autrement, et je commençais à sortir justement de ces difficultés et j´arrivais à atteindre mes résultats et j´avais plus de temps. Là je commençais à voir ce que c´étais la fameuse liberté en tout cas je commençais á percevoir la liberté dont je rêvais en tant qu´entrepreneur et finalement la dernière phase, quatrième phase on est pas excellent on tend vers l´excellence, car c´est le travail d´une vie…là c´est quand on peut se permettre de partir en vacances, de profiter des belles choses et d´avoir une entreprise ou un projet qui progresse, avec ou sans notre présence physique, et ça c´est vraiment quelque chose que j´ai rêvé d´atteindre, que j´ai voulu atteindre et c´étais pas de tout repos pourtant c´étais simple mais pas facile.
Simple parce qu´il y a une méthodologie, il y a une façon de faire, des clés qui sont partagées dans les livres, les grands mentors en parlent donc c´est simple. Par contre facile, il faut déjà le comprendre, il faut l´appliquer, il faut mettre des choses en place, il faut écouter avoir toutes ces capacités et les mettre vraiment dans une façon d´être et une façon de faire pour l´atteindre.
Max Piccinini : Qu´est ce que tu dirais des entrepreneurs ou des personnes qui ont un projet, les gens qui nous écoutent sont des gens un peu différent, des gens qui n´acceptent pas le statut Co, qui veulent quelque chose de différent, de meilleurs et souvent ils ont des difficultés, un manque de confiance en soi ou ils ont presque abandonné leurs rêves, ils voudraient mais il y a quelque chose qui les bloque…Qu´est-ce que tu dirais à ces gens là ?
Zico Kiaxx : Alors la première des choses, je dirais à ces là c´est qu’ íls sont en train de nous suivre pendant cet échange, c´est à dire qu´il y une étincelle en nous qui leur donne envie d´avoir ce qu´il y a de meilleurs, donc c´est déjà un grand point. Donc c´est un point commun que nous avons tous, que vous avez avec les plus grandes personnes qui ont réussi à bâtir les plus grands empires.
Ensuite il faut vous dire une chose c´est que, je dis toujours n´attendez pas les autorisations, il faut pouvoir prendre vos propres autorisations, qu´est-ce que j´entends par là ?
Si une personne aujourd´hui nous regarde, si vous nous suivez et vous dites «  tiens voilà la vie dont je rêve, voilà ce que moi je veux atteindre, ce que je veux réaliser dans ma vie, n´attendez pas que quelqu´un vous donne l´autorisation pour le faire, décider par vous-même, avec certitude avec une conviction, avec une force, que vous allez pouvoir atteindre cet état, cette réalisation, cette concrétisation dans votre vie. Avant même de l´atteindre ne penser pas aux difficultés, aux obstacles qu´il y aura dans le chemin, pensez déjà que vous allez l´atteindre, et c´est vrai que ça doit être une décision pour moi qui doit être ferme, qui doit être irrévocable. Et vous devez vraiment à vous entrainer à avoir cette conviction, cette certitude. Et ça, une fois que vous savez que vous allez faire les choses, dites-vous qu’est-ce que je peux faire maintenant pour pouvoir aller plus rapidement avec les meilleures stratégies. C´est à dire qu´on ne peut pas brûler les étapes, on ne peut pas sauter des marches, par contre on peut aller plus vite en utilisant les bons processus, en utilisant les leviers.
C´est de se dire quels sont les leviers disponibles ? Qu´est-ce que je peux avoir, j´ai des coachs, j´ai des mentors, j´ai des formateurs autour de moi qui sont les personnes qui ont réalisé ce que moi je rêve ! Et puis finalement de voir comment vous pouvez appliquer, et corriger, améliorer, sans cesse…d´avoir un plan d´action, de le mettre en pratique et de vous entourer, votre environnement est très important, de ces éléments-là.
Donc voilà pour résumer prendre cette décision, d´atteindre cette réalisation, d´être sur cette qualité de vie, ce style de vie dont vous rêver ensuite vous regardez quels sont les systèmes, comment vous pouvez aller plus vite, qui sont les personnes qui ont déjà réalisé ça, et puis mettre en pratique, avoir des plans d´action…il y a toute une liste de processus, on peut encore en reparler pour le faire…En gros avec ça déjà, vous êtes certains d´une chose c´est que vous allez atteindre votre réalisation, quand ? Que se soit maintenant, dans 3 mois, dans 1 an, dans 3 ans, même dans 10 ans…c´est pas ça le plus important, finalement, c´est d´être certains de pouvoir le faire et j´ai toujours fonctionné comme ça. C´est pour ça que je n´attends jamais d´autorisations quand je décide quelque chose, et la bonne nouvelle c´est vous qui vous donnez cette autorisation. Vous pouvez la prendre là maintenant en suivant cette vidéo et de noter maintenant qui vous voulez devenir dans 6 mois, dans 1 an, dans 5 ans, très simplement.
Max Piccinini : L´important c´est d´avoir un objectif et de le suivre et de se donner l´autorisation.
Zico Kiaxx : C´est ça…
Max Piccinini : Alors dis-nous, quel est pour toi…vous avez compris pourquoi on l´appelle le génie du leadership vous la sagesse qui sort de sa bouche, c´est fantastique Zicco, non vraiment, qu´est-ce qui fait pour toi la différence entre le succès et l´échec, entre autres qu´est-ce qui fait qu´il y a des gens qui stagnent, qui avancent qui réussissent, qui deviennent leaders comme toi ?
Zico Kiaxx : Premièrement pour moi je pense c´est vrai que l´échec n´existe pas, j´appelle ça l´insuccès temporaire ou l´expérience…
Max Piccinini : L´insuccès temporaire…fantastique…
Zico Kiaxx : C´est un insuccès temporaire comme le disait Henri Ford qui disait « je n´ai jamais échoué, j´ai toujours trouvé de nouvelles façons de ne pas atteindre mon objectif » et c´est vrai qu´il y a des personnes qui font que cet insuccès temporaire deviennent vraiment permanents et reste dans un insuccès temporaire tout le temps sans se dire et qu´est-ce qui fait la différence entre ceux qui atteignent après ces insuccès temporaires à un vrai succès ou à d´autres succès, la première des choses c´est qu´il font les choses différemment dans l´attitude, dans la façon d´appréhender les choses…ils prennent d´autres routes, d´autres chemins…
Parle-nous un peu de ça…Qu´est-ce que tu veux dire par prendre différents chemins ?

Par exemple quand il y a une situation qui est face à deux personnes, deux individus, par exemple prenons deux enfants, qui sont à la plage, qui sont pris par une grande vague, la vague va dans tous les sens, et donc la mère qui les voit au bord de l´eau, qui cri toute paniquée comme- ça…Qu´est-ce qui passe ? Les deux enfants reviennent, il y en a un qui est tout apeuré, tout fragilisé, qui est tout bloqué, qui a vraiment peur et qui sera bloqué ensuite, qui va se poser plein de questions dès qu´il y aura une situation qui va le mettre en panique, quand il va commencer dans son emploi, quand il va devenir son propre patron il va toujours se poser plein de questions, quand il aura des opportunités qui vont venir face à lui, il va parfois se poser des questions et qui vont finalement le paralyser.
Et puis l´autre enfant qui sort de cette même vague et qui cri ouais maman c´était génial, s´était fantastique ! Sa mère qui lui dit calme toi…et il a une énergie comme ça…Plus tard il aura envie peut-être d´entreprendre, de se mettre dans des situations un peu plus, je dirais même risqué, d´une façon mesurée qu´il va vouloir entreprendre.
Alors s´ils ont vécu des choses comme ça dans l´enfance, cet enfant peut-être un adulte et on peut inverser les rôles. Il y a simplement des enfants qui sont restés cet enfant qui a peur, qui se pose trop de questions…et donc qu´est-ce qu´ils font de différents ? Quand l´opportunité se présente, il y en a qui se posent trop de questions, qui s´arrêtent et trop de questions créent l´immobilisme ou alors il attend d´être absolument parfait avant que j´ai les actions et on attend…on attend. Belle excuse, beau prétexte pour remettre au lendemain. Les personnes qui réussissent, voient une opportunité, voient dans quel angle ils peuvent se positionner, analysent rapidement et puis posent des actions. Et c´est lorsqu´ils posent des actions qu´ils peuvent se permettre d´évaluer, parce que finalement le meilleur moyen de s´améliorer ce n´ai pas en une fois, obtenir le meilleur résultat, ce n´est pas en « le premier j´ai »que l´entreprise est la plus prospère. C´est je pose un premier pas et puis j´observe ce que j´ai obtenu comme résultat, puis finalement si ce n´est pas le résultat que je voulais atteindre, comment le faire pour le corriger, l´améliorer, pendant ce temps ce temps-là j´apprends. Et c´est pour ça que j´appelle l´échec l´insuccès temporaire parce que ce sont des moments où j´apprends et finalement un moment où j´arrive à faire les choses. C´est ça qui différencie je pense, ne pas se poser trop de questions sans poser quelques une et surtout proposer des actions et rebondir.
Etre ouvert aussi, être très ouvert à ce qui se passe autour c´est-à dire être inspiré, regarder ce qui se passe, les succès, pourquoi telle personne a eu du succès quand il a fait ça ? Pourquoi telle personne est-elle capable de faire ça, au lieu de se dire lui il a fait ça, ça doit être facile pour lui parce qu´il est né comme ça. C´est vraiment se poser les bonnes questions…Et c´est une question d´attitude souvent qui fait cette différence entre les personnes qui ont du succès et puis les autres qui stagnent.
Max Piccinini : Pour toi les échecs temporaires en quelque sorte sont très importants pour apprendre.
Zico Kiaxx : Oui. Se sont des expériences qui permettent de grandir, à partir du moment où on est programmé, on est certain de réussir. Peu importe le nombre d´insuccès temporaire qu´on pourrait avoir.
Je prends un exemple, j´ai déjà formé des commerciaux pour des prises de rendez-vous téléphoniques, plusieurs contacts clientèle. Le plus important n´est pas forcément le nombre de rendez-vous qu´on aura pris au final quand on a réussi. C´est savoir le nombre de personnes qu´on a su voir …par exemple si mon objectif s´était 10 et pour atteindre 10 j´ai dû en voir 10, vous appelez 10 personnes c´est fantastique. Si j´ai dû en appeler 20 pour atteindre 10 c´est ok, si j´ai dû en appelé 100…L´idéal pour moi c´est d´atteindre ces 10 là, c´est d´être certain quoi qu´il arrive dès le départ c´est d´atteindre ces 10. Et finalement si j´ai dû en voir 100, j´ai faits 90 ou X expérience qui n´est pas la bonne, j´ai commis des échecs, des insuccès temporaires, là en gros quand j´arrive à ces 10 là, je suis vraiment très solide, j´ai une forte expérience que j´ai battis, je vous invite ah oui, à connaitre des insuccès temporaires en sachant très clairement que s´était qu´une route…donc pour poser des actions n´hésitez pas.
Max Piccinini : Super, moi j´aime bien dire que c´est même important et nécessaire pour la réussite. Donc parle nous un petit peu de…tu as peut-être eu une difficulté particulière ces derniers temps dans tes entreprises, et qu´est-ce que tu as fait pour surmonter ça ? Je veux dire en terme d´état d´esprit, quand tu as une difficulté qui t´arrives, comment tu réagis, qu´est ce qui fait que toi tu vas pouvoir réussir alors que certains sont bloqués, qu´est-ce que tu fais concrètement. Est-ce que tu vois ça comme « mon Dieu c´est horrible ou tu vois ça comme une opportunité ? Dis-moi un petit peu.
Zico Kiaxx : Alors deux choses peut-être même trois, la première des choses c´est qu´effectivement quand il se passe quelque chose qui n´était pas prévu ou qui déstabilise á n´importe qu´elle niveau de réussite, parce que vous pouvez très bien connaître la réussite et puis un jour il y a quelque chose qui se passe…La première des choses est d´être capable de se remettre en question. Etre capable de se remettre en question pour moi c´est une capacité, une habilité que l´on doit développer en tant que leader. Ce n´est pas pensé que tout est toujours acquis. Et je vais vous dire pourquoi les grands sportifs continuent de s´entraîner, pourquoi est-ce qu´ils continuent aujourd´hui à s´entraîner, à travailler leurs mouvements. Les grands sportifs, les grands artistes continuent-ils à s´entrainé, à faire des concerts ou même à répété. Parce que c´est quelque chose qui se cultive, donc ils doivent s´entraîner…Donc la première des choses c´est de se remettre en question et de se dire qu´est ce qui à fonctionner, qu´est-ce qui n´a pas fonctionner. Comment je peux améliorer les choses parce que c´est une opportunité nouvelle quand il y a un déplacement comme ça, quand il y a une secousse, de pouvoir reprendre une nouvelle direction, une nouvelle vague. Essayer de se dire voilà, remise en question, qu´est-ce qui se passe maintenant ?
Qu´est-ce qui a fonctionne´qu´est-ce qui a moins bien fonctionné et surtout dans cette situation qu´est-ce que je peux faire ? Pour pouvoir utiliser ça comme un tremplin, un nouveau tremplin vers un succès plus important encore.
Et donc là je pars de zéro, j´aime bien prendre une feuille blanche, j´aime bien me détendre, c´est vraiment partir et de ne pas penser que tout est acquis…
Max Piccinini : Tu ne vois pas ça comme « mon Dieu c´est la fin du monde qu´est-ce qui m´arrive… »
Zico Kiaxx : Certainement pas, c´est une opportunité à chaque fois nouvelle …parce que lorsqu´il y a du changement, lorsqu´il y a des secousses, il y a plein de choses qui se sont déplacées. C´est à dire certaine place, certaines positions seront remises, donc si vous êtes capable au moment ou il y a une secousse , un mouvement de toujours prendre le temps de la réflexion et surtout de l´action après et surtout le voir comme une opportunité pendant que d´autre à côté voit ça comme un malheur, comme quelque chose qui les bloques, comme la fin du monde, une catastrophe, rappelez-vous l´attitude la façon de réagir et de penser dans les actions.
Et bien vous allez à chaque fois, à chaque difficulté passée à un niveau supérieur, vous allez en tirer une leçon importante et la mettre en pratique. Moi j´aime ça, tout d´abord prendre le temps de me remettre en question et d´analyser de voir quelle est la stratégie que je peux utiliser à argumenter pour que se soit une vraie opportunité, un tremplin.

Max Piccinini : Alors tu as pu voir que c´est en fonctionnant comme ca que tu as pu voir que tu peux avancer et te hisser en termes de leader.

Zico Kiaxx : Oui, systématiquement. Ce sont des lois naturelles qui se présente, un événement qui se présentent, c´est une opportunité. Alors cette opportunité, au début elle est abstraite, parce que c´est un état d´esprit, c´est te dire est-ce que c´est une opportunité ou un malheur qui m´arrive. Donc au début cé st abstrait, parce que si je décide que c´est un malheur, effectivement ca peut être un malheur et ensuite ça devient concret parce que le malheur va se matérialiser. Par contre quand je decide au début que c´est une opportunité, et de se dire comment cette opportunité est, comment je peux la rendre plus concrète ? Donc après elle devient beaucoup plus concrète systématiquement.

Max Piccinini : Alors pour toi est-ce que c´est important d´être passionné pour réussir ?

Zico Kiaxx : Je vis avec la passion, j´aime ça et c´est très important d´avoir une passion dans ce que vous faite. Si aujourd´hui ce que vous faites ne vous passionnent pas, vous devez vous trouver quelque chose qui va vous permettre d´être passionné dans ce que vous faites, vous devez avoir la flamme le « drive » comme on dit pour faire les choses…
Parce qu´il peut y avoir des secousses, il peut y avoir des moments de bouleversements, des moments où les résultats que vous attendiez, ne sont pas là au premier rendez-vous par exemple, ils seront peut-être là au cinquième ou au sixième rendez-vous mais vous ne le savez pas vous êtes au premier rendez-vous. Et si vous n´avez pas la passion, vous n´aurez pas le courage peut-être ou la force d´arriver au deuxième, au troisième, au quatrième et puis finalement à ce sixième rendez-vous qui est finalement le fameux rendez-vous qui va tout changer pour vous.
La passion est un moteur qui permet d´avancer, qui permet de se relancer et vous permet de maintenir cette flamme toujours bien allumée et cette flamme c´est celle finalement qui est vue par les autres, parce qu´un leader est capable d´avoir une flamme, une aura qui se voit, qui se sent et qui se lance…
Max Piccinini : Génial, alors dis-nous un petit peu, quel est pour toi, quelles sont les deux clés pour toi, il y a plusieurs clés bien entendues mais tu pourrais donner un conseil pour réussir ?
Zico Kiaxx : Il y en a tellement…je vais vraiment partir sur les principes là…
Max Piccinini : Trois si tu veux, deux c´est très bien.
Zico Kiaxx : La première des choses, je dis toujours, tout ce que vous faites donc tout ce que vous entreprenez, la première des clés c´est de devenir une opportunité pour les autres, c´est à dire que vous devez absolument être une opportunité pour les gens qui vous suivent, les gens qui vous écoutent, qui vous entendent. Que ce soit un client, que ce soit un ami, que ce soit un partenaire, que ce soit une personne avec qui vous allez manger, déjeuner bref, c´est d´avoir cette attitude toujours vous dire dans ce que je fais, dans ce que je suis, je suis une opportunité. Donc c´est un état d´esprit au départ dans lequel vous devez vous conditionner et ça vous permettra quoi ?
Lorsque vous savez que vous êtes vous-même une opportunité pour les autres, ça vous donnera la force et le courage de travailler votre confiance en soi. La deuxième, je m´arrêterais sur cette deuxième, votre habileté à communiqué, la capacité à communiqué, il y a plusieurs définitions de la communication, c´est surtout une communication qui touche, c´est à dire qu´elle est capable de toucher les cœurs des personnes qui sont autour de vous. C´est d´être capable finalement lorsque vous êtes une opportunité, vous savez que vous êtes une opportunité, c´est d´être capable d´inspirer les autres, qu´ils puissent le sentir, qu´ils puissent voir…et oui remarquer que vous êtes une opportunité pour ça, cette habilité à communiqué, c´est pas simplement les mots, parce que la communication passe par les mots, par les tons, bref tout ça.
En gros être capable de connaître l´individu qui est face à vous pour lui apporter de la valeur, communiqué de la belle façon et toucher les cœurs, les ressorts qu´il y a dans chaque être humain. On a tous des ressorts de couleurs, des éléments qui nous motivent finalement. Etre capable lorsque vous rencontrez quelqu´un de savoir quel sont les ressorts qui le motivent, de communiquer de la belle façon pour qu´il soit motivé, qu´il soit touché, un ressort ça fait bondir quand vous touchez le ressort.
Avec ces deux clés-là, je pense que vous avez de belles portes ouvertes, vous échangez votre message, ça vous ouvre des portes, je ne sais pas si vous êtes dans la musique et vous voulez parler, ça vous ouvre des portes on a envie de vous produire, on a envie de venir dans vos scènes, si vous avez des livres à écrire on a envie de vous suivre, on a envie de vous lire.
Si vous avez des séminaires , des conférences, si vous avez une entreprise on a envie d´être vos collaborateurs, on a envie d´être votre partenaire, avec ces deux clés-là vous êtes capable d´attirer des gens, d´influencer et puis finalement d´atteindre tous vos résultats. Ce sont les deux clés principales, il y en a d´autres bien évidemment et Max vous en parlera aussi avec cette capacité d´influencer…

Max Piccinini : Fantastique ! Je ne sais pas si vous réalisez la valeur que Zicco apporte…J´apprends énormément, je te remercie ! Alors justement comme vous le savez, on a bientôt un événement, ça dépend depuis quand vous écoutez cette interview, le 8 et 9 Mars 2014 à Paris, il y aura un événement avec plusieurs experts dont Zicco. Alors justement Zicco, toi le génie du leadership, qu´est-ce que tu vas apporter aux gens qui seront présents, aux membres du doublé ?

Zico Kiaxx : Je vais moi, vous apportez dans ce concept doublé la partie justement, devenir une opportunité pour les autres, quelles sont les clés justement, comment arriver à développer ça dans tout ce que vous faites pour arriver à doubler votre business, doubler votre revenu, votre confiance en soi, avec cette partie de qui je suis, l´opportunité que je suis et comment dans toute situation, soit sur internet et que je partage une vidéo, que je sois face à une personne, face à face, que j´envoie un email par exemple à quelqu´un, ou que je téléphone, quelqu´un vous appelle, comment faire en sorte, quand en un contact en très peu de temps, la personne puisse le sentir, l´impact à dégager cette aura de leader. C´est ce que j´ai toujours appliqué hors de l´internet et c´est ce qui a permis aussi sur l´internet, en très peu de temps d´avoir cet impact aussi auprès des plus grands leaders influent qui avaient aussi ressenti ça. On a crée de belles relations et ça j´aimerais vous en parler comment justement approché les gens d´une façon irrésistible et dégager cette aura qui est une clé irrésistible pour les personnes qui vous entourent

Max Piccinini : Ce que va apporter Zicco lors de l´événement ça a énormément de valeur, ça a énormément de valeur c´est plus littéralement des milliers d´euros de valeur en terme de formation, donc vous aurez la chance de pouvoir écouter Zicco en tant que membre de doublé. Et bien écoute Zicco je te remercie infiniment. Justement je vous in vite vivement, mais alors fortement en allant sur le site de Zicco ou vous aurez beaucoup plus de sagesses, vous avez l´u.r.l. du site qui www.LeadershipDeGenie.com/blog. Je vous invite vivement à visiter, à vous inscrire sur sa newsletter, écoutez ses vidéo que je suis personnellement, qui sont très inspirantes et donc on vous souhaite tout le succès. Partager ça autour de vous…Si vous souhaitez avoir d´autres interviews d´experts, vous pouvez vous inscrire, en mettant votre prénom, votre email, sur la page et vous en recevrez d´autres, je te remercie énormément Zicco pour ce partage pour toute ces personnes qui ont pu apprendre beaucoup…

Zico Kiaxx : Merci à toi Max et mes meilleurs vœux de succès pour votre vie de génie de Leadership…
Max Piccinini : Merci à toi…

 

Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous à notre séminaire pour entrepreneurs Business Max

ECRIVEZ VOTRE COMMENTAIRE CI-DESSOUS, qu’en avez-vous pensé?

Capsule Reussite Video 3: Comment reprendre confiance en moins de 3 min

Transcripts:

Bonjour
Ici Max Piccinini catalyseur de réussite.
Aujourd´hui mon but c´est de vous aider à reprendre confiance en vous en moins de 3 minutes.
La première chose et ça va être dans cette première vidéo, c´est de vous dire, c´est de vous rappeler que vous êtes quelqu´un d´extraordinaire. Alors on va me dire que vous êtes quelqu´un d´ordinaire, que vous n’êtes pas si bon, que vous n´êtes pas si bien, etc.
Alors je vais vous rappeler une petite base, une petite base naturelle, c´est comment vous êtes venu au monde ?
Alors peut-être que vous allez rigoler mais c´est la réalité.
Vous savez quoi, vous êtes le spermatozoïde. Le gagnant parmi des milliards de spermatozoïdes dans le monde.
Vous avez eu le désir, la personne littéralement, le spermatozoïde si vous le voulez, avec le plus ardant désir de vivre, de s´exprimer à son maximum, de vivre vos rêves.
Vous êtes un champion par naissance, vous incarnez littéralement un miracle de la nature.
J´espère que vous prenez conscience de cela. Parce que je voulais juste vous le rappeler, parce que là c´est littéralement transformé mais on se dit « mais oui c´est vrai je suis quelqu´un d´extraordinaire ! » parce que je suis né déjà extraordinaire.
Vous voyez nous avons tous l´âme d´un champion par nature, par naissance.
Donc rappelez-vous, vous êtes capable de tout, vous avez un potentiel illimité. Mon objectif c´est de vraiment vous aidez à libéré ce potentiel, déverrouiller ces blocages, parceque moi ca me fait vraiment mal, je connais ce sentiment-là. De vivre à moitié, un dixième de sa vie et de se dire « je préfère ceci, à vivre dans sa peur, dans ses frustrations…

Rappelez-vous, vous êtes un champion par naissance.
Partagez ces capsules de la réussite autour de vous car le monde en a bien besoin !

Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous à notre séminaire pour entrepreneurs Business Max.

Qu’en pensez-vous?
laissez nous un commentaire et cliquez sur j’aime!

Capsule Réussite Video 1 : Marre d’être dans la moyenne?

Transcripts:

Bonjour
Ici Max Piccinini, catalyseur de la réussite. Alors je vais vous donner une phrase dans cette capsule de la réussite, une phrase de Marc Twain qui disait : « dès que vous vous retrouvez dans le côté de la majorité, c´est le moment de faire une pause et de réfléchir… »
Qu´est-ce qu´on voulait dire par là ?
On a grandi, on a été éduqué littéralement dans un monde où il faut être comme tout le monde, dans la boîte ! Vous voyez… « in the box ! »  Comme le disent les Américains.
Le problème tant que vous êtes dans la boîte, et bien vous êtes un peu comme Monsieur tout le monde ! Et le problème c´est que ca va contre nature…parce que nous sommes nés complètement différents, nous sommes nés absolument uniques. Je ne sais pas si vous prenez conscience que vous êtes un être unique ! Et que vous devez oser faire briller votre différence, vous devez oser être vous ! Et arrêter d´être comme Monsieur tout le monde et à chercher d´être dans la boîte. Vous voyez c´est un manque de confiance en soi…On voit ça littéralement chez les adolescents, on va essayer de s´habiller de la même manière, d´avoir la même coupe, les mêmes phrases etc…Pour appartenir au groupe, parce qu’on a un manque de confiance en soi.
Donc si vous êtes dans ce phénomène où que vous voulez vous habiller d´une certaine manière, ou vous acheter certains habits, ou certaines marques, ou si vous voulez commencer à vous acheter une certaine voiture, pour ressembler à quelqu´un d´autre, pour être cool avec les autres, rappelez-vous c’est un manque de confiance en soi, et c´est que vous allez chercher à être aimé par l´extérieur…
Vous savez quoi la seule personne qui peut vous aimer c´est vous-même !
Ok ? Ne cherchez pas à avoir les autres pour qu´ils vous aiment…Cela va permettre d´amplifier…
Quand vous aimez les autres auront tendance à vous aimez…Donc arrêter de chercher le bonheur à l´exterieur.
Ça ne se passe pas à l´extérieur le bonheur, Ça se passe à l´intérieur…Osez briller de votre différence, vous êtes nés sur Terre différent, honorez votre vie en étant différent !
Vous êtes quelqu´un de spécial, vous pouvez être heureux maintenant, ok, il n´y a rien à avoir à être bizarre, soyez bizarre s´il le faut c´est un très bon signe…Quand les gens commencent à vous dire tiens tu es différent ! Vous savez quoi…vous les inspirez ! Et surtout vous vous sentez bien dans votre peau  parce que vous retrouvez votre corps en quelque sorte, vous retrouvez qui vous êtes.
Je vous souhaite toute la réussite et au plaisir de vous retrouver dans une prochaine capsule de la réussite.

Si vous souhaitez en savoir plus, inscrivez-vous à notre séminaire pour entrepreneurs Business Max.